Tribune des élus.es minoritaires #lepuyenvelay dans le Magazine de la ville de juin 2018: une remise en cause systématique des services à la population #hauteloire #AURA #Puyenvelay

Agglomération : des décisions injustes et préjudiciables

Augmentation de 8 à 15% des tarifs de l’Atelier des Arts et baisse de son budget, diminution de toutes les subventions de 10% aux associations… C’est dans ce contexte qu’intervient l’annonce de la fermeture de la crèche familiale. Bouée de sauvetage de nombreux parents aux horaires de travail atypiques, cette institution remplit une mission sans équivalent. Mois après mois et sans informer les assistantes maternelles de leur devenir, les décideurs (mairie puis agglomération) ont œuvré pour conduire à cette fin. Cyniquement, la fermeture serait « logique » pour un service trop « coûteux » avec 80 000€/an. C’est une question de volonté politique. Quand il s’agit de trouver 138 000€ pour l’extension du bureau de la présidence de 30 m², ils ne lésinent pas !

Nous tenons à saluer le travail des assistantes maternelles au statut déjà précaire et les soutenons dans leurs revendications.

En contradiction avec la communication officielle pour « accueillir » de nouveaux habitants, ces signaux sont désastreux : comme si les travailleurs qui commencent tôt le matin et finissent tard le soir devenaient encombrants.

 

Des choix financiers au détriment des Ponots

En mars dernier, nous proposions une diminution des taux d’imposition. La majorité s’y refuse et engage des dépenses inutiles, voire déplacées.

Le cas de la « restauration du jardin Henri Vinay » est révélatrice. Les 75 000€ payés à un célèbre paysagiste, dans des conditions que nous contestons, pour donner un avis sur un réaménagement de notre fleuron vert, devaient conduire à des transformations d’envergures : en vain. Revoir les protections autour du bassin d’eau, réaménager l’espace animalier, arborer, planter,… des améliorations certes utiles, mais qui ne nécessitaient aucunement de verser une telle somme pour un simple avis, sans mise en concurrence. Les travaux eux, auront bien du mal à dépasser le montant de la mission de conseil.

 

Les repas de la cuisine centrale du Puy-en-Velay plus chers ici qu’ailleurs !

La majorité a signé des marchés de fournitures de repas avec des communes extérieures à des  prix inférieurs de 0,65€ au coût de revient ! Conséquence directe : le budget de la cuisine centrale étant déficitaire, nos impôts le renflouent chaque année (125 000€ pour 2017). Pire, la mairie du Puy-en-Velay achetant des repas 0,50€ plus cher que le coût de revient, les Ponots paient par 2 fois une gestion calamiteuse. Dénonçant ces pratiques, nous considérons qu’elles ne masquent que péniblement les choix opérés en 2009 pour une cuisine centrale surdimensionnée.

 

 

Bel été à toutes et à tous,

 

Laurent JOHANNY

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

Didier ALLIBERT

Catherine GRANIER-CHEVASSUS

Publicités