Conseil municipal #lepuyenvelay : le maire aide plus #carrefour que le petit commerce, des avenants aux marchés publics au-delà des règles. Une motion à mon initiative contre l’ouverture du dimanche avec automates.

Délibération N°2 : décisions prises par le maire
N°191 à 194 : locaux des 64,66, 68 rue Pannessac / location à CARREFOUR
Je ne comprends pas les sous-location / location ou plus exactement j’ose prétendre que la municipalité loue aux propriétaires et sous-loue ensuite à Carrefour tout cela pour bénéficier de l’aide de la région. Mais pourquoi donc Carrefour n’est elle pas disposée à conduire elle-même ces négociations avec la région ?
Si j’additionne bien : loyer annuel de 21 500€/an TTC soit 1800€/mois TTC pour 480m². (44.8€/m²/an).
C’est ridiculement faible d’autant plus dans des locaux fraichement réhabilités avec 180 000€ d’argent public.
Et que dire si on compare avec la délibération N°207 : ce bail dérogatoire est sensé être avantageux pour le commerce des 50 et 52 rue Pannessac dans le cadre de l’action de soutien aux commerces. Tout calcul fait, (120 m² ) on demande à cette micro entreprise : 49€/m² /an la 1ère année, la plus avantageuse !
44,80€/m²/an pour CARREFOUR après 180 000€ d’investissement payé par le contribuable !
70€/m²/an pour le petit commerçant au bout de 3 ans soit 56% de plus que pour CARREFOUR !
Et vous osez nous parler de soutien aux petits commerçants ?????
Et en plus : sur la vitrine du carrefour market sont affichés : l’inauguration qui aura lieu dans quelques jours et surtout le fait que ce carrefour Market fera aussi : espace café / snack alors que dans la même rue, à 30m,  existe d’ores et déjà un espace café/sandwich tenu par des artisans ! Jamais il nous a été dit en conseil municipal qu’en plus de la supérette, cet espace serait organisé.
Décidément, M. le Maire, vous n’aimez pas les commerçants.
N°196 : commande publique
Salle Jeanne d’Arc : avenant pour la sonorisation : + 25 792€ sur un marché initial à 98000€ soit + 25% !!!!!!
Avec une telle augmentation, il ne s’agit pas d’un ajustement du marché initial mais bien de nouveaux besoins et donc une nouvelle consultation devait avoir lieu ! Avec de telles pratiques, ce sont nos entreprises qui sont flouées !
Comment ne pas faire le lien avec la délibération N°206 avec laquelle on apprend que la préfecture a demandé l’annulation de 3 articles relatifs à un avenant en raison d’un seuil de 15% supérieur au montant initial !
Merci aux services de la préfecture de veiller à ces règles d’application du code des marchés publics.
Délibération 22 : dérogations au repos dominical des commerces de détail 2020

On peut tout de même se féliciter de voir que l’ensemble des communes de l’agglomération ne dépasse pas les 5 dimanches d’ouverture par an, et donc voter la délibération.

Sur la question de la motion de refus de l’ouverture d’une grande surface le dimanche après-midi avec des automates et de soutien aux personnels :
Ce soir, je vous rappelle donc que Géant est sur la commune de Vals et non du Puy et qu’en vertu de sa compétence économique, c’était bien en toute cohérence que l’agglomération aurait pu se prononcer jeudi dernier avec mon initiative, mais c’était sans compter sur le sectarisme du Président de l’agglomération.
Malgré cette incohérence, je propose la motion suivante afin qu’elle serve de base à une future délibération au sein de l’agglomération.

Motion de refus de l’ouverture des grandes surfaces à automates présentée par Laurent JOHANNY

Une grande surface installée sur la commune de Vals-près-Le Puy annonce son ouverture plusieurs dimanches après-midi sans aucun caissier, seulement avec des automates.

Déjà soumis à des conditions de travail difficiles, à des pressions et à une baisse des effectifs ces derniers mois, les employés sont aujourd’hui menacés par les pertes de leur repos dominical et à moyen terme de leur emploi.

En cette période de fin d’année, nos petits commerçants de centre-ville tentent justement de tirer leur épingle du jeu les dimanches : la concurrence déloyale de cette enseigne menace leur attractivité.

Le conseil municipal du Puy-en-Velay désapprouve solennellement cette pratique, soutient une activité commerçante respectueuse des échanges humains et des droits des salariés. Nous nous engageons à porter cette parole au sein de l’agglomération.

Motion votée à l’unanimité du conseil.

.
Questions diverses :
Question 1: Arbre remarquable
La Ville du Puy doit faire procéder prochainement à la démolition de la construction située sur la parcelle 159, section AT 01.A l’angle de cette parcelle, de la Rue du Ruisseau et de la Rue des Jardins, se trouve un vieux bouleau auxquels les habitants du quartier sont très attachés.Craignant qu’à la faveur de cette démolition cet arbre ne soit sauvagement abattu, ils nous ont chargés de relayer auprès de vous leur souhait qu’il soit épargné et protégé.Pouvez-vous nous garantir, Monsieur le Maire, que cet arbre sera maintenu ?En effet, sans qu’il puisse être qualifié de remarquable, il est néanmoins intéressant et participe de l’esprit du lieu et de la qualité paysagère des rives du Dolaizon.
Réponse : tout est fait pour préserver cet arbre.
QUESTION N°2 : publicités
Malgré l’objectif annoncé de soigner les entrées du Puy, celles-ci baignent dans la publicité pour des enseignes situées en très grand majorité en zone commerciale périphérique. Ces derniers mois, le nombre d’installation de ces panneaux publicitaires flambe au détriment du cadre de vie et de l’environnement visuel des riverains.
Elles ne font qu’attirer un peu plus les visiteurs extérieurs de notre centre-ville commerçant.
Pourquoi le Règlement Local de Publicité n’a t-il pas été révisé ? Vous qui annonciez vouloir en finir avec un taux de vacance commerciale aux alentours de 15%, pourquoi n’avez-vous pas profité de cette révision pour restreindre drastiquement ces installations et privilégier l’implantation de structures plus raisonnées sur les entrées de ville pour ne mettre en lumière que nos petites surfaces du centre-ville ?
Réponse ahurissante : nous souhaitons que le règlement local de publicité soit le plus souple possible !
Question 3 : accès aux équipements sportifs
Les équipements sportifs de la ville sont soumis à une forte demande en relation avec le dynamisme de nos associations sportives. Il faut s’en réjouir. Cependant, en plus des contraintes habituelles sur la réservation de créneaux, de nouvelles difficultés sont aujourd’hui signalées par les utilisateurs, qu’ils pratiquent individuellement ou en club.
Par exemple, le stade synthétique réhabilité de Massot il y a quelques temps est aujourd’hui un espace réservé. Les utilisateurs réguliers comme certaines associations ne peuvent plus y avoir accès. Nous devons garantir que la pratique sportive est ouverte à toutes et tous, et la question de l’accessibilité des installations est fondamentale. Comment comptez-vous agir pour résoudre la difficulté d’accès à cette structure ?
Réponse : il n’y a aucun problème, au contraire.

Questions diverses déposées pour le conseil municipal #lepuyenvelay du mardi 17 décembre 18H30

Question 1: Arbre remarquable
La Ville du Puy doit faire procéder prochainement à la démolition de la construction située sur la parcelle 159, section AT 01.A l’angle de cette parcelle, de la Rue du Ruisseau et de la Rue des Jardins, se trouve un vieux bouleau auxquels les habitants du quartier sont très attachés.Craignant qu’à la faveur de cette démolition cet arbre ne soit sauvagement abattu, ils nous ont chargés de relayer auprès de vous leur souhait qu’il soit épargné et protégé.Pouvez-vous nous garantir, Monsieur le Maire, que cet arbre sera maintenu ?En effet, sans qu’il puisse être qualifié de remarquable, il est néanmoins intéressant et participe de l’esprit du lieu et de la qualité paysagère des rives du Dolaizon.

QUESTION N°2 : publicités
Malgré l’objectif annoncé de soigner les entrées du Puy, celles-ci baignent dans la publicité pour des enseignes situées en très grand majorité en zone commerciale périphérique. Ces derniers mois, le nombre d’installation de ces panneaux publicitaires flambe au détriment du cadre de vie et de l’environnement visuel des riverains.
Elles ne font qu’attirer un peu plus les visiteurs extérieurs de notre centre-ville commerçant.
Pourquoi le Règlement Local de Publicité n’a t-il pas été révisé ? Vous qui annonciez vouloir en finir avec un taux de vacance commerciale aux alentours de 15%, pourquoi n’avez-vous pas profité de cette révision pour restreindre drastiquement ces installations et privilégier l’implantation de structures plus raisonnées sur les entrées de ville pour ne mettre en lumière que nos petites surfaces du centre-ville ?
Question 3 : accès aux équipements sportifs
Les équipements sportifs de la ville sont soumis à une forte demande en relation avec le dynamisme de nos associations sportives. Il faut s’en réjouir. Cependant, en plus des contraintes habituelles sur la réservation de créneaux, de nouvelles difficultés sont aujourd’hui signalées par les utilisateurs, qu’ils pratiquent individuellement ou en club.
Par exemple, le stade synthétique réhabilité de Massot il y a quelques temps est aujourd’hui un espace réservé. Les utilisateurs réguliers comme certaines associations ne peuvent plus y avoir accès. Nous devons garantir que la pratique sportive est ouverte à toutes et tous, et la question de l’accessibilité des installations est fondamentale. Comment comptez-vous agir pour résoudre la difficulté d’accès à cette structure ?

interventions en conseil #agglo #lepuyenvelay : refus de la majorité d’une motion contre une grande surface ouverte le dimanche avec des automates….

Rapport N°24 : schéma d’accueil des entreprises (ABSTENTION)

Je demande à ce qu’un septième point apparaisse dans les plans d’actions pour la préservation des surfaces agricoles. La majorité refuse.

Rapport N°26 : cité du numérique : adhésion à une association de préfiguration (POUR)

Si je vote pour le projet, j’insiste sur la nécessité que ce pôle d’excellence numérique ne fonctionne pas en vase clos. La fracture numérique existe, cet outil, notamment à travers la « brasserie », devra permettre d’accueillir des citoyens « lambdas ». De même, dans la gouvernance, il s’agira d’incorporer les utilisateurs pour maintenir le lien.

Rapport N°30 : ouverture des commerces de détail le dimanche : avis sur les projets d’arrêtés municipaux relatifs aux dérogations accordées par les Maires. (POUR)

Je soutiens le choix de ne pas augmenter, au-delà de 5, le nombre de dérogations à l’ouverture le dimanche. Mais je propose une motion afin de soutenir les personnels de Geant Casino à Vals déjà soumis à des pressions et une baisse des effectifs, d’envoyer un signal fort contre l’ouverture le dimanche de grandes surfaces avec automates au détriment de nos petits commerces surtout en cette période. Réponse du Président : ce n’est pas le moment, il faut étudier plus sérieusement le dossier. Quel courage !!!! Les salariés ont le droit à une vie de famille et à un repos dominical. Nos petits commerces méritent qu’on se batte contre cette concurrence déloyale des automates !!!!

 

 

 

 

Tribune #lemag des élu.e.s minoritaires #lepuyenvelay : 180 000€ d’argent public à une société du #CAC40 ; démolition au Valvert #hauteloire

180 000€ d’argent public pour une société qui a distribué 350 millions d’€ de dividendes en 2017

De l’aveu même d’un adjoint du maire, les travaux ont été lancés avant que le conseil municipal ne soit saisi de la question ! Lui seul pouvait donner cette autorisation. Ceci démontre, une nouvelle fois, que l’avis de vos élu.e.s est foulé au pied par cette majorité.

Sous couvert de soutenir le commerce local, il est décidé de se substituer à la société CARREFOUR pour réaliser 180 000€ de travaux. Nous contestons formellement cette subvention déguisée à une société du CAC40. Pour nous, ce type d’aide doit s’adresser à nos petits commerçants.

Combien d’entre eux se sont installés sans aucune aide ? Combien parmi eux connaissent malheureusement des difficultés ? Surtout, comment croire que, comme le prétend le maire, cette installation d’une moyenne surface de 400m² ne viendra pas fragiliser les commerces de bouche voisins ?

Quartier du Val-Vert : détruire pour détruire ?

La requalification du quartier doit avoir un objectif : vivre mieux. Ce n’est pas en démolissant des bâtiments situés à la périphérie du quartier que ses habitants vivront dans un cadre plus aéré plus agréable. Il y a tant à faire à travers la requalification des logements, la modification de la voirie pour diminuer la circulation qui est intenable : insécurité, pollution, bruit….

Qui plus est, démolir ces bâtiments est un non-sens.

Financier d’abord : ce sont autant de millions d’euros qui ne profitent pas aux habitants du quartier alors que des travaux ont eu lieu il y a peu de temps, notamment pour le raccordement au réseau de chaleur.

Environnemental ensuite : la structure des bâtiments n’est absolument pas en cause.

Les locataires de ces immeubles payent un loyer, pour certains d’entre eux depuis des années. Ils ont payé leur appartement pour tout ou partie. Si l’OPAC 43 considère aujourd’hui que ces bâtiments ne valent rien, qu’il les donne à la Ville du Puy.

Nous considérons que dossier n’a pas permis une consultation des habitants assez large.

 

Bonnes fêtes de fin d’année,

Laurent JOHANNY

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

Didier ALLIBERT

En vert et pour tous, Le Puy en commun #lepuyencommun #lepuyenvelay #uniondelagaucheecologiste #eelv #generations #ensemble #lfi #pcf #ps

« En vert et pour tous, Le Puy en commun ! ». Ce n’est pas le début d’une histoire, commencėe depuis des mois, mais bien une ėtape. Merci à toutes et à tous pour la richesse de ce collectif unitaire autour de citoyens, d’associatifs, des écologistes et de la gauche. Prochaine rencontre publique le 16 décembre 18h30 centre Roger Fourneyron. Les ateliers se tiendront en amont d’ici là. Pour s’inscrire : contact@lepuyencommun.fr en précisant l’atelier : education, culture, sport / finances, marchés publics / accès aux biens communs / économie, tourisme / mobilités / vie de quartier. Chacun d’entre eux devra aborder nos 4 piliers : écologie, social, citoyen au coeur des décisions, jeunesse et liens intergénérationnels.

Retrouvez la page facebook : En vert et pour tous, Le Puy en commun

Les articles de presse :

http://www.zoomdici.fr/actualite/Municipales-au-Puy-l-union-de-la-gauche-autour-de-Laurent-Johanny-(Video)-id173717.html

https://www.leveil.fr/puy-en-velay-43000/actualites/municipales-la-gauche-unie-autour-de-laurent-johanny-au-puy-en-velay_13694835/?fbclid=IwAR05MFVAFImIg0SI4TZ7H13fSgQ7gX9APhD7H9M5f3jhfcz_1w945Yx2fNA

http://www.hauteloireinfos.fr/le-puy–laurent-johanny-candidat-aux-elections-municipales-a3990-haute-loire-infos.html

https://www.lacommere43.fr/dans-le-43/item/27645-puy-en-velay-la-gauche-se-montre-unie-pour-les-elections-municipales-2020.html

https://www.leprogres.fr/politique/2019/11/27/municipales-laurent-johanny-se-lance-pour-la-gauche

 

Conseil municipal #lepuyenvelay : 180000€ d’argent public pour CARREFOUR, des documents incomplets, des décisions fausses. #AURA #hauteloire

Délibération N°2 : décisions prises par le maire

N° 104 : la décision porte sur un marché de maîtrise d’œuvre relatif aux travaux d’entretien d’un ERP situé au 38 rue Coudeyrette.

1/ Cette délibération porte manifestement sur l’extension d’un établissement recevant du public (ERP) et utilisé par l’Athlétic Club, et non sur son entretien comme le mentionne l’objet. La délibération doit par conséquent être modifiée. Les erreurs quant au nom et à l’adresse du bureau d’architecture ne font que renforcer cette demande: il s’agit d’une SELARL (Société d’Exercice Libéral à Responsabilité Limitée) située au 121 avenue Foch et non d’une SERARL située au 24. avenue Foch.

Résumé de la réponse du maire : oui il y a des erreurs.

2/Comme tous les marchés mentionnés dans ces questions diverses, nous vous demandons de préciser les montants engagés : pour les travaux et pour la maîtrise d’œuvre.

Résumé de la réponse du maire : 20 000€ pour la maîtrise d’œuvre.

N°135 : mission de programmation pour la réhabilitation du marché couvert :

La mission de programmation pour la réhabilitation du marché couvert est donc engagée.

Aurions-nous l’honneur de connaître, dans ce conseil municipal, les orientations de cette réhabilitation ? Ou devrons nous attendre que cela soit dévoilé en conférence de presse ?

Résumé de la réponse : revenir à des halles « originelles ».

N°151 et 152 : baux commerciaux dérogatoires des locaux 64, 66 et 68 rue Pannessac du 1er août au 30 septembre

Pour la décision 151, le montant des loyers n’est mentionné contrairement à la 152. Pouvez-vous indiquer l’intérêt de signer ces baux provisoires pour les fonds commerciaux concernés alors que la déclaration préalable fut signée le 29 août ? Y avait-il urgence ?

Si oui, en quoi la collectivité devrait-elle se substituer au demandeur du permis qui n’est autre que la SAS Carrefour, comme le mentionne la décision de non-opposition à une déclaration préalable que vous avez signée ?

Réponse de M. Devèze : la collectivité se substitue à SAS CARREFOUR pour mener les travaux de réhabilitation des locaux en question. Il fallait prendre un bail commercial dérogatoire pour commencer les travaux rapidement.

Remarque : lors du débat sur le rapport N° 22, nous apprendrons que ces 2 décisions sont fausses : les baux commerciaux ont été signés jusqu’à fin décembre et non fin septembre.

Délibération N°3 : délégation du CM / modif de la délib du 20 janvier 2016 (CONTRE)

A six mois d’élections municipales, cette délibération surprend. Elle surprend d’autant plus à la lecture de l’argument invoqué : « compte-tenu des impératifs de bon fonctionnement courant de l’administration et de la nécessité de continuité du service public…. » Faut-il en conclure que, depuis janvier 2016, l’administration municipale dysfonctionne ? Faut-il en conclure que la continuité du service public n’est pas assurée ? C’est ce que vous suggérez et ce qui n’est pas rassurant sur la conduite des affaires municipales.

Résumé de la réponse : cette modification a été demandée par le contrôle de légalité de la Préfecture.

Alors que seul le maire était habilité, dans la délibération du 20 janvier 2016 à prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l’exécution et le règlement des marchés et des accords-cadres dont le montant est inférieur au seuil de 1 million d’euros HT, ainsi que toute décision concernant leurs avenants, lorsque les crédits sont inscrits au budget », cette délibération prévoit une subdélégation à un nombre conséquent de personnels.

Elle ne ferait que renforcer l’opacité et diluer un peu plus les responsabilités : ce serait faire porter à l’ensemble de ces personnels des responsabilités, inhérentes à l’utilisation de l’argent public, qui ne sont pas les leurs.

Par ailleurs, devant la multiplicité des personnels impliqués, cette délibération manque clairement de précision et devrait être accompagnée d’une liste exhaustive de délégations nominatives, le vocable « responsables » de services communaux ne signifie rien.

Résumé de la réponse : on s’en tient aux textes officiels.

Délibération N°6 : dossiers d’intention de démolir les immeubles 40 et 72 au Val-Vert (CONTRE)

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

La requalification du quartier doit avoir un objectif : vivre mieux. Ce n’est pas en démolissant des bâtiments situés à la périphérie du quartier que ses habitants vivront dans un cadre plus aéré plus agréable. Il y a d’autres possibilités à l’intérieur du quartier pour cela.

J’ajoute que le quartier est traversé par une route où la circulation est énorme : 12000 véhicules par jour ! En terme de bruit, de pollution, de dangerosité, c’est intenable !

Concernant certains bâtiments en cul-de-sac, il fallait créer de nouvelles voies traversantes, et c’est aussi possible pour les bâtiments rue Prosper Mérimée.

Des bâtiments ont des taux de vacance importants mais des consignes ont été données pour refuser des familles qui n’auraient pas de revenu du travail.

Didier ALLIBERT :

Démolir ces bâtiments est un non-sens financier comme environnemental, quand il n’y a aucun projet à la place. Ils ont des qualités et pourraient être réutilisés.

Délibération N° 10 : PLU : approbation (ABSTENTION)

Didier Allibert : Lors des précédentes relatives à l’étude du P.L.U., nous avons échangé, assez librement, c’est assez rare pour le souligner, et avons formulé plusieurs remarques. Tout d’abord nous avions apprécié la volonté affiché de restreindre l’artificialisation des sols malgré un manque de concordance, au moins partiel, entre le PADD et le PLU ; quant à notre désapprobation du maintien des zones à aménager sur le village d’Ours, les orientations n’ont manifestement pas bougé. En conséquence, nous nous abstiendrons.

Délibération N°11 : modification du PSMV (ABSTENTION)

Ces modifications entérinent la suppression des emplacements réservées concernant l’ancienne maison des Sports. La vente de ce bien a été réalisée avant même la déclassification avec une estimation que nous remettons en cause. Nous considérons que la commune, comme les autres potentiels acheteurs ont été lésés.

Résumé de la réponse du maire : aller au Tribunal administratif si vous voulez.

Délibération 22 : 64, 66, et 68 rue Pannessac (CONTRE)

1/Le rapport demande à cette assemblée démocratiquement élue, je cite :

« d’engager une opération d’aménagement de l’ensemble commercial situé 64, 66 et 68 rue Pannessac… ».

Nous pouvons débattre du fond du sujet, et nous le ferons. Mais commençons par préciser, qu’une nouvelle fois, comme vous nous l’avez montré trop souvent depuis janvier 2016, vous respectez bien peu ce conseil municipal : les travaux ont débuté depuis longtemps au sein de ces locaux !

Réponse : vous avez raison mais c’était urgent…(de commencer les travaux la semaine dernière).

Les échanges en début de conseil municipal nous ont confirmé que la collectivité s’est substituée à l’entreprise désireuse de s’installer au sein de cet ensemble de plus de 400 m² en payant un bail dérogatoire.

Ce rapport ne précise expressément : ni les propriétaires des nus murs (seulement indiqués dans le détail de la délibération N°2), ni le propriétaire des fonds commerciaux, ni le bénéficiaire de la location. Quand il s’agit de solliciter de l’argent public, c’est pourtant la moindre des exigences ! C’est d’ailleurs bien nécessaire pour comprendre : pourquoi l’autorisation de travaux délivrée le 3 septembre présente la ville du Puy-en-Velay comme bénéficiaire alors que la décision de non-opposition à la déclaration préalable mentionne la SAS CARREFOUR comme bénéficiaire !?

Par l’intermédiaire de cette délibération, vous nous demandez de valider le principe de soutien au commerce local, utilisé à jour pour des commerces indépendants et des structures à taille humaine, à la société CARREFOUR SAS. Nous avons soutenu les précédentes délibérations pour ce soutien aux petits commerces, mais là, soutenir CARREFOUR, c’est non !

Une collectivité a-t-elle pour vocation d’investir à la place d’une multinationale qui distribue des centaines de millions d’€ chaque année à ses actionnaires ? Ce n’est pas notre conception du soutien au commerce local. Dans cette rue, de nombreux indépendants ont investi seuls, et se battent tous les jours pour faire vivre leur commerce.

Soutenir le commerce local oui mais pas pour CARREFOUR !

Ajoutons qu’il ne s’agit pas d’une nouveau commerce : le carrefour existe déjà au sein du marché couvert. C’est votre décision qui a conduit au possible départ du carrefour !

Résumé de la réponse du maire : CARREFOUR a fait pression. Si nous n’apportions pas cette aide, l’enseigne serait partie. M. Devèze ajoute que l’entreprise a fait une étude pour montrer que ce projet sera rentable. Confus, ce dernier expliquera que le loyer de CARREFOUR serait de 1500€/mois (le montant est tellement faible que je n’y crois pas….).

Ma réponse : il est inadmissible de se coucher devant cette multinationale. Elle sait bien évidemment que ce sera rentable et demande encore que la collectivité, donc nos impôts, l’aide à s’installer ! D’autres possibilités existent avec des structures alternatives. Ajoutons que des petits commerces dans cette rue proposent déjà des fruits, des légumes, de la viande, du pain…. Il faut privilégier de nouveaux modes de consommation en contournant ces enseignes.

Les photographies suivantes ont été prises sur la devanture des locaux. Ils attestent que le bénéficiaire des travaux est bien CARREFOUR SAS. Il ne s’agit pas d’aider le futur gérant indépendant mais bien d’investir, sur les deniers publics, à la place de CARREFOUR.

20191011_14062220191011_14062720191011_14061720191007_185903

 

QUESTIONS DIVERSES :

1/ Place de la Libération (Laurent JOHANNY)

Vous avez déclaré à l’occasion des cérémonies commémoratives de la Libération et concernant la place du même nom: « l’objectif, c’est de donner à cette belle place un aspect urbain végétalisé ».

Cette déclaration reprenait les annonces faites à plusieurs reprises concernant le réaménagement de cette place, publiées dans la presse et par l’intermédiaire d’un flyer distribué largement dans lequel figure une image d’insertion paysagère où les arbres sont nombreux, les trottoirs ont des revêtements clairs, les cyclistes et les piétons enfin accueillis dans des conditions de confort et de sécurité auxquelles ils ont droit.

Ces travaux sont terminés et force est de constater que la Place de La Libération ressemble étrangement à ce qu’elle était auparavant. Vaste étendue bitumée, réduite à n’être qu’une zone de stockage pour les voitures.

« aspect urbain végétalisé ».

« végétalisé » ne signifie rien, et nous avons été naïfs et abusés par les images présentées. 22 arbres y seront plantés, 22 arbres sur 5000 m². Chacun planté dans des terre-plein de 2mx2m qui ne leur permettront pas de croître normalement… assurément, nombre d’entre eux connaîtront la même destinée que des dizaines d’autres partout en ville ces dernières années au gré des différents aménagements : ils mourront rapidement.

Face aux exigences environnementales et la nécessaire mutation de nos villes, l’argent public doit permettre des aménagements vertueux : limiter l’imperméabilisation des sols, créer des îlots de fraîcheur grâce à des revêtements clairs et des bandes végétalisées. Les étés prochains annoncent de nouvelles périodes de canicules et nous devons adapter nos espaces publics. 

Au-delà de questionnements lourds sur l’absence d’espaces de convivialité, sur des circulations cyclable et piétonne rendues délicates sur un terre-plein central partagé et réhaussé, ce sont les revêtements très sombres qui inquiètent. Ils accentueront les températures ressenties par les riverains. Ce n’est pas le grenaillage en cours qui règlera le problème : au contraire, il ne fait qu’augmenter les rejets de bitume et de grenaille dans le milieu ambiant.

Pourquoi cet aménagement de la Place de la Libération est-il tellement différent des intentions affichées ?

Réponse de Mme Barre pour expliquer que les riverains ont été consultés ainsi que les pompiers et les gendarmes.

2/ commune zéro pesticide ? (DIDIER ALLIBERT)

Depuis 2015, notre ville détient le label 1 de la charte FREDON.

Se faisant, nous nous engageons simplement à nous mettre en conformité avec la règlementation , à tenir à jour un registre des interventions phytosanitaires, à prendre en compte les contraintes de désherbage dans les nouveaux aménagements, à mettre en place des actions de sensibilisation auprès des habitants, à assister à une journée de démonstration de techniques alternatives.

La loi Labbé interdit l’emploi de pesticides depuis le 01/01/2017 : elle s’applique aux espaces verts, aux promenades, aux forêts et à la voirie mais avec des dérogations importantes : pour les cimetières, les terrains sportifs, pour l’entretien des voiries dans les zones étroites, difficiles d’accès, telles que les bretelles, échangeurs, terre-pleins centraux et ouvrages…..

Quand la Ville du Puy sera-t-elle en capacité de s’engager au niveau 3 de la charte, soit de ne plus appliquer de produits dits « phytosanitaires » nulle part ?

Êtes-vous prêts à interdire, comme certaines communes courageuses l’on fait, l’épandage de pesticides à moins de 150 m des habitations ?

Réponse confuse de M. Robert qui évoque les agriculteurs et leurs prairies.

Aucune réponse ne sera apportée sur la charte FREDON.

Ce soir 18h30 : conseil municipal #lepuyenvelay . Nos questions diverses.

1/ Place de la Libération

 

Vous avez déclaré à l’occasion des cérémonies commémoratives de la Libération et concernant la place du même nom: « l’objectif, c’est de donner à cette belle place un aspect urbain végétalisé ».

Cette déclaration reprenait les annonces faites à plusieurs reprises concernant le réaménagement de cette place, publiées dans la presse et par l’intermédiaire d’un flyer distribué largement dans lequel figure une image d’insertion paysagère où les arbres sont nombreux, les trottoirs ont des revêtements clairs, les cyclistes et les piétons enfin accueillis dans des conditions de confort et de sécurité auxquelles ils ont droit.

Ces travaux sont terminés et force est de constater que la Place de La Libération ressemble étrangement à ce qu’elle était auparavant. Vaste étendue bitumée, réduite à n’être qu’une zone de stockage pour les voitures.

« aspect urbain végétalisé ».

« végétalisé » ne signifie rien, et nous avons été naïfs et abusés par les images présentées. 22 arbres y seront plantés, 22 arbres sur 5000 m². Chacun planté dans des terre-plein de 2mx2m qui ne leur permettront pas de croître normalement… assurément, nombre d’entre eux connaîtront la même destinée que des dizaines d’autres partout en ville ces dernières années au gré des différents aménagements : ils mourront rapidement.

Face aux exigences environnementales et la nécessaire mutation de nos villes, l’argent public doit permettre des aménagements vertueux : limiter l’imperméabilisation des sols, créer des îlots de fraîcheur grâce à des revêtements clairs et des bandes végétalisées. Les étés prochains annoncent de nouvelles périodes de canicules et nous devons adapter nos espaces publics.

Au-delà de questionnements lourds sur l’absence d’espaces de convivialité, sur des circulations cyclable et piétonne rendues délicates sur un terre-plein central partagé et réhaussé, ce sont les revêtements très sombres qui inquiètent. Ils accentueront les températures ressenties par les riverains. Ce n’est pas le grenaillage en cours qui règlera le problème : au contraire, il ne fait qu’augmenter les rejets de bitume et de grenaille dans le milieu ambiant.
Pourquoi cet aménagement de la Place de la Libération est-il tellement différent des intentions affichées ?

2/ commune zéro pesticide ?

Depuis 2015, notre ville détient le label 1 de la charte FREDON.

Se faisant, nous nous engageons simplement à nous mettre en conformité avec la règlementation , à tenir à jour un registre des interventions phytosanitaires, à prendre en compte les contraintes de désherbage dans les nouveaux aménagements, à mettre en place des actions de sensibilisation auprès des habitants, à assister à une journée de démonstration de techniques alternatives.

La loi Labbé interdit l’emploi de pesticides depuis le 01/01/2017 : elle s’applique aux espaces verts, aux promenades, aux forêts et à la voirie mais avec des dérogations importantes : pour les cimetières, les terrains sportifs, pour l’entretien des voiries dans les zones étroites, difficiles d’accès, telles que les bretelles, échangeurs, terre-pleins centraux et ouvrages…..

Quand la Ville du Puy sera-t-elle en capacité de s’engager au niveau 3 de la charte, soit de ne plus appliquer de produits dits « phytosanitaires » nulle part ?

Êtes-vous prêts à interdire, comme certaines communes courageuses l’on fait, l’épandage de pesticides à moins de 150 m des habitations ?

_________________________

Les sujets à l’ordre du jour :
20191014_16264220191014_162628.jpg20191014_162656.jpg

Ensemble pour une ville écologique, démocratique et solidaire ! #lepuyenvelay #hauteloire

Les militantes et militants du Puy-en-Velay des organisations politiques Ensemble ! Europe Écologie Les Verts, Génération.s, La France Insoumise, Parti Communiste Français et du Parti Socialiste annoncent leur volonté collective de participer à une liste unitaire des écologistes et de la gauche sociale et écologique lors des élections municipales de la ville en mars 2020.
Profondément attachés à notre commune et à son agglomération, nous porterons un projet ambitieux aux niveaux environnemental, démocratique et social, domaines délaissés depuis trop longtemps par la majorité municipale. Fragilisées par les baisses successives de dotation de fonctionnement, nous pensons que nos collectivités doivent conduire des politiques plus proches des citoyens et de leurs besoins quotidiens en :
-adaptant notre ville et notre agglomération au défi de l’urgence climatique qui fragilise un peu plus les plus démuni.e.s et en développant notamment des modes de déplacements dignes du XXIe siècle ;
-facilitant l’accès aux biens communs (énergies, culture, transport, logement, sport…) à travers des tarifications sociales,
-replaçant les habitants au cœur des projets avec des outils de consultation et d’action. Demain, les Ponotes et les Ponots habitants reprendront la main sur l’aménagement de leur quartier et de ce qui est bon pour tous (circulation, santé, mixité…), sans attendre les bonnes paroles venues d’en haut.
Parce qu’il n’est pas question de construire une liste sans les citoyennes et les citoyens du Puy-en-Velay, nous nous engagerons dans une liste ouverte avec, au moins, la moitié de candidat.e.s non-encarté.e.s dans un parti politique. Dans les jours à venir, nous poursuivrons les échanges au plus près de la population dans les quartiers afin d’élaborer, ensemble, un programme ambitieux pour bâtir une ville plus humaine et plus verte !
Les militant.e.s du Puy-en-Velay de Ensemble !, Europe Écologie Les Verts, Génération.s, La France Insoumise, la section socialiste, du Parti Communiste Français et du Parti Socialiste.

consigne à vélo #lepuyenvelay : la clinquante inauguration au détriment du quotidien. #FUB

Communiqué de presse :

consigne à vélo : de l’affichage au détriment du quotidien

La pratique du vélo au quotidien a de nombreuses vertus : pour son coût de revient très modeste, pour la santé des utilisateurs grâce à une activité physique saine, pour la préservation de l’environnement, pour la fluidité de la circulation en centre-ville, pour la qualité de l’air, mais aussi pour l’activité économique de notre centre-ville. Avec son besoin restreint d’espace sur la voie publique, le vélo favorise en effet la vitalité des centres-commerçants.

Pour toutes ces raisons, en tant que conseiller municipal et d’agglomération du Puy-en-Velay, j’interviens régulièrement pour proposer et réclamer une politique ambitieuse en terme d’aménagements pour les cyclistes : la multiplication de mobiliers gratuits, couverts et adaptés au stationnement des vélos au plus près du lieu de loisir ou d’achat ; l’aménagement de voies réservées et sécurisées, au moins sur les voies nouvellement réhabilitées. Sur ce dernier point, ça n’a pas été le cas : ni sur les boulevards de la République et Saint-Louis, ni place Maréchal Leclerc, ni avenue de la Gazelle….. et que dire de la dangerosité de la voie du Bertrand De Doue !

Rappelons qu’à cause de cette inaction, notre ville du Puy-en-Velay a obtenu la note de 2,1/6 dans le baromètre des villes cyclables établis par la FUB en mars 2018 pour une pratique classée « G-très défavorable ».

Aujourd’hui, les appareils photos crépitent face à cette installation toute clinquante au beau milieu de la place Michelet (comme si un cycliste se comportait comme un automobiliste) : voici donc une consigne à vélo inadaptée aux besoins des utilisateurs et payante de surcroît !

Comme souvent, cette inauguration n’est que pure affichage, bien loin des réalisations d’une majorité qui qui a laissé notre ville s’empêtrait dans un plan de circulation urbain totalement anachronique.

Laurent JOHANNY

conseiller municipal et d’agglomération du Puy-en-Velay,

membre de Génération.s Haute-Loire

Chirac, l’ambivalent

Le Président Chirac a réussi là où ses successeurs ont échoué : rassembler les Françaises et les Français autour d’une histoire commune, rassembler les ruraux et les urbains. Sa trajectoire politique fut celle d’un équilibriste entre politique libérale et sociale, entre fermeté et humanisme.

Ses tambouilles politiciennes, ses propos racistes ou déplacés ainsi que les fraudes avérées ont terni son parcours. Mais, sa stature à l’international, son charisme ont effacé en partie ces travers. Le discours du Vel d’Hiv, le veto à l’ONU en 2003, sa position face à Israël, le discours de Johannesburg resteront des actes forts d’un géant de la politique.

En 1995, alors âgé de 12ans, je me souviens des applaudissements dans le salon familial pour sa victoire. Pourtant bien éloignés de tout avis partisan, mes parents saluaient celui « qui comprend les paysans », « qui est proche des petites gens »….

La contre-réforme des retraites présentée par Juppé me heurtait et semait les graines de mes engagements futurs. Moi, fils d’ouvriers-paysans, je devenais socialiste au grand dam de mes aînés qui ne me soutenaient pas mais qui, toujours dans la retenue, respectaient cet acte de l’adolescent qui prenait peu à peu le large. En 2002, nouvellement engagé en politique et plein d’enthousiasme, je participais modestement à la campagne pour Jospin pour le soutenir en tant que nouvel électeur. Le 5 mai, atterré, je glissai le bulletin Chirac dans l’urne pour La République. Il ne fallu que quelques mois pour comprendre, que rien ne serait plus pareil. J’en voulais tellement à ce Président qui fit de ses 82% un totem sans questionner sa politique droitière.

17 ans plus tard et après quelques expériences politiques calamiteuses de la Ve République, le constat est glaçant : la bête immonde, même masquée, ne s’est jamais aussi bien portée, la fracture sociale dénoncée par Chirac s’est décuplée pour devenir désormais un outil de croissance des profits des puissants, la planète brûle mais nous la regardons encore.  Chirac l’ambivalent est mort.

Hommage au grand Homme d’état.