Lettre ouverte à M.le Président communauté #agglo #lepuyenvelay

Le Puy-en-Velay, le 1er mars 2016,

 

Monsieur le Président de l’agglomération du Puy-en-Velay,

Monsieur Joubert

dans le magazine de l’agglomération de février 2016 « Le Mag Agglo », vous avez choisi d’éditer une réponse à la tribune des élus minoritaires parue dans le même numéro. Nous vous accusons de ne pas respecter la règle démocratique qui veut qu’un droit de réponse ne figure pas dans la même publication.
Aussi, nous choisissons aujourd’hui de vous rappeler que la délibération N°43 du conseil d’agglomération du 6 octobre 2015 présentait un plan de financement relatif à la réhabilitation de l’ancienne piscine Quincieu. Nous y apprenions que le projet à hauteur de 3,3M€ HT serait abondé à hauteur de 400 000€ H.T. par l’état (Contrat de plan Etat-Région 2015-2020), par la région à hauteur de 1 100 000€ (en mobilisation les fonds régionaux du CPER 2015-2020 et le contrat Auvergne+), enfin 1 800 000€ resteraient à la charge de l’agglomération. Malgré les positions négatives vis à vis de ce projet qui divise, y compris au sein de « votre » majorité, vous aviez choisi de le valider. Parmi les échanges, nos interventions précisaient nos propositions. Si l’on en croit votre prose, ces dernières semblent vous avoir échappé, nous vous les rappelons à l’écrit cette fois.
L’ancienne piscine Quincieu est un site remarquable de part son panorama et son emplacement tout près du centre-ville, juxtaposé au camping municipal du Puy-en-Velay. Ce dernier équipement souffre d’un déficit d’image et d’équipements. Des améliorations seraient susceptibles d’attirer une nouvelle clientèle, plus familiale et de diversifier les cibles. Les anciens bassins offrent la possibilité de créer un bassin extérieur, indispensable pour des structures équivalentes. À la croisée de plusieurs « balades », cet ensemble serait parfaitement intégré dans une offre touristique tournée vers la randonnée. Les sports « urbains » pourraient parfaitement être accueillis dans cet ensemble avec un skate-park sur le parvis.
Si nous avons d’autres propositions à formuler pour cet espace, nous ajoutons que votre texte étonne par l’aveu d’une improvisation inquiétante sur ce dossier : validation d’un projet à 3,8M€ le 9 octobre 2015 alors que vous prétendez que le transfert à l’agglomération du centre culturel de Vals, acté le 23 décembre 2015, aurait changé la donne !
Que vous ne supportiez pas l’expression de différences, nous l’avions compris, mais utiliser un moyen de communication public pour répandre des mensonges, ce n’est pas concevable. En espérant que vous retrouverez rapidement, Monsieur le Président de l’agglomération le sens de la mesure, veuillez recevoir nos salutations les plus cordiales.

Laurent JOHANNY

Nadine Héritier-Branco

Gérard Convert

Magalie Allibert

REVUE DE PRESSE

La Tribune-Le Progrès -8/10/2015 http://www.leprogres.fr/haute-loire/2015/10/08/ancienne-piscine-celestin-quincieu-le-projet-qui-nemballe-pas

Ancienne piscine Célestin-Quincieu : le projet qui n’emballe pas
Travaux. Tandis que la Communauté d’agglomération s’apprête à investir dans la réhabilitation de l’ancienne piscine d’Aiguilhe en salle polyvalente, plusieurs élus ont montré leur frilosité sur ce projet. Nouveau siège de l’Agglo, extension du camping, skate-park… Certains nourrissaient d’autres projets La piscine Célestin-Quincieu est fermée depuis juin 2012. Situé en zone inondable, le site est astreint à un régime d’utilisation très contraignant qui limite les pistes sur son avenir.

 Cinq votes contre. Trois abstentions. Le moins que l’on puisse dire, c’est que si le projet de réhabilitation en salle polyvalente de l’ancienne piscine Célestin-Quincieu d’Aiguilhe a bien été adopté, mardi soir en conseil communautaire, il est loin de susciter l’enthousiasme des élus. Le projet consiste à créer « une salle événementielle permettant de recevoir des congrès, salons et réceptions ». Un équipement qui, selon Adrien Defix (Coubon) qui a rapporté le projet, compléterait « les autres structures existantes telles que l’Hôtel-Dieu, l’auditorium de l’Atelier des arts ou le centre Pierre-Cardinal ». Premier à tirer sur le projet, Jacques Volle (Espaly-Saint-Marcel), ancien président de la Communauté d’agglomération. Pour lui, alors que le nombre de délégués communautaires va augmenter à l’avenir « on avait là, la place de faire un siège plus grand » pour la collectivité. « On se prive d’un équipement qui aurait pu dynamiser le camping » Laurent Johanny Il n’en fallait pas davantage pour lancer Laurent Johanny (Le Puy-en-Velay) qui dénonçait l’incohérence du projet. Pour lui, l’accueil de congrès était « la vocation première de l’Hôtel-Dieu avant l’arrivée de M. Wauquiez ». L’intéressé, absent du conseil communautaire, n’aura pas l’occasion de s’en défendre. « Pour les congrès, il ne faut pas qu’une seule salle », rétorque Michel Roussel (Aiguilhe), fervent défenseur du projet après s’être opposé à la création d’une discothèque sur le site. Mais l’élu d’opposition ponot devait poursuivre son propos en défendant une autre vision des choses. « Si nous souhaitons redynamiser le camping pour attirer une nouvelle clientèle touristique, on se prive là d’un équipement plein de qualités qui aurait pu y contribuer : bassin extérieur, nouveaux types de logements, création d’un espace camping-car qui manque dans la ville, proximité du centre-ville, caractère exceptionnel du paysage ». D’autres élus, comme Nadine Héritier-Branco (Le Monteil), voient dans les fosses des piscines, l’occasion de réaliser un skate-park à moindre coût tandis que Daniel Boyer (SaintChristophe-sur-Dolaizon) déplore le manque de parkings. Autant de réticences qui poussent Michel Joubert à défendre le projet. « Les contraintes sur ce site font qu’on ne peut pas faire n’importe quoi », affirme le président de l’Agglomération, faisant réference au risque d’inondation sévère sur ce site. « La jauge maximale est bloquée à 500 personnes. On espère pouvoir la faire monter plus haut », plaide-t-il tout en reconnaissant que la Communauté d’agglomération n’a pas les moyens de « faire des dépenses somptuaires pour s’offrir un Zénith ». Zénith. Le mot est lancé et fait sourire. Pour certains, la salle n’est pas la clé du succès d’un événement. Comme pour Jean-Yves Reynaud (Ceyssac). « À Saugues, le festival se fait à la halle aux bestiaux ! »

ZOOMDICI
http://www.zoomdici.fr/actualite/Agglo-Le-Puy-un-conseil-communautaire-chargeid146876.html#commentaires
Agglo Le Puy : un conseil communautaire chargé

Ce mardi soir, les élus de l’agglomération du Puy se sont réunis en conseil communautaire. Rénovation urbaine, subventions ou encore transports scolaires… un vaste programme était à l’ordre du jour.
Pendant un peu plus de trois heures, ce mardi 6 octobre 2015, le conseil d’agglomération du Puy-en-Velay a pris place afin de délibérer sur les quelque 55 sujets à l’ordre du jour. En voici quelques points non exhaustifs.
Le site de Quincieu fait débat Il s’agit de l’ancienne piscine d’agglomération Célestin Quincieu à Auiguilhe, à l’abandon depuis 2012 et l’ouverture de La Vague. Le projet proposé par le président de l’agglomération, Michel Joubert, est celui d’une halle d’expositions et de congrès. Pourtant présenté comme le fruit « d’un temps de concertation », le débat va animer la salle. Le maire d’Espaly Saint-Marcel, Jacques Volle, annonce qu’il s’opposera au projet, voyant dans l’infrastructure une occasion pour l’agglomération d’élargir ses locaux. Il propose la création de bureaux. Pour Laurent Johanny, élu PS du Puy, « on ne réfléchit pas à la cohérence sur le territoire », citant les différentes structures déjà existantes allant de la salle des « Orgues » d’Espaly nouvellement ouverte, au « truss » du jardin Henri Vinay construit pour le festival des Nuits de Saint-Jacques, en passant par le Centre Pierre Cardinal du Puy. Pour l’élu d’opposition, le site de Quincieu est l’opportunité de « redynamiser le camping »mitoyen . D’autres voix s’élèvent proposant un skatepark ou encore des parkings. Finalement le projet, adopté, fera l’objet de cinq votes contre et de trois abstentions. Le coût estimé est de 3 300 000 euros.

Site de l’agglomération consulté le 17 février 2016.

http://www.agglo-lepuyenvelay.fr/le-site-de-l-ancienne-piscine-quincieu–s-offre-une-nouvelle-vie–unehalle-d-expositions-et-de-congres-y-verra-le-jour-dans-les-prochains-mois—a216.html

LE SITE DE L’ANCIENNE PISCINE QUINCIEU S’OFFRE UNE NOUVELLE VIE : UNE HALLE D’EXPOSITIONS ET DE CONGRÈS Y VERRA LE JOUR DANS LES PROCHAINS MOIS !
L’agglomération va se doter d’une salle de congrès enfin digne de notre territoire ! Le site de l’ancienne piscine d’agglomération Célestin Quincieu à l’abandon depuis 2012, va retrouver une seconde vie. Les élus de l’agglomération ont toujours mis un point d’honneur à ne pas laisser cette structure devenir une coquille vide. Ils ont pris le temps de la concertation pour trouver le meilleur projet pour notre territoire adapté aux contraintes de ce bâtiment. Sa structure de qualité et son emplacement idéal, ont permis d’étudier la faisabilité d’un projet de construction d’une halle d’expositions et de congrès dédiée, entre autres, aux expositions, réceptions, salons, congrès, événements, etc. L’agglomération se dote enfin d’une grande salle digne de notre territoire !
Une structure de qualité et un emplacement idéal : deux atouts forts du bâtiment Pour les élus de l’agglomération : « c’était impensable de démolir ce bâtiment ». La structure générale de l’ancienne piscine est de bonne qualité. Des travaux avaient été réalisés il y a quelques années. Les baies vitrées sur les 3 côtés de la structure offrent une luminosité exceptionnelle. Les bâtiments dont la surface au sol occupe environ 2200m² seront réutilisés dans le cadre du projet qui est en train de mûrir. Les bassins de l’ancienne piscine seront recouverts pour créer un sol homogène. D’importants travaux sur les abords de la structure permettront de créer des parkings de proximité. Ce projet est le fruit de longues négociations avec les services de l’Etat.
Répondre aux besoins des associations et des professionnels de l’événement Le projet de reconversion du bâtiment en halle d’expositions, permettra de répondre aux besoins des nombreuses associations des différentes communes de l’agglomération. Michel Joubert, Président de la Communauté d’agglomération, précise que : « L’esprit du projet est de créer une grande salle polyvalente aux portes du Puy-en-Velay, pour accueillir des salons, des congrès, et des réceptions diverses. C’était un équipement qui faisait défaut sur notre territoire ».
Créer une salle digne de notre territoire permettant d’accueillir de grandes manifestations Laurent Wauquiez, est très attaché à redonner une seconde vie à ce lieu idéalement situé : « L’idée était de créer un lieu adapté pour accueillir de grandes manifestations. Lorsque des associations importantes se réunissent pour leur assemblée générale départementale ou régionale, comme les aînés ruraux du département par exemple, ou lorsque nous avons des demandes d’organisation de congrès, comme le salon du modélisme, le couvige de dentelle, nous ne pouvions pas les accueillir jusqu’à présent. Les salles de l’agglomération sont très limitées en taille. A travers ce projet, nous espérons pouvoir accueillir du public sur un même espace. Pour mettre sur pied ce projet, cela s’est avéré très compliqué. On avait des normes très contraignantes qui font gaspiller du terrain et de l’argent public. Après de longues négociations avec les services de l’Etat, on peut aujourd’hui réaménager et offrir une grande salle digne de notre territoire. »
Le projet est bientôt bouclé ; la consultation sera lancée dans les prochains mois Le programme est aujourd’hui en cours de finalisation, la consultation destinée à retenir un maître d’œuvre devrait être lancée dans le courant du prochain trimestre.

Publicités

halte à la gabegie financière ! conseil #agglomération #lepuyenvelay du 5 février

Gaspillage d’argent public : près de 10% de dépassement pour la halle multisport

Rapport N°6 : avenants à la halle multisports : je vote contre !

à l’origine cette halle était destinée à devenir un « pétanquodrome ». Petit à petit, au gré des clientélismes, cette halle est d’abord devenue « multisports », a été dotée des moyens nécessaires pour : recevoir des repas conséquents, puis des spectacles, des concerts pour une jauge d’environ 1500 places (concurrence directe avec Vals). Évidemment, les besoins énoncés dans le marché public initial sont totalement transformés au niveau de la structure, de la sonorisation, de l’électricité, de la plâtrerie, de la maçonnerie,…

Ce soir, la majorité présente donc un nouvel avenant emmenant le marché initial de 1,91 M€ à 2,09 M€ soit un dépassement de près de 10 % !

En modifiant les besoins initiaux, la majorité choisit de multiplier les avenants sans recours à de nouveaux appels d’offre ce qui entraîne, nécessairement, un gaspillage d’argent public. La halle multisports représente à elle seule le symbole d’un projet flou ouvert en grande pompe auquel se greffent les desiderata des élus de la majorité.

De manière éhonté, M. Joubert, puis M. Defix, ose prétendre que le dépassement n’est « que » de 5%. Non, c’est bien 10 % et c’est énorme !

Rapport N°16 : centre hospitalier Emile Roux : aide à l’immobilier pour la reconstruction d’un centre de gérontologie.

Rapport N°17 : OPAC 43 : aide à l’immobilier pour l’extension et la restructuration de l(unité de vie du foyer Vert Bocage.

La communauté d’agglomération s’engage respectivement dans le financement de 475 000€ et de 277 750€ pour des projets totalement étrangers à ses compétences. Comme l’ont rappelé plusieurs élus, le conseil départemental se décharge là d’une de ses principales compétences.

Ces rapports soulèvent des questions fondamentales en relation avec la vie de nos aînés, avec le vieillissement, avec l’humain, avec notre propre avenir. Qu’il aurait été préférable qu’un vrai débat s’installe entre le conseil départemental et les élus de l’agglomération sur ce sujet !

Ce soir, beaucoup d’élus dont je fais partie, « le couteau sous la gorge » ont voté pour ces rapports tout en dénonçant les pratiques du conseil départemental.

Débat d’orientation budgétaire 2015

Tout va bien … mais ce qui va mal : c’est pas ma faute !

M. Defix s’aventure à présenter les perspectives budgétaires de l’agglomération de manière élogieuse. À grands renforts de graphiques alarmistes, il pointe du doigt le « désengagement » de l’état, en appelle aux économies…au sein des services bien sûr, mais sans questionner la méthode de gouvernance dépensière, les investissements à la louche (Cf halle multisports), les projets lancés dans la presse pour faire le buzz et qu’il faut assumer (Cf ancienne piscine Quincieu).

Les compliments vont bon train : les dépenses de fonctionnement augmentent pourtant de 2,6% (dites moi, ce ne sont pas les salaires des agents qui augmentent autant !) ; les impôts sont toujours en hausse (le taux intercommunal reste le même mais les bases augmentent automatiquement), la subvention d’équilibre pour le golf est en hausse de 60 000€ sur 4ans (+35% en 4ans !). Cette dernière atteint désormais 20% de la subvention d’équilibre pour la Régie des Transports : chacun ses priorités !

Déshabiller Pierre, pour habiller Paul

M. Wauquiez (qui arrive tout juste pour ce débat) se lance dans une tirade dont il a le secret en taclant un état dépensier qui sacrifierait les collectivités. Il oublie de dire que lorsque le gouvernement appelle à 50 milliards d’économie jusqu’en 2017, son parti (dont il est secrétaire général) demande 150 milliards au bas mot.

Enfermé dans sa logique clientéliste, M. Wauquiez déclare qu’il aimerait tellement avoir les manettes pour pouvoir distribuer « les subventions » sur l’agglomération. Comme si pour lui, l’argent public pouvait s’utiliser au gré des envies, au détriment des autres. Comme si pour lui, les citoyens étaient mis en concurrence. Comme si pour lui, s’asseoir sur la République, sur la recherche de l’intérêt commun était une méthode de gouvernance.

Conseil communautaire de l’agglomération du Puy-en-Velay du 2 octobre #lepuyenvelay #agglo

Délibération n°8. Crématorium du Puy-en-Velay

Une précision relative à l’offre « non-recevable » en l’état est nécessaire. S’il s’agissait d’un problème d’offre trop élevée, je me prononcerais pour remise en question de la procédure de délégation de service public. Il s’avère que ce service est attendu depuis des dizaines d’années sur le territoire. La situation est devenue ahurissante avec des crématoriums saturés autour de nous. Peu de départements nationaux ne possèdent pas ce type de structure comme le souligne un rapport du sénat de mai dernier. Aussi, il s’agit pour la communauté d’agglomération d’assumer en régie ce service rendu à la population afin de prendre ses responsabilités dans un dossier laisser de côté depuis trop longtemps. Considérant l’utilité publique et le caractère urgent de la situation, je vote pour cette délibération donnant pouvoir au président pour entrer en négociation avec l’opérateur local ayant répondu. 

Délibération n°25. Régie du Pays d’Art et d’Histoire : modification

La délibération prévoit notamment une multiplication par 2,5 du tarif des ateliers à destination des enfants. Je considère que cette hausse de tarif va à l’encontre des prérogatives du pays d’art et d’histoire qui se doit de promouvoir l’accès à la culture et à la connaissance de notre territoire pour tous. L’accès à ces ateliers deviendrait élitiste de par des tarifs discriminants : je vote contre cette délibération.

délibération n°48. Intersyndicale – travaux de relogement

Dans le cadre de la demande de relogement des organisations syndicales (dont elles ne sont pas responsables), celles-ci ont sollicité une subvention exceptionnelle à la communauté d’agglomération afin de couvrir les travaux d’adaptation de leurs nouveaux locaux (coût de 75 000€). La proposition de 15 000€ me semble totalement insuffisante, les organisations syndicales ne pouvant supporter seules ces travaux pourtant nécessaires. En conséquence, je vote contre cette délibération et demande un réexamen du dossier.

Délibération n°62. Motion de l’AMF sur la baisse des dotations de fonctionnement des collectivités territoriales.

La diminution des dotations de l’état aux collectivités est une réalité que je déplore et que je combats, d’autant que, dans le même temps, celles-ci subissent des transferts de compétence. Cette situation intenable impose que les collectivités travaillent dans une meilleure concertation afin d’optimiser l’utilisation des deniers publics : c’est aussi l’objet de la réforme territoriale qui s’annonce. J’ajoute à cela les nécessaires questions à poser quant à l’utilisation des deniers publics, les dernières délibérations en témoignent. Si j’approuve la motion proposée, je ne peux malheureusement que déplorer l’escalade et la surenchère qui s’opèrent au sein des partis politiques de droite. Quand le gouvernement actuel annonce 50 milliards d’économie, d’autres plaident pour 100 milliards, et d’autres encore renchérissent pour 150 milliards : la schizophrénie a ses limites, y compris dans notre assemblée. Il est insupportable d’écouter les grandes dénonciations de désengagement de l’état de notre député- maire-vice président de l’agglomération au Puy-en-Velay, et de l’entendre réclamer encore plus d’économies quand il est à Paris. Nos collectivités locales représentant 70% de l’investissement public, il s’agit de leur donner les moyens d’assurer la relance tant nécessaire en cette période. Pour autant, je demande un chiffrage plus précis des effets de ce désengagement sur le budget de la communauté d’agglomération pour les 3 prochaines années en intégrant les nouvelles modalités (fonds de péréquation et TCE).