Tribune des élus minoritaires #mag #lepuyenvelay #hauteloire #AURA « en finir avec le cas par cas »

En finir avec le «cas par cas».
Chères Ponotes, chers Ponots,
l’été 2017 restera longtemps marqué par le passage du Tour de France au Puy-en-Velay. Cet événement populaire a dynamisé notre saison touristique et nous nous en réjouissons, notamment pour nos commerçants. Les retombées médiatiques amélioreront nécessairement la renommée de notre territoire.
Notre devoir d’élus-es c’est de prévoir et d’agir pour recevoir dignement des milliers de touristes dans une cité adaptée à son temps, dans laquelle les déplacements seraient confortables pour tous : à la fois plus fluides et compatibles avec les enjeux environnementaux et sanitaires, à l’image de ce que de nombreuses villes comparables ont su mettre en œuvre en France.
La majorité ignore ainsi l’évidence : plusieurs articles de la presse locale comme nationale, soulignent l’inadaptation évidente de notre belle ville à travers des exemples bien connus : absence de mobilier et de pistes cyclables, passages piétons dangereux, aucune synchronisation des feux malgré de très anciennes promesses,…
Enfermée dans une conception archaïque et contre-productive de l’urbanisme, la majorité saisit toutes les occasions pour inaugurer de nouvelles places de parking sans traiter le mal. Multiplier le stationnement en centre-ville en grignotant sur l’espace public, c’est oublier que de nombreux véhicules pourraient être à l’extérieur avec une meilleure organisation du transport public, c’est s’obstiner dans une démarche vouée à l’échec, c’est faire l’impasse sur les nombreux bouchons qui paralysent notre ville aux heures de pointe et exaspèrent nos concitoyens, c’est négliger la santé des habitants du centre-ville.
On nous promettra sûrement encore quelques études, qui déboucheront certainement sur quelques aménagements à grand renfort d’articles de presse, mais sans aucune vision d’ensemble, seulement au « cas par cas ».
Le cas par cas », cette méthode de gestion de la majorité qui entraîne des absurdités démocratiques.
Sachez par exemple, qu’aucune discussion n’a eu lieu en commission municipale (sensée pourtant être le lieu de discussions par excellence) au sujet de l’aménagement de la place Michelet.
Le « cas par cas », cette méthode qui nous conduit à dénoncer des fautes morales quant à
l’attribution tantôt de marchés publics, tantôt de gérance de locaux municipaux. Nous considérons que tout le monde a le droit de travailler, quel que soit son nom, quels que soient ses engagements.
Malgré le sectarisme dont nous sommes victimes au sein du conseil municipal, sachez que nous continuerons à œuvrer, pour le bien-être de toutes et de tous.
En remerciant tous les acteurs de la vie citoyenne ponote pour leur engagement,
Les élus minoritaires,
Laurent JOHANNY,
Françoise GAUTHIER-WILLEMS,
Didier ALLIBERT,
Catherine GRANIER-CHEVASSUS.
Publicités

Halte à la division de la #gauche, en #HauteLoire comme partout en France ! #législatives

Lors de l’élection présidentielle, nous, citoyens autour de la candidature de Benoît Hamon en Haute-Loire, regrettions les postures de ceux qui refusaient l’unité de la gauche alternative, pourtant seule à-même de contredire le triomphe annoncée d’un candidat de droite face à Le Pen au second tour.
Localement, malgré la démarche constructive menée par la fédération départementale du parti communiste, nous ne pouvons que constater et profondément regretter la répétition de ce funeste scénario perdant pour les élections législatives. Quelle que soit la raison évoquée pour se justifier, les nombreuses candidatures à gauche sèment la division, soit pour glaner quelques pourcentages afin de s’assurer de subventions publiques (quitte à parachuter une inconnue), soit pour se réfugier dans le sectarisme (certain d’être plus pur que tout autre), soit pour s’évertuer à vanter les mérites d’un quinquennat qui, de fait, a semé les graines de la révolte sociale que le dernier scrutin dévoile.
Nous ne cautionnons pas la division, nous ne soutenons donc aucune de ces démarches qui ne désespèrent qu’un peu plus les citoyens  désireux d’une gauche alternative unitaire.
 
Face à ce constat, pour ne pas ajouter de la division à cette division affligeante, nous prenons la décision de ne porter aucune candidature en Haute-Loire.
 
L’indifférenciation politique entre la droite et la gauche conduit malheureusement les citoyens à la radicalité: le clan Le Pen a beau jeu de décrier un système UMPS lorsque celui-ci se concrétise aujourd’hui à travers le gouvernement Macron.
Demain, la gauche alternative est appelée à se reconstruire : nous y participerons pleinement. Si certains croient encore à la politique de la terre brûlée, nous y préférons la discussion autour de nos convergences, au service de la justice sociale et de la transition environnementale.  

Un silence assourdissant #réfugiés #wauquiez #hauteloire #lepuyenvelay #AURA

Un silence assourdissant

Parce qu’il saute sur tous les sujets lui permettant d’attirer les caméras, quitte à se vautrer dans un dangereux simplisme, L.Wauquiez s’enfonce une nouvelle fois dans une posture politicienne opposée aux valeurs de notre département. Au lieu d’expliquer les circonstances géopolitiques, de préparer les citoyens, d’oser dire la vérité cruelle selon laquelle les années qui s’annoncent entraîneront nécessairement des millions de réfugiés à travers le monde du fait des conflits et du réchauffement climatique, voici que le Président de la 2ème région de France et député préfère souffler sur les braises de la haine, de la peur, comme s’il fallait choisir entre l’aide apportée aux Français les plus démunis et celle destinée aux réfugiés qui par dizaines de milliers périssent durant leur périple.

Un stade est-il franchi ? ou est-ce là au contraire la simple continuité d’une dérive ?
Lui à qui fut « confiée » la Haute-Loire sur un plateau d’argent par le centriste Jacques Barrot, lui qui aime rappeler quand cela l’arrange, son attachement aux racines chrétiennes de la France, s’attache désormais à dégager la route aux idées de Marine Le Pen, ou plus exactement à tout faire pour prendre sa place.
Alors comment peuvent-ils rester silencieux ? Comment cette irresponsabilité politique peut-elle être cautionnée par « nos » élus altiligériens ? 
Je ne parle pas de ceux prêts à renier père et mère pour assouvir leur désir de lumière à ses côtés : plus rien n’est à attendre de leur part. Je parle de ces hommes et de ces femmes politiques encore alliés à L. Wauquiez, avec qui nous partageons pourtant l’essentiel : l’humanisme. Je parle de ceux avec qui j’ai des débats, parfois âpres et sonores, sur la gestion de nos collectivités. Je les appelle solennellement à se faire entendre, à se distinguer de propos extrémistes, il en va désormais de leur honneur.
Laurent JOHANNY et la section PS du Puy-en-Velay
conseiller municipal et communautaire du Puy-en-Velay
secrétaire fédéral PS de Haute-Loire

Tribune #lemag du 8/03/2016 #lepuyenvelay : une gestion mise en doute

Une gestion mise en doute

Chères Ponotes, chers Ponots,

la fin de l’année 2015 fut marquée par l’analyse très critique des finances de notre ville par la chambre régionale des comptes. Nous invitons l’ensemble des citoyens ponots à prendre connaissance de ce rapport, disponible en ligne : http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Commune-du-Puy-en-Velay-43-rapport-dobservations-definitives-2015.

Ainsi, cet organe de contrôle relève que « l’analyse du budget principal de la commune a mis en évidence des lacunes et des erreurs, imputables aux insuffisances du contrôle interne »(page 16) et que « la comptabilité communale comporte de nombreuses défaillances qui nuisent à l’image fidèle des comptes » (page 17). En surévaluant les dépenses en début d’exercice budgétaire, la majorité maintient artificiellement une imposition plus forte que nécessaire. Cette observation conduit à la conclusion suivante (page 11) : « cette thésaurisation traduit un effort injustifié demandé au contribuable : un niveau de ressources plus adapté à la couverture des dépenses réelles aurait pu conduire à un ajustement à la baisse des taux de fiscalité locale. » Ce rapport affirme que les impôts payés par les Ponots auraient pu réellement baisser alors que « le produit des impôts n’a pas diminué pour autant, notamment en ce qui concerne la taxe d’habitation » (page 19).

Par ailleurs, l’organisation de pratiques irrégulières quant à l’embauche d’anciens collaborateurs du cabinet du maire sont pointées du doigt (page 35) : «La commune ne s’est pas donné les moyens pour recruter des titulaires sur deux postes et a favorisé leur pourvoi par d’anciens collaborateurs de cabinet. » Curieuse conception du respect de la loi républicaine quand on se permet de s’en arranger pour ses amis. Ceci confirme nos craintes vis à vis d’une gestion opaque et improvisée, faite d’effets d’annonce.

« Les risques encourus » par notre collectivité (page 13) appellent à plus de rigueur. La désignation de M. Chapuis, ex-adjoint aux finances, à la fonction de Maire n’est pas faite pour nous rassurer. Il a en effet été l’acteur principal de cette dérive budgétaire. Maire sous tutelle d’une autorité désormais extérieure à la Ville, il le restera puisqu’il le revendique dans ses premières réactions. Le Puy-en-Velay mérite un maire à plein-temps qui lui consacre toute son énergie alors que M. Chapuis cumule désormais les mandats de maire, conseiller régional et membre de la commission permanente : en totale contradiction avec son premier discours de maire.

Aux ambitions politiciennes et aux petits arrangements, les élus minoritaires que nous sommes préférons la force du collectif. Lucides et vigilants, nous le serons plus que jamais en 2016.

Laurent JOHANNY

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

Didier ALLIBERT

Catherine GRANIER-CHEVASSUS