Conseil municipal #lepuyenvelay : nos interventions. cuisine centrale : le scandale ! Budget, subventions, dotations aux structures privées sans détail…. #AURA #hauteloire

Les votes des 4 élus.es minoritaires sont notés entre parenthèses.

R4 : voies communales : dénomination de 2 rond-points (POUR)

Didier Allibert :

La toponymie est une science qui ne doit pas être prise avec légèreté et condescendance.Pourquoi appeler ce rond point « des Belges ». Parce qu’il est dans le prolongement de l’Avenue du même nom ? Savez-vous alors pourquoi cette voie se nomme ainsi et depuis quand ? Dansun article paru au sein d’un quotidien très renommé ici, un historien local expliquait qu’elle rend ainsi hommage à la résistance Belge durant la première guerre mondiale, qui le mérite bien.Une autre, et cela me semble-t-il a fait l’objet d’un article il y a quelques années dans un journal local honorablement connu, serait qu’elle rende hommage à la famille royale Belge et au décès brutal de la reine Astrid de Belgique dans un accident de voiture en 1935, accident provoqué par Léopold 3, Roi des belges et mauvais conducteur. Lui-même fut grièvement blessé dans cet accident.Or, si Léopold 3 ne savait pas conduire, il ne sut pas non plus se conduire.En 1940, alors que le gouvernement Belge a fait le choix de l’exil pour continuer le combat et résister, lui a décidé de collaborer et de rester en Belgique. Il se rendit même en Novembre 1940 à Berchstesgaden pour saluer Adolf Hitler. Il tint à plusieurs reprises des propos antisémites d’une virulence et d’une abjection terrifiantes. Il a d’ailleurs été contraint d’abdiquer en 1951, définitivement rejeté par le courageux Peuple Belge.Ce qui était possible en 1935 ne l’est plus en 2018. Prendre le risque de célébrer ou de perpétuer la mémoire, peu ou prou, de ce petit monarque traître à son pays, à son peuple et à l’humanité toute entière est définitivement impossible.Quant à Astrid, elle n’eut pas d’autre mérite ou malchance que d’être son épouse.Il y a de nombreux noms possibles pour ce rond-point : Roger Fourneyron, Simone Weil, Simone Veil, Rond Point du Garay ou de l’Industrie ou de la Dentelle, car il sera situé à proximité immédiate de ce qui a été le premier lotissement industriel de la Haute-Loire, appelé lotissement du Garay , où se sont regroupées dés 1930 plusieurs usines de dentelle mécanique, Rond point du Faubourg, de la Borne, du Dolaizon, Rond Point des Cendres (car le chemin des cendres franchisait autrefois le Pont des Cendres pour conduire aux bûchers antiques et médiévaux), Rond Point de la Confiserie, car la confiserie a été une activité importante au Puy et le quartier du Garay comptait autrefois de nombreux vergers à la confluence des deux rivières, Rond Point du Gaz de Ville, car la ville du Puy s’est équipée très tôt d’un réseau d’éclairage public au gaz, produit dans l’usine située au quartier du Garay, et même Rond Point de la Rencontre ou de l’Origine du Monde, car il sera situé sous le regard concupiscent et libidineux de Gustave Courbet, le plus talentueux des pornographes du XIXème siècle, etc…..Mais surtout, ce Rond Point est sur le parcours du Boulevard de la République. Et la République mérite bien d’être célébrée en tous lieux et en toutes circonstances, surtout à une époque ou le fanatisme religieux prétend la détruire. La République, c’est la révolution permanente au service de la Démocratie, Rond Point de la République voilà qui sonnerait bien.

La toponymie ne doit pas être considérée avec légèreté et condescendance. Il y a urgence a créer au sein de la commission urbanisme un groupe de travail sur la toponymie municipale, afin que les noms attribués aux rues et aux lieux de notre ville le soient de façon réfléchie et pertinente, sans contre sens ni déni historique. Pourraient y participer ou être consultés des historiens, des philosophes, des journalistes, toutes celles tous ceux qui ont une compétence pour donner du sens à la désignation de l’espace et du génie aux lieux, en relation cohérente avec l’histoire, l’actualité, l’étymologie et la linguistique. C’est à la qualité de la toponymie d’une ville que l’on reconnaît toujours la qualité des municipalités passées qui ont présidé à sa destinée.

Le maire accède à cette demande de ne pas le nommer ainsi et prévoit une autre dénomination pour le rond-point « des 3 pierres ».

R5 : acquisition de parcelles…(ABSTENTION)

Laurent JOHANNY : Acquérir une voie privée, quand bien même pour l’euro symbolique, c’est s’engager à entretenir, à déneiger, à restaurer un espace qui, par définition originelle n’a pas d’intérêt public. Alors pourquoi s’engager dans une telle démarche ? Si d’aventure le conseil municipal donnait son accord ce soir, nous réclamerions qu’un courrier soit adressé à l’ensemble des citoyens ponots résidant dans un lotissement équipé d’une voie privée, pour proposer son rachat par la commune, dans les mêmes conditions. Y a-t-il un acte écrit qui décrit cet engagement ? Par quoi sommes-nous tenu ?

Mme Vincent : à l’époque de la construction du lotissement, sans accord de notre part pour racheter la voirie, rien ne se serait fait.

M. Chapuis ajoute : le déneigement requiert une aire de retournement. Il est existant. D’autres propriétaires refusent malheureusement que la ville achète des voiries alors que nous le souhaiterions. Je n’enverrai pas de courrier comme vous le demandez.

Laurent JOHANNY : Comme vous l’avez mentionné en commission urbanisme, il n’y a pas d’engagement écrit. Juridiquement, la ville n’est pas engagée. Les affaires de la ville ne sont pas conditionnées par les promesses orales du premier magistrat. Mon intervention n’a qu’un seul but : s’assurer que les règles sont les mêmes pour toutes et tous. Dans les mêmes conditions, je souhaiterais être certain que tous les citoyens.nes soient traités.ées de la même manière et j’en doute

R10 : modification du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Puy-en-Velay (PSMV) ABSTENTION

Didier Allibert : La commission d’étude dernièrement réunie a choisi de proposer des modifications du PSMV. Ce rapport les mentionne sans aucune précision : ni détail sur les parcelles concernées, ni sur les modifications détaillées. Ajoutons que ce rapport a été ajoutée au dernier moment : sans étude ni en commission urbanisme, ni en commission urbanisme.

Laurent JOHANNY : Quelle urgence ? Pourquoi ne pas reporter son étude au prochain conseil municipal afin que l’ensemble des conseilles municipaux aient les informations ?

Le Maire refuse, en raison notamment de l’école Lafayette pour laquelle l’acheteur a besoin d’avancer rapidement….

R17 : plan commerce : rue des arts 2018 : programme de communication (POUR)

Laurent JOHANNY : Lors de la commission « commerces/emploi », nous avons demandé des précisions sur ce rapport car il nous paraissait totalement inconcevable que les seuls artisans d’arts de la dite-rue puissent bénéficier de cette publicité payée par les deniers publics. Il s’agit de les soutenir tous autant qu’ils sont : rue des arts ou ailleurs.

Les services nous ont d’ailleurs confirmé que la première édition de la rue des arts avait subi cette même critique de la part d’artisans d’art installés. Nous sommes heureux de la modification du rapport qui mentionne désormais expressément un focus sur les artisans d’art de la ville qui ne sont pas présents dans cette rue.

 

R22 : subventions / affaires sociales (ABSTENTION)

Laurent JOHANNY : Dans le contexte que nous connaissons, avec des besoins qui explosent, nous devrions réexaminer le cas de différentes associations, dites « caritatives ». J’ai déjà apporté cette remarque en commission, qui est restée sans réponse. La majorité se vante de « maintenir » les aides, sauf qu’avec l’évolution annuelle , cela s’apparente à une diminution ! En l’état, je m’abstiendrai.

Françoise GAUTHIER-WILLEMS : les familles déboutées du droit d’asile bénéficiaient auparavant d’un ticket hebdomadaire de 5€/personne et par semaine de la part de l’ASEA pour acheter des denrées diverses. Cette enveloppe de 25 000€ annuels a été supprimée. Les associations dites « caritatives » ont été sollicitées pour compenser cette perte. Considérant que, dans cette enveloppe relative aux associations « affaires sociales », la ville ne verse plus de dotation au Tremplin, je demande à la ville de verser un pécule supplémentaire aux associations caritatives mis à contribution.

Le Maire : Réponse négative.

 

R23 : subventions aux associations « vie des quartiers » (ABSTENTION)

Laurent JOHANNY : En commission, je suis intervenu pour signaler que 2 associations présentent des bilans annuels négatifs, je crois que nous devrions tenir compte de l’état des finances pour chaque association avant de distribuer ces sommes ( 2200€ sans distinction), ainsi d’ailleurs, que du nombre d’adhérents concernés. Là encore, ces remarques n’ont pas obtenu de réponses de la part de la majorité.

Plus largement, et cela englobe d’autres subventions dont nous débattons ce soir, nous devrions clarifier le calcul de ces subventions qui se basent principalement aujourd’hui sur les années antérieures, sans approfondissement réel. Initiée par vos prédécesseurs de gauche dans le domaine sportif, la critérisation nous permet d’avoir des grilles de lecture claires, sans arbitraire. Cette démarche a montré ses vertus et je crois qu’il est temps de l’élargir aujourd’hui.

Le Maire : Non, car les montants ne sont pas assez importants pour être critérisés.

 

R26 : subventions aux OGEC (CONTRE)

Laurent JOHANNY : Depuis 2008, votre majorité a choisi de conventionner les écoles privées maternelles ce qui oblige la commune du Puy-en-Velay à leur verser annuellement une dotation de fonctionnement. Nous le contestons. Comment prétendre à un contexte budgétaire difficile et dilapider plus de 300 000€ annuels depuis 10 ans désormais ?

En outre, malgré mes demandes répétées, les années précédentes, et cette année encore, je n’ai pu obtenir de détails écrits sur le calcul qui vous conduit à nous présenter ce soir un tel forfait annuel. Je signale qu’il est totalement anormal que notre assemblée ne dispose pas d’un droit de regard sur ce fameux calcul, qui représente plus de 3 millions d’€ depuis 10ans.

Les services m’ont dernièrement répondu que j’aurai des éléments ce soir. Je les attends.

Catherine CHALAYE (ajointe) se contente de lire le rapport.Aucun détail ne sera donné sur le forfait annuel, base de calcul à la dotation de 380 000€ aux écoles maternelles privées (sans obligation légale).

Je constate que le forfait annuel pour les maternelles augmente de 10% par rapport à l’an dernier. Sans éléments précis pour évaluer cette augmentation, j’ai donc cherché des éléments.

D’abord, les budgets de fonctionnement des écoles maternelles publics entre 2016 et 2017 : Passant de 1,035M€ à 1,016M€, celui-ci a diminué, permettant difficilement d’expliquer l’augmentation de 10%.

Autre élément : j’ai comparé ce forfait annuel avec celui pratiqué dans les communes de Haute-Loire. D’abord, 80 communes (dont les données sont disponibles), seules 22 font le choix de pratiquer cette dotation non-obligatoire. Ensuite, sur ces 22 communes, le forfait par élève de maternelle est en moyenne de moins de 1000€. A croire que les élèves des écoles maternelles publiques du Puy-en-Velay sont vraiment privilégiés !

Sans justification face à ces plus de 1600€, je voterai contre ce rapport.

Le Maire : les écoliers au Puy-en-Velay sont mieux encadrés que dans les communes extérieures, voilà l’explication.

R35 : cuisine centrale : tarifs 2018 (CONTRE)

Laurent JOHANNY : A plusieurs reprises, nous abordé la question de la cuisine centrale au sein de ce conseil de manière posée et je le crois, constructive, notamment quant à l’évolution attendue de l’offre. Ces échanges n’effacent en rien le désaccord originel sur la création d’une telle unité. De par son surdimensionnement que les élus minoritaires contestaient lors de sa construction, nous sommes aujourd’hui confrontés à une adéquation délicate entre les demandes légitimes des familles quant à une alimentation à la fois savoureuse, équilibrée et saine, et un outil surdimensionné, il faut bien le dire. Mais ce n’est pas l’objet de ce rapport qui porte sur les tarifs de la cuisine centrale. Ces tarifs laissent transparaître une inégalité de traitement entre les familles ponotes et les autres, cela pour les mêmes prestations. Pire, ces familles ponotes contribuent par 2 fois au fonctionnement de la cuisine centrale : d’abord par le paiement des repas, puis par le paiement de l’impôt à travers la dotation de fonctionnement que nous évoquerons prochainement : cela n’est pas acceptable. C’est même scandaleux. Les tarifs des repas vendus à des communes extérieures (Brives, Coubon, Polignac de 3,05 à 3,15€) sont inférieurs au coût de revient du repas de 3,70€ (note post-conseil: c’est une vente à perte, curieux dans un marché public).

M. Raveyre et M ; Chapuis s’évertueront à exprimer leur désaccord quant à mes arguments.

Laurent JOHANNY :

Vous mentionnez les tarifs laissés à la charge des familles : encore heureux que les Quotients Familiaux sont pris en compte pour la tarification. Ce que nous affirmons ce soir, c’est que 0,50€ par repas devraient être encore soustraits à tous ces tarifs pour Le Puy !

Oser donc afficher demain aux portes des écoles de la ville que le prix des repas est majoré de 0,50€ par rapport aux communes extérieures, vous verrez le résultat ! C’est inconcevable et révoltant d’autant plus quand on prend en considération le niveau le taux de pauvreté plus important dans notre ville qu’en périphérie.

J’ajoute que, contrairement à ce que les tarifs précisent pour les communes extérieures, les familles ponotes ne bénéficient pas d’un tarif différencié entre maternelle et élémentaire. C’est une anomalie qui se doit d’être rectifiée au plus vite et intégrée aux nouveaux tarifs : les enfants ponots de maternelle ne mangent pas plus qu’à Chapuzac, Bains ou Polignac ! Leur famille doit bénéficier du même dégrèvement !

M. Raveyre et Le maire persistent à penser que la cuisine centrale n’a pas été surdimensionnée à l’époque, mais n’apportent aucune réponse sur la différenciation des coûts.Ils s’empêtrent dans une démonstration alambiquée : l’outil est très performant mais il faut chercher d’autres marchés.

Laurent JOHANNY : Vous avez mis la charrue avant les boeufs lors de la construction de cette cuisine centrale : vous l’avez dimensionnée pour un fonctionnement intercommunal, sans attendre l’aval des communes à l’époque. Ce n’est pas aux familles ponots de payer vos erreurs.

 

Observations sur les comptes administratifs 2017 et les budgets prévisionnels 2018 :

Le budget primitif 2018 présente des dépenses courantes à hauteur de 22,2M€, alors qu’elles sont de 20,7M€ en 2017 soit une augmentation de 1,5M€. Pratique courante avec vous : les budgets primitifs surévaluent les dépenses, ce qui permet de mettre des recettes, notamment des taux d’imposition en face à hauteur. Vous mentionnez une hausse des charges de fonctionnement principalement due au modification du régime indemnitaire des agents. Mais, dans le détail, des lignes attirent mon attention :

dépenses énergétiques : énergie électricité +25% passant de 319 à 491k€, chauffage urbain +50 %. Comment expliquer une telle hausse ? Ces montants nous feraient revenir aux dépenses de 2015, avant le transfert du théâtre et du musée. (de l’ordre de 180 000€ en 2015).

D’autant plus étonnant lorsqu’on considère que c’est dans le domaine de l’éclairage public (814) que la consommation d’électricité dépasse de 50 000€ le prévisionnel en 2017 pour atteindre 270 000€ , et vous prévoyez la même somme en 2018. Alors même que nous étions aux alentours de 235 000€ en 2016 et en 2015 ! QUID des économies d’électricité ? De l’extinction de l’éclairage, au moins, partiellement, la nuit ? Comment le comprendre lorsqu’on nous apprend par ailleurs le développement de l’éclairage par LED ?

Le Maire se contente d’indiquer un changement de contrat de maintenance et une augmentation des consommations d’électricité à surveiller.

eau et assainissement : (en 2015 : en 2016 : 159 000€)augmentation de 20 000€ par rapport au budget primitif pour atteindre 163 000€ ? et vous prévoyez encore une hausse de 10 000€ en 2018 ?

M. Guilhot confirme les chiffres 2015, 2016. C’est tout.

-même remarque pour les « catalogues et imprimés » passant de 27k€ en 2016 à 54k€ en 2018 soit une augmentation de 100%.

fêtes et cérémonies. En 2016, cette ligne était à 49 k€, en 2017, l’effet tour de France y est sûrement pour quelque chose, nous sommes passés à 187 k€, mais le plus étonnant, c’est qu’en 2018 cette ligne reste à un niveau très élevée : 159 k€. Le tour de France repasserait-il en 2018 ?

Aucune réponse. Le Maire finit par m’indiquer que, pour des questions aussi pointilleuses, il s’agit de les adresser par écrit auparavant, notamment en commission finances. Il faut parler « des grandes masses ».

Je lui réponds que nous ne disposions pas des documents en commission finances !Cela signifie que les conseilles municipaux n’ont aucun moyen de poser les vraies questions sur les détails du budget.

Du côté des recettes, je note des dotations en hausse, avec une perspective plus stable et par ailleurs, vous évoquez vous-même des demandes de subvention en cours à hauteur de 1,7M€.

Désaccord avec les investissements :

-vidéosurveillance : je vous conseille à ce sujet l’excellent ouvrage « vous êtes filmés » de Laurent Muchelli, directeur de recherche au CNRS, dans lequel il décrit la vidéosurveillance comme un grand bluff inefficace et dispendieux d’argent public ;

-étude au jardin Henri Vinay : 75 000€ d’honoraires pour quoi ? Je constate que les travaux dans ce jardin sont chiffrés à 100 000€ soit un montant très proches des études réalisés. Tout ça pour ça ?

Ajoutant à ces remarques, l’ensemble des désaccords exprimés dans les rapports au sein des différents conseils, dernièrement sur la cuisine centrale, je m’exprimerai résolument contre le compte administratif 2017 et contre le budget primitif 2018.

Vous maintenez artificiellement des taux d’imposition trop haut, alors que votre majorité les a fortement augmenté à partir de 2008.

Par ailleurs, la dette reste à un niveau proche de 21M€ proche de celui de 2008, alors que dans le même temps, les compétences de la ville ont diminué.

Le Maire prétend qu’un seul chiffre est important ; la capacité d’autofinancement, je rétorque que derrière les chiffres, c’est la qualité de vie l’essentielle.

R45 : compte administratif cuisine centrale (CONTRE)

Compte-tenu des observations faites à l’occasion du vote sur les tarifs, je vote contre ce budget. C’est à la collectivité de porter l’intégralité du déséquilibre de fonctionnement, pas aux familles.La dotation d’équilibre de la ville à la cuisine centrale devrait prendre en charge la totalité du déficit.

R47 : Compte administratif 2017 : (CONTRE)

R 57 : taux d’imposition (CONTRE)

R58 : budget primitif 2018 : CONTRE

 

QUESTIONS DIVERSES :

QUESTION N°1 : baromètre des villes cyclables (Laurent JOHANNY)

2,03 sur 6 ce n’est pas une mauvaise note, c’est une note très insuffisante. C’est pourtant le résultat obtenu par notre Ville dans le questionnaire de la fédération française des usagers de la bicyclette. 

Ainsi, la politique de votre majorité est clairement montrée du doigt avec la note de 1,6 / 6 obtenue pour l’affirmation : la mairie est à l’écoute des besoins des usager du vélo. Autant dire que votre majorité ne l’est pas. 

1,4/6 pour la qualité des infrastructures dédiées au vélo.

1,8 / 6 pour la sécurité des cyclistes en général.

A ceux qui préfèrent toujours regarder le verre à moitié plein, ajoutons que le seul sujet sur lequel notre ville se distingue, c’est pour la fréquence des vols de vélos.

Le diagnostic est clair, implacable. 

Le Puy-en-Velay, ville ayant accueilli le tour de France cycliste l’an dernier accuse un retard de plus en plus criant avec des villes comparables. Notons ainsi, que ces résultats, nous classent bon dernier de notre grande région Auvergne-Rhône-Alpes !

Depuis le début de cette mandature, nous intervenons quasiment à tous les conseils municipaux sur des questions relatives au déplacement. Toutes nos propositions, remarques sont systématiquement refusées. 

Nous les réitérons car une évidence s’impose : sans intégrer ces enjeux, notre ville, et plus particulièrement son centre, restera empêtré dans des difficultés de circulation d’un autre âge. En attendant une mise à plat sérieuse des sujets de déplacements au sein d’une commission de travail, nous formulons plusieurs vœux, peu coûteux, qui peuvent avoir des effets immédiats :

-à chaque réfection de voies, intégrer systématiquement, la réflexion sur l’instauration de voies dédiées aux déplacements doux et en débattre en commission ;

-étendre l’autorisation du »tourne-à-droite » pour les vélos aux feux rouges ;

-renforcer la signalétique

-pour tordre le coup aux excuses, dont beaucoup abusent, selon lesquelles le relief local interdirait le vélo : établir, ensemble une cartographie des axes à aménager en urgence, notamment ceux qui permettent une liaison inter-communale en zone à faible pente.

êtes-vous prêts à prendre ces engagements pour une application immédiate ?

Le Maire caricature mes propos. D’après lui, l’étude précise elle-même que le climat (il comprend par là, le relief, sûrement) ne serait naturellement pas favorable au vélo. Il a déjà annoncé des projets d’aménagement : la majorité ferait d’après lui, beaucoup d’efforts.

Question N°2 : cimetière du Puy-en-Velay (Didier Allibert)

Le Cimetière de la Ville du Puy ne possède qu’un seul accès, situé dans sa partie haute Rue Henri POURRAT. Aménagé en terrasses successives compte tenu de la topographie, l’accès aux allées situées dans la partie la plus basse et la plus éloignée en est rendu difficile. Or, le cimetière est également bordé par le Chemin de St Sébastien et par le Chemin de la Pinède a sont point altimétrique le plus bas.

Il serait très facile de créer un accès au carrefour de ces deux voies, au niveau de l’allée 34. De surcroît, un parc de stationnement existe à proximité immédiate, Boulevard de Cluny.

Cet aménagement serait d’un coût modique et rendrait un service intéressant et pratique, son contrôle et son automatisation en ouverture et fermeture ne semble pas non plus être difficiles.

Accéderez-vous à cette demande formulée par de nombreux habitants de la Ville et d’ailleurs soucieux d’honorer les mannes de leurs défunt(e)s ?

 

Réponse de M. Robert : nous avions envisagé une telle ouverture mais ce n’est pas prévu pour l’instant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s