appel de socialistes #hauteloire pour une #gauche unie mais diverse, #PSUnitaire #GDS

Pour que renaisse l’espoir à gauche

La politique du gouvernement montre son vrai visage, celui de l’injustice sociale au service des plus riches. Face à lui, il est nécessaire de reconstruire une gauche alternative. Le gouvernement Macron-Philippe empire la politique initiée précédemment contre le code du travail par la loi El Khomri.
Nous sommes des socialistes opposés à la dérive libérale et aux reculs sociaux du gouvernement Valls-Hollande qui ont conduit le Parti Socialiste à sa perte, par une politique qui tournait le dos aux attentes de nos concitoyens. D’ailleurs, jamais depuis un siècle les candidats socialistes n’avaient obtenu en Haute-Loire un score aussi faible que lors des dernières élections législatives.
« Debout la Gauche ! »
Nous savons qu’à gauche, rien de grand n’a jamais été réalisé sans unité et sans un projet qui place l’économie au service des humains, au contraire des libéraux de droite et de gauche qui veulent mettre les humains au service de l’économie et de la finance. Nous ne nous résignons ni à l’échec, ni à la politique du passé.
Construire l’unité
Nous n’avons pas d’ennemis à gauche, , ni chez les Ecologistes, ni chez les Communistes, ni chez les Insoumis, ni dans le mouvement social : nous ne craignons pas de débattre ensemble, y compris de nos divergences. Nous soutenons toutes les actions de résistance contre la politique anti-sociale du gouvernement, que ce soit pour défendre le code du travail, s’opposer aux suppressions d’emplois aidés ou de fonctionnaires, ou pour refuser les injustices fiscales qui allègent l’impôt des plus riches, baissent les APL et augmentent la CSG.
Nous avons décidé d’agir pour un Parti Socialiste Unitaire : regrouper des socialistes, encartés ou non, qui veulent continuer à défendre les idéaux de justice sociale et d’unité de la gauche dans sa diversité, tel est notre projet.

Contact : psunitaire@gmail.com
Les premiers signataires :
Arlette Arnaud-Landau, Raymond Vacheron, Christian Bourquard, Sabine Chirol, André Michel, Annie Coste, Jacques Floquet, Martine Pierron, Franck Cortese, Jean-Louis Rome, Geneviève Grolleau, Christian Lafond, Gérard Fraquier, Agnès Hay, Laurent Johanny, Gérard Roqueplan, Catherine Teysonneyre, Fernand Rosier, Emmanuel Wiederhold,…

Publicités

(Demain) Le 11 juin, je voterai pour …. #législatives #hauteloire #wauquiez ou pas. (MàJ)

Demain, je voterai pour des candidats qui ne font pas de la Haute-Loire leur terrain de jeu électoral, qui ne cherchent pas à distribuer l’argent public au gré de leurs envies.

Demain, je voterai pour des candidats républicains, qui n’ont pas besoin de l’affirmer pour l’être, pour ceux qui considèrent qu’on ne transige pas avec la loi.

Demain, je voterai pour des candidats qui acceptent les débats, qui acceptent la diversité, qui écoutent, qui ne sombrent pas dans le sectarisme.

Demain, je ne voterai donc pas pour celui qui ne supporte pas la contradiction, celui qui est prêt à tout, même au pire, pour exterminer l’adversaire,  celui qui, paranoïaque, considère que toute remarque agresse.

Demain je ne voterai donc pas pour celui s’en prend à ma famille, au mépris du droit, au mépris de toute humanité, pour me faire taire, pour me punir.

Demain, je ne voterai pour la politique avec un grand P, celle qui fait passer l’intérêt collectif avant l’intérêt particulier, celle qui ne cherche pas à faire plaisir à des individus mais qui bâtit l’avenir à travers l’élaboration de la loi de la République (oui, en fait, ça sert à ça un député…).

Demain je ne voterai pas pour des illuminés par une quelconque personnalité, tout aussi brillante soit elle.  parce que je ne crois pas à l’homme providentiel,  et que je m’en méfie.

Demain, je voterai pour des candidats doués d’esprit critique, capables de dire non lorsque les engagements sont rompus.

Demain, je voterai pour des candidats qui n’ont pas peur de la vérité, qui n’ont pas besoin de mensonges éhontés pour berner les citoyens.

Demain, je voterai pour des candidats qui assument leur couleur.

Demain, je voterai pour des candidats qui s’intéressent aux citoyens laissés de côté, qui étaient prêts à l’unité pour prôner la justice sociale, la conversion écologique et solidaire.

Bref, demain, libre, je voterai pour. (et finalement, qu’importe ma circonscription – 1 ou 2-même combat).

Faire battre le cœur de la France et de la Haute-Loire ! #Hamon2017 #hauteloire

Largement en tête du premier tour de la primaire de la gauche et des écologistes, Benoît Hamon se voit ainsi récompensé pour une campagne sérieuse et volontariste. En portant au devant des Français des projets ambitieux, il a su montrer une voie d’espérance en assumant des convictions clairement socialistes et écologistes.

Ce soir, son discours de rassemblement tranche avec l’agressivité de Manuel Valls. L’avenir de la gauche et de la France ne peut se jouer à coups de menton. La politique économique et sociale conduite par Valls-Macron est très clairement sanctionnée ce soir.

La gauche réaliste est celle qui regarde la vérité en face, sans courber l’échine, en traçant une nouvelle voie, pas celle de la résignation d’un social-libéralisme qui sème le désespoir.

En Haute-Loire, les résultats désavouent une fédération qui se targuait, il y a quelques jours encore, d’avoir 80% de militants derrière Manuel Valls. Clairement, c’est un désaveu sévère infligé aux dirigeants de la fédération.

Résultats sur les 4 bureaux du Puy-en-Velay :

HAMON 189

VALLS 130

MONTEBOURG 67

PEILLON 39

PINEL 8

DE RUGY 14

BENHAMIAS 11

Résultats en Haute-Loire : 

HAMON 37,3%

VALLS 31,4%

MONTEBOURG 18,6%

PEILLON 5,7%

DE RUGY 3,7%

PINEL 1,9%

BENHAMIAS 1,3 %

Dimanche prochain, amplifions encore la mobilisation pour le renouveau politique et l’ambition écologique et sociale. 

L’extension du travail du dimanche n’est pas notre choix de société.

Communiqué de « Vive la gauche » du parti socialiste, issu de « l’appel des 100 »

L’extension du travail du dimanche n’est pas notre choix de société.

Le projet de loi présenté aujourd’hui confirme les inquiétudes du collectif « Vive la gauche ! ». C’est une erreur économique et un choix de société qui n’est pas le nôtre.

Le texte prévoit une déréglementation d’ampleur du travail dominical, en autorisant notamment le passage de 5 à 12 dimanches travaillés, à la discrétion des maires et sans volontariat des salariés. Le projet de loi étend également les territoires dans lesquels le principe du repos dominical ne s’applique plus.

De nombreuses études ont démontré que ces mesures n’auront pas d’impact économique positif sur la croissance et l’emploi. Le porte-monnaie des Français, déjà très affecté par la stagnation du pouvoir d’achat, ne va pas s’élargir pour consommer le dimanche. Des emplois en grand nombre seront détruits dans des commerces de proximité.

L’absence prévisible de résultats économiques ne justifie donc pas de sacrifier le bien-être des salariés et de leur famille. Qui peut croire, dans la période de fort chômage et de panne du pouvoir d’achat que nous connaissons, qu’un salarié, même théoriquement protégé par le volontariat, pourra refuser de travailler un dimanche si son employeur le lui demande ? Par ailleurs, travailler obligatoirement douze dimanche par an – c’est-à-dire un dimanche par mois –, n’est plus une exception acceptable, c’est un bouleversement des rythmes sociaux et familiaux.

Nous nous opposons à l’idée que la « modernité » passerait nécessairement par la remise en cause de progrès obtenus au prix de longs combats collectifs. N’oublions pas que la loi instaurant le principe du repos dominical fut instaurée dès 1906.

La généralisation du travail dominical n’a plus aucun rapport avec nos engagements de 2012 ni avec les combats parlementaires de 2009 pourtant très explicites dans  leur refus de l’hyperconsommation. Il est essentiel de préserver un temps personnel et non marchand dédié à l’épanouissement individuel et familial sous toutes ses formes.

Au Parlement, « Vive la gauche ! » s’opposera à ce texte, et si nécessaire, n’hésitera pas à voter « contre ».