Unanimité en trompe-l’oeil,dérives de gestion reconnues dans les faits #lepuyenvelay #AURA #wauquiez

Le conseil municipal du 29 janvier était uniquement dédié au choix du nouveau maire du Puy-en-Velay.

Au cours d’un véritable meeting pour Laurent Wauquiez, les élus minoritaires ont souligné plusieurs incohérences et attentes quant au nouvel exécutif. https://laurentjohanny.wordpress.com/2016/01/29/declaraiotn-elus-minoritaires-cm-lepuyenvelay-aura/

Alors que la presse annonçait lundi 25 janvier que M. Chapuis devait garder la responsabilité des finances, voici que le nom d’un nouvel adjoint aux finances est apparu lors du conseil municipal du 31 janvier. Cette improvisation traduirait-elle une prise de conscience de M. Wauquiez des irrégularités de sa gestion du Puy-en-Velay depuis 2008 aux côtés de M. Chapuis alors chargé des finances ?

Face aux irrégularités que nous avons soulevées, face aux rapports critiques de la chambre régionale des comptes (ville, agglomération, C.C.A.S., rapports à retrouver ici : https://www.ccomptes.fr/Publications/Recherche-avancee/(SearchText)/le%20puy%20en%20velay ), la nomination d’un expert-comptable au poste d’adjoint finances s’apparente à la reconnaissance des dérives « qui font encourir des risques à notre collectivité » (sic). Un expert-comptable nommé à la va-vite suffira-t-elle pour éteindre l’incendie ? Rien est moins sûr. Même la presse régionale commence à s’en émouvoir (il serait temps 1 mois et demi après la publication des 3 rapports). Voici d’ailleurs la première page de l’article de Lyon Capitale sur ce sujet.

12654631_10201444982044082_516796434025252040_n

 

M. Chapuis, par l’intermédiaire de M. Wauquiez, a déclaré se consacrer « à temps plein » à son mandat de maire. Incroyable d’entendre cela alors que M. Chapuis est conseiller régional fraîchement élu et membre de la commission permanente ! Le départ de M. Wauquiez peut laisser espérer plus de transparence, plus de discussions, moins d’arrogance, mois de démagogie…mais ce premier conseil me laisse perplexe.

Laurent JOHANNY

 

 

 

 

Conseil municipal #lepuyenvelay : #wauquiez arrogant, suffisant, refus des réfugiés, raccourcis et mensonges #AURA

Rions un peu : lors du rapport N° 8 : M. Wauquiez a expliqué à sa cour que, « si les chiffres des recensements étaient mauvais c’est parce que les lotissements n’étaient pas correctement nommés ».

Rapport N°2 : décisions prises ….

Laurent JOHANNY : De nombreuses décisions parmi lesquelles les N° 239, 240, 253, 260, 288,…. relèvent de la saison culturelle du théâtre et de manifestations événementielles. En cumulant leur montant, nous parvenons à la coquette somme de 100 000€.

Aujourd’hui, la programmation est directement liée aux choix de votre cabinet Monsieur le maire. Pour de telles sommes, nous vous demandons expressément de solliciter désormais la commission « vie culturelle et animation de la ville » afin d’évoquer ensemble la programmation. De plus, nous considérons que les équipements culturels sur l’agglomération devraient nous permettre une plus grande cohérence avec le souci d’une plus grande complémentarité. Soit en raison d’une jauge différente selon les structures, soit en raison de leur nature, certains spectacles programmés au théâtre semblent bien plus appropriés au centre culturel de Vals et inversement. Il s’agit là d’une question de coût pour la collectivité et pour les spectateurs. Pour nous, il est urgent de trouver des solutions au niveau communautaire.

L’équipe municipale refuse de répondre !!!!

Rapport N°5 : conseil communautaire : nouveaux conseillers pour Le Puy-en-Velay

4 postes supplémentaires sont soumis au vote. Les 4 postes sont « emportés » par la majorité.

Nous pouvions espérer que l’ouverture d’esprit des conseillers municipaux majoritaires, leur désir de laisser s’exprimer la minorité, les incitent à nous laisser une place de plus en conseil communautaire. C’était trop espérer. Cette demande d’ouverture est d’autant plus légitime que nous aurions eu 2 conseillers communautaires si les 16 postes, et non seulement les 4 nouveaux, avaient été remis en jeu (mais cela ne dépend pas du conseil municipal).

Rapport N°12 : autorisation de dépôt de demandes d’urbanisme (VOTE CONTRE)

La ville du Puy revend des équipements sportifs après les avoir laissés à l’abandon depuis 2008. De plus, une telle réserve foncière est primordiale pour notre ville, par ce rapport, vous décidez de solder les biens publics de la ville, sans réflexion urbanistique intelligible.

Rapport N° 29 : contrat Auvergne + 3e génération

Entre 2005 et 2014, ce sont 184 millions d’euros pour 1.259 projets qui ont été financés par la région Auvergne sur les 15 Pays qu’elle comporte (centre aqualudique, crèche, médiathèque, maison de santé, salle socioculturelle, centre de loisirs, hôtels d’entreprises, etc.)

Pour la Haute-Loire, ces aides s’élèvent 45 millions d’€ depuis 2005, et 16,7 Millions d’€ pour le seul pays du Velay. Les deux premières générations de contrats étant finalisées, une troisième génération est lancée.

La troisième génération 2015-2018 de ce contrat prévoit 4,75 millions d’€ pour notre pays du Velay. En remerciant la région Auvergne, je voudrai souligner l’importance capitale de cette aide pour notre territoire où elle a choisi d’agir plus massivement encore que pour d’autres :

PAYS :

Aurillac 4,3M€

Jeune loire et ses rivieres : 4,2 M€

Grand sancy 1,74 M€

Saint flour 3,27 M€

Lafayette 3,32 M€

Cette manne financière primordiale doit nous inciter à concevoir des projets tournés vers l’avenir pour le développement harmonieux de notre territoire. Mais, il ne faut pas oublier que l’utilisation de cet argent public doit être fait précautionneusement avec le soucis de viser juste et de respecter les critères sociaux et environnementaux notamment.

Données :

Tous les conseillers régionaux de droite ont voté POUR cette 3e génération de Contrat Auvergne +.

Sur la 2nde génération de Contrat Auvergne + pour le Pays du Velay, 4.485.250€ de FRADDT ont été attribués.

Au total, 42 projets ont été subventionnés dont : – Musée Crozatier au Puy-en-Velay : 2.819.952 € dont 1.917.952€ FRADDT pays et EPCI, et 902.000 € ligne sectorielle culture ;

– Complexe de tourisme et de loisirs à Craponne-sur-Arzon (335.473€ FRADDT EPCI) ; – Maison de Santé à Allègre (288.000€ FRADDT EPCI) ; – Agrandissement de la section « remise en forme » du Centre Aqua Passion à Lavoûtesur-Loire (210.000 € FRADDT EPCI) – Aménagement d’un espace de loisirs dans l’ancienne gare de Lantriac (224.000€ FRADDT EPCI) – Pôle accueil jeune enfant à Laussonne (90.000€ FRADDT EPCI) – Réalisation d’un Scot (80.000€ FRADDT Pays)

1re génération de Contrats pour le pays du Velay: plus de 54 projets ont été financés pour un montant total de 7,85 M€

M. Wauquiez, désireux de faire sa campagne énonce 1/ des contre-vérités sur la réalités des fonds régionaux versés sur le territoire (voir les chiffres plus hauts) 2/ des parallèles avec les frais de gestion de la région Auvergne ….alors qu’on parle de contrats Auvergne+. M. le Maire préfère dévier sur le « palais » construit à Clermont…lui qui préfère certainement payer des frais de déplacement et des locations annuelles exorbitants puisque tous les services ne pouvaient s’installer dans les anciens locaux exigus.

QUESTIONS DIVERSES déposées le 16/09 :

Question N°1: Patrimoine architectural et urbain de la Ville du puy (Didier Allibert)

Monsieur le Maire Chers collègues,

La Ville du Puy possède un patrimoine architectural important, celui-ci joue un rôle déterminant dans son rayonnement touristique.

Elle fait d’ailleurs l’objet d’un Plan de Sauvegarde et de Mise Valeur.

La base Mérimée du Ministère de la Culture et de la Communication recense 87 édifices inscrits ou classés sur la Commune du Puy.

Parmi ces monuments classés, qui ont aussi un intérêt historique, l’un d’entre eux est aujourd’hui dans un état de total abandon.

Son état très dégradé interpelle fortement les visiteurs de notre ville et donne de celle-ci une image très négative.

Il s’agit de la maison dite « romane » située à l’angle de la Rue Rochetaillade et de la Rue du Prat du Loup.

Sur l’alignement de cette Rue, elle a fait l’objet d’un restauration /reconstruction il y a plus de Vingt ans, soignée et habile architecturalement, qui a permis qu’elle ne s’effondre pas.

Mais depuis, aucun entretien n’a été effectué sur ce bâtiment et il est à nouveau très menacé.

Il s’agit d’une propriété privée.

La légende voudrait que la dentelle aux fuseaux fut inventée dans ce lieu. Nous pensons que la Municipalité ponote doit désormais en faire l’acquisition. Ceci permettrait de procéder à sa mise en sécurité et de garantir son maintien dans un état compatible avec son intérêt architectural et archéologique.

D’autre part, remarquablement située sur les parcours pédestres de découverte de noter ville, cette maison pourrait facilement être réhabilitée et recevoir une activité liée au tourisme.

Quoiqu’il en soit, il est exclu de permettre qu’elle soit ainsi vouée à l’effondrement et à la disparition à plus ou moins court terme.

Mme Vincent évoque des propositions pour bénéficier de fonds ANAH pour réhabiliter cette maison.

Question N°2 : Réfugiés (Laurent JOHANNY)

Des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuient les pays dans lesquels ils subissent les persécutions et les guerres. Désespérés, un grand nombre d’entre eux tentent, au péril de leur vie, de rejoindre le continent européen en traversant la Méditerranée dans des conditions inhumaines. Les naufrages qui se succèdent quotidiennement ont fait 3500 victimes en 2014, nous en sommes déjà à plus de 3000 victimes pour 2015, et elle n’est pas achevée. D’autres, empruntant les voies terrestres, périssent asphyxiés dans des camions obscurs dont ils ignorent même la destination exacte. Pouvons-nous les ignorer, détourner le regard, ne pas entendre leurs cris, feindre de ne pas comprendre ce qui se passe ou pire encore ajouter l’irresponsabilité et la lâcheté à la barbarie en refusant de les accueillir ? Nous serions alors directement responsables de cette inhumanité et de ses conséquences, directement responsables de chaque mort supplémentaire.

Il s’agit de ne pas se tromper de débat. Si la précarité grandit dans notre pays, rien ne doit faire oublier que ces réfugiés sont dans une urgence vitale. Ils connaissent les risques mortels de l’exode, leur vie est leur seule richesse : s’ils frappent à notre porte, c’est pour nous supplier de les aider à la préserver. Cette détresse ultime ne se compare pas aux difficultés sociales que nous pouvons rencontrer, et ne pas y répondre serait un crime. Pourtant, certains acteurs du débat politique seraient prêts à le commettre, prêts à souiller leur honneur et celui de notre pays dans des considérations idéologiques extrémistes. D’autres, qui se disent “républicains”, voudraient faire une sélection, désigner celles et ceux qui sont dignes d’être aidés de celles et ceux qui ne le sont pas, en fonction d’abjectes considérations d’origine ou de religion.

N’est pas républicain qui se désigne ainsi, la République a des règles, des principes et des valeurs, des lois aussi, qui empêchent ce tri morbide aux relents nauséabonds d’autres époques révolues.

Les questions politiques relatives à l’action à engager dans les pays d’origine ou à la durée d’accueil ne sauraient retarder notre action, il faut agir maintenant. L’heure est à l’urgence pour sauver des vies.

La France et l’Europe toute entière doivent s’engager dans le respect du droit d’asile pour les opprimés. Conformément à l’appel du Président de la République, nous vous demandons M. le maire, à inscrire notre ville dans sa tradition d’accueil en l’engageant dans l’accueil des réfugiés à travers le mouvement national coordonné par le ministère de l’intérieur. 

Se refusant à toute réponse, M. Wauquiez donne la parole à son adjoint aux finances. M. Chapuis ose répondre de manière laconique : « les « émigrés » (ou « immigrés »)  ne relèvent pas de notre compétence, sans demande de l’état. »

Question N°3 : état des chaussées / déplacement piéton (Laurent JOHANNY)

Lors du dernier conseil municipal, à notre question relative à la mise en place d’une commission chargée du déplacement, vous nous avez répondu que la concertation prend trop de temps, et que vous préfériez agir « efficacement » d’après vos dires. Face à l’état désastreux des chaussées et trottoirs, force est de constater, que vous portez autant de considération à la concertation qu’à l’entretien de la voirie. De la promenade du Breuil au boulevard Bertrand, nid-de-poules, trottoirs défoncés, bosses multiples font partie du quotidien des Ponots alors que les cheminements piétons et cyclables sont soit inexistants, soit dangereux.

Exemples : rues Jean Bauduin, Coudeyrette, Chas, trottoirs du cours Victor Hugo,….

Que dire des conséquences touristiques d’un tel abandon !

Pour un maire qui demande à la Région d’intervenir sur les routes alors qu’il ne s’agit pas de sa compétence, je vous demande de respecter les vôtres à travers l’entretien des rues et des trottoirs.

En agissant dans l’urgence, vous opérez à du « rafistolage » sans vous préoccuper ni de l’image de notre ville, ni du bien-être des Ponots, ni de leur sécurité.

Sans réflexion globale, ces deux problématiques ne font qu’une : Monsieur le maire, nous vous demandons de reconsidérer enfin l’espace public, d’assurer son entretien et de créer, enfin, une commission chargée d’anticiper les déplacements dans notre ville. Faut-il attendre un autre accident pour agir ?

M. Wauquiez a osé prétendre que nous utilisions le drame survenu le week-end dernier. Pour rappel, les questions diverses posées par les élus minoritaires le sont obligatoirement dans un délai de 5 jours ouvrables avant le conseil. M. Le Maire, trop occupé, devrait s’informer sur les règles qui régissent son conseil. Ainsi, nos questions ont été envoyées mercredi 16 septembre au soir soit bien avant l’accident tragique ! Ce raccourci est pitoyable et indigne.

Mme Barre évoque les travaux routiers sur le boulevard Saint Louis et Le Breuil : aux frais exclusifs de l’état ! La preuve d’ailleurs la voie descendante qui appartient elle à la ville n’est pas refaite !

Cf http://www.leprogres.fr/haute-loire/2015/08/05/nouvel-enrobe-au-breuil-et-a-saint-louis-il-faudra-prendre-son-mal-en-patience

CM #lepuyenvelay « modalité technique », « pesanteur » pr #wauquiez + après glaçon 208000€, truss 40m² à 514000€ HT !

« Circuler, y’a rien à voir »

Considérant que le conseil municipal n’est qu’une « modalité technique » (voir interview dans zoomdici), voici que sur 3 rapports (permis, truss, festival), M. le maire demande au conseil municipal de voter sur des rapports déjà actés et présentés d’ailleurs à la presse. Agressif comme jamais, il a refusé nos questions diverses prétextant un retard dans notre envoi, alors que, dans le même temps, il a avancé d’un jour le conseil municipal.

Après le glaçon à 208 000€, voici donc le truss à 514 000€ du jardin Henri Vinay pour une scène de 40 m². En effet, dans les 160 m² , 120 sont déjà en notre possession (centre Pierre cardinal).

M. le maire a eu beau jeu de dénoncer les baisses des dotations de l’état à hauteur de 500 000€ sachant que c’est la somme investie, en urgence, pour le truss.

À grand coup médiatique, M. Wauquiez annonce une baisse de l’imposition en 2015 : c’est faux. En effet, si les taux d’imposition baisse de 0,29 point, il y aura une hausse de l’imposition. La preuve : le budget primitif 2015 mentionne une augmentation de 330 000€ de la taxe d’habitation et foncière.

En l’absence de 5 conseillers municipaux de la majorité, et non des moindres, M. le maire s’est livré à un exercice d’auto-satisfaction dont il a le secret en s’appropriant la paternité (non-exhaustif !) : le pôle multimodal, le contournement du Puy, le CFA, la fibre optique au Puy,….

Rapport N° 7 : P.L.U. Modification simplifiée n°1  (Didier Allibert), vote contre

Alors que cet espace était utilisé à la fois par les lycéens de Charles et Adrien Dupuy et par les riverains, la majorité a décidé de ne plus entretenir les terrains de sport de Roche-Arnaud depuis 2008. Ceux-ci se sont détériorés à tel point qu’ils ne respectent plus aujourd’hui les critères de sécurité. À la lecture de ce rapport, nous comprenons la finalité de cet abandon. Nous contestons la démarche.

Afin de supprimer la bande de constructibilité des 25m, la proposition de la création d’un sous-secteur Ubr sur les terrains de Roche Arnaud nous paraît incohérente avec les exigences urbanistiques actuelles. Un précédent rapport mentionnait la volonté de voir la construction d’une zone pavillonnaire ce qui n ‘est pas cohérent avec le P.L.U.

Nous nous opposons à la démarche et votons contre ce rapport.

Rapport n° 14 : festival « les nuits de saint-Jacques » (Laurent Johanny) abstention.

Un tel événement, en début de saison estivale, aura, sans nul doute, un impact positif sur l’activité économique de la ville. Pour autant, alors que l’opération a été lancée le printemps dernier, voici un rapport qui porte sur la participation financière de la ville à hauteur de 42642,50€ TTC sans précision sur la prise en charge du personnel pendant le festival.

Nous ne voyons pas l’intérêt de présenter ce rapport en conseil municipal puisque tous les engagements ont été pris en amont. S’il fallait un témoignage du manque de considération que la majorité a pour notre assemblée, en voici un très bon.

Rapport N° 15 : subventions aux associations et autres personnes de droit privé (Françoise Gauthier-Willems), vote contre 

1. Sans aucune justification, la majorité décide de diminuer de 28,5% (2000€) la subvention pour la ligue de l’enseignement. Si nous entendons la nécessité pour cette structure de solliciter d’autres communes (notons que Chadrac apporte déjà une aide), nous notons que c’est la seule à subir, dans ce rapport, une baisse de dotation.

2. Alors que les « scouts et guides de France » comptabilisent deux fois plus de Ponots que les « éclaireurs et éclaireuses de France », ces derniers ne percevraient que le quart de la subvention allouée aux premiers. À l’arithmétique s’ajoute l’argument de la tolérance, valeur tellement fondamentale à nos yeux, que cette association tente d’inculquer aux jeunes.

3. En lien avec les actions d’animation et de prévention à destination des jeunes travailleurs, le foyer vellave sollicite une subvention de 800€. Ces actions constituent évidemment une mission fondamentale. Pour autant, nous sommes interpellés.

Comment objectivement interpréter la nécessité pour le foyer vellave d’une subvention annuelle de 800€ pour cet acteur incontournable du logement sur le bassin qui ne doit pas attendre une si modeste somme au regard de son budget. Somme pourtant tellement précieuse pour des associations.

Nous demandons expressément à la majorité de :

-revaloriser la subvention des « éclaireurs et éclaireuses de France » à hauteur de 400€ ;

-supprimer celle de 800€ pour le foyer vellave ;

-reconsidérer la subvention de la ligue de l’enseignement ;

sans quoi nous voterons contre ce apport.

Concernant la baisse de 2000€ de la subvention de fonctionnement de la ligue de l’enseignement, M. le maire considère que c’est la fin des questions et qu’il n’y a pas à répondre sur ce sujet.

Rapport n°18 : dispositif « profession sport » , vote pour.

Pour un dispositif particulièrement apprécié et utile au monde associatif, l’aide de 1,70€ de l’heure n’a pas été revalorisée depuis bien longtemps. Ne serait-il pas temps de le faire ?

Rapport n° 21 : opération « un été, un permis », ABSTENTION

Sur la forme, il est bien dommage de transformer un dispositif vertueux en une opération médiatique. Par quelle urgence étiez-vous guider Monsieur le maire, pour présenter le dispositif avant qu’il ne soit approuvé ?

Si ce rapport nous est présenté ce soir, c’est certainement qu’un conseil municipal normalement constitué doit pouvoir discuter, débattre, parfois même s’opposer à des projets, sinon à quoi bon ? À quoi bon se réunir pendant 2 ou 3H s’il suffit d’annoncer les décisions du maire dans la presse avant même qu’elles ne soient validées. L’agenda chargé qui est le vôtre M. le Maire, ne doit pas vous faire oublier l’exigence démocratique qui fait de ce conseil un élément, certes bien trop archaïque pour vous certainement, mais pour le moins essentiel aux échanges, aux débats, dans le soucis de respecter les citoyens.

Les articles de presse bien malvenus du vendredi 27 mars s’apparentent plus à une communication empressée qui laissent croire d’ailleurs qu’il s’agirait là d’un travail « bénévole ». Il n’en est rien et heureusement puisqu’il s’agit d’un engagement citoyen en échange d’une aide au permis de conduire.

Sur le fond, nous approuvons à première vue ce dispositif. Pour autant, nous serons vigilants quant à l’étude des dossiers pour choisir les bénéficiaires tant il sera difficile de départager les plus valeureux.

Rapport n°32 : truss au jardin Henri Vinay, vote contre

Comme l’indique le rapport, cette scène doit pouvoir appuyer l’offre culturelle du musée Crozatier. Il eût été intéressant d’anticiper la mise en place de cette scène en l‘intégrant totalement dans le projet initial du musée. Cela aurait dégagé des financements extérieurs qui n’existent pas aujourd’hui (musée subventionné à plus de 60%), cela aurait permis d’envisager notamment l’aménagement de locaux (loges, locaux techniques) essentiels pour accueillir dans de bonnes conditions les événements visés.

D’autre part, nous nous interrogeons sur les marchés conclus pour cet aménagement, puisque rien est précisé dans ce rapport. Sachant que nous sommes le 1er avril, il paraît difficilement envisageable que tout soit prêt pour début juillet, si les délais légaux sont respectés… à moins que les procédures et travaux aient été commencés avant le vote de ce soir, une nouvelle fois en dénigrant le conseil municipal. Si tel était le cas, ce serait une lourde faute que nous ne pourrions cautionner.

Rapport n° 37 : taux d’imposition en baisse, vote pour.

Nous précisons que voter une baisse des taux communaux d’imposition ne signifie pas une baisse de l’impôt pour les citoyens. Ainsi, en 2014, alors que le taux a été baissé de 0,3 point par rapport à 2013, le montant total des taxes foncières et d’habitation est en augmentation de 330 000€ Considérant que la population municipale stagnait alors, l’imposition réelle des Ponots avaient bel et bien augmenté.

En proposant une diminution de 0,29 point en 2015, vous nous proposez donc de minorer la hausse de l’imposition, mais ce sera tout de même une hausse sur la feuille d’impôt.

Rapport n° 38 : budget primitif 2015, vote contre (Laurent Johanny)

Attention erreur dans le document de présentation distribué : dotations d’état 2014 4 940 685€ et seulement 4880000€ dans le vrai tableau.

Mes chers collègues,

le document présentant le budget primitif 2015 comporte un joli tableau qui illustre la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et les projections à l’avenir. Nous nous sommes déjà exprimés pour exposer notre désaccord avec cette baisse drastique des dotations aux collectivités dans un contexte économique difficile qui appellerait pourtant à un renforcement des investissements publics.

Pour autant, lorsqu’on vise une présentation honnête d’un budget, il nous semble important d’avoir un éclairage sur tous les points. Il nous apparaît étrange et déplacé de ne pas faire apparaître de la même manière les dotations de solidarité urbaine (DSU) et de péréquation qui augmentent respectivement de 33 000€ et 93 000€ en 2015 pour atteindre au total : 1 126 000€.

Ainsi, en 2015, la totalité des dotations d’état ne sera pas en baisse de 10,7% comme le document le laisse entendre mais de 6,8% : c’est déjà trop, mais rien, si ce n’est une vision politicienne, ne justifie d’agiter ainsi des chiffres partiels et partiaux.

année

2007

2011

2012

2013

2014

2015

DGF

5200000

5200000

5158498

4880000

4412000

DSU

850000

800000

811502

850000

883000

Péréquation

50050

50000

140000

150000

243000

Dotation d’état totale

variation/n-1

6662000

6100050

-8,4%

6050000

-0,8%

6110000

+1,0%

5880000

-3,8%

5538000

-6,8%

Je tiens d’ailleurs à votre disposition un tableau récapitulatif de l’évolution de ces dotations depuis 2007.

On y apprend que :

-de 2007 à 2012, notre ville a perdu 9,2% de sa dotation d’état,

-de 2012 à 2015, nous en sommes à – 8,5%, de quoi relativiser vos chiffres !

Concernant la dette, il est fait mention d’un emprunt de 3M€ au cours du premier semestre, la dette de la ville s’établit donc à plus de 21 M€ : il est donc faux d’assurer que la ville se désendette.

Ces données prennent place dans une gestion où souvent l’apparat prend le pas sur les besoins urgents, c’est ainsi que vous prévoyez la réfection des menuiseries de l’école Michelet au cours de l’année alors que des manquements graves sont apparus il y a de cela plus d’un an.

Concernant la mise en application de la réforme des rythmes scolaires tant décriée, nous vous demandons un bilan financier détaillé.

Toutes ces raisons nous conduisent à voter contre ce budget primitif.

Conseil municipal #lepuyenvelay 12/12/2014 : M. Wauquiez doit assumer ses responsabilités / fraude au CCAS !

Les mensonges éhontés de M. Wauquiez ont, une nouvelle fois, ponctué ce conseil municipal. Parmi d’autres :

-il a affirmé à plusieurs reprises que la société choisie par « la Région » pour restaurer la ligne ferroviaire Le Puy-Firminy était Polonaise, qu’il y avait là un scandale. Il devrait pourtant savoir que la société choisie était « La Colas Rail » qui, nous l’admettrons facilement, est bien Française…. Ajoutons que cette intervention prenait place dans une éloge de son action pour privilégier les entreprises altiligériennes sur les chantiers dont il est responsable. Il aura fallu 2 de mes questions pour qu’il reconnaisse :

que toutes les entreprises de Haute-Loire n’étaient pas forcément compétentes sur un dossier (exemple réfection d’une voie ferrée),

que les codes des marchés publics existent et qu’ils doivent être respectés. Aussi, Monsieur le Maire devrait savoir que c’est la SEM (Société d’Economie Mixte) issue notamment de la mairie du Puy qui a assuré la maîtrise d’ouvrage de la réfection des voies et qui a donc choisie les prestataires…..

qu’heureusement, beaucoup de nos entreprises locales pouvaient décrocher des marchés publics en dehors du département ! Tous les maires de France ne montrent pas du doigt les « étrangers » comme M. le maire le fait.

sur l’affaire du CCAS : d’après lui, il était « impossible pour les élus que nous sommes de détecter la fraude sur les comptes administratifs ». Totalement faux ! il suffisait de lire les détails du budget, que chaque administrateur a dans ses mains. Ainsi, lors du débat sur le budget d’avril dernier en présence du Maire, Françoise Gauthier-Willems avait souligné son étonnement quant à la ligne 61551 relative aux réparations automobiles…. mais, une nouvelle fois, elle n’avait pas eu de réponse, accusée de vouloir toujours chercher la petite bête. Et c’est ainsi que, pour la 4ème année consécutive, cette ligne « explosait » le prévisionnel. (voir plus loin)

 

QUESTIONS DIVERSES QUE NOUS AVONS POSEES AU CONSEIL MUNICIPAL :

1/ affaire dite « du C.C.A.S »

Madame l’adjointe aux affaires sociales, Monsieur le maire,

par voie de presse s’est répandu ces dernières semaines un sombre dossier lié à des détournements présumés au sein du C.C.A.S. Si nous ne souhaitons pas interférer sur l’affaire judiciaire, l’émoi au sein de la population ponote est si intense qu’il nous apparaît indispensable de réaffirmer à l’ensemble du personnel du C.C.A.S. toute notre confiance et tout notre respect pour le travail effectué au quotidien au service du bien-être de la population.

Pour autant, le fonds du dossier est grave et nous regrettons profondément la manière avec laquelle les conseillers municipaux que nous sommes, mieux encore les membres du conseil d’administration du C.C.A.S, ont été informés des faits. Désormais, nous vous demandons de respecter les instances représentatives jusqu’aujourd’hui laissées à l’écart, de leur transmettre l’ensemble des informations en votre possession, et d’établir la chaîne des dysfonctionnements internes.

Puisque M. le Maire s’est exprimé à plusieurs reprises à ce sujet en se permettant même de condamner avant le jugement, nous nous permettons de vous interroger sur la chaîne de contrôle normalement assurée par la directrice du C.C.A.S., par les élus, les adjoints. Vous qui, lors de l’installation du nouveau conseil municipal en avril dernier, affirmiez que le système de gouvernance que vous avez mis en place avait fait ses preuves, vous qui assumiez alors la centralisation extrême des responsabilités, soulignez donc désormais que les procédures internes ne sont pas adaptées et ont permis cette dérive. Vos propos sont clairs : la méthode gouvernance actuelle au C.C.A.S. comme au sein de la municipalité n’est pas adaptée.

Toute fautive qu’elle soit, et c’est à la justice d’en décider, une personne ne saurait porter l’entière responsabilité d’un système qui a failli. La solution qui consisterait à écarter un agent en guise de fusible ne saurait répondre aux attentes de nos concitoyens qui attendent légitimement que l’utilisation de leurs impôts soit contrôlée de près.

Vous avez également tenu des propos absurdes : il est totalement anormal en effet, qu’une secrétaire comptable de catégorie C ait la main-mise sur un acte comptable de A à Z.

Ajoutons que les adjoints sont responsables (mais pas coupables!) des documents qu’ils signent : ce dossier particulièrement difficile doit tous nous questionner.

D’après vos propres communications, votre système a failli, nous vous demandons donc de préciser, Monsieur le Maire, votre pensée et vos engagements pour un renouveau de fonctionnement que vous appelez de vos vœux.

Communications des montants :

lors de ce conseil municipal, afin de mettre la majorité face à ses responsabilités, nous avons communiqué les montants de la ligne 61551 relative à « l’entretien réparation sur matériel roulant ». Cette ligne apparaît sur le rapport administratif adressé à l’ensemble des administrateurs du C.C.A.S. chaque année et sur lequel ils sont appelés à voter.

Sur cette « ligne » figure clairement : les crédits ouverts en début d’année, puis, les mandats effectivement émis en fin d’année :  nul besoin d’être comptable pour la comprendre.

année

2010

2011

2012

2013

Crédits ouverts dans le budget prévisionnel de début d’année

4400

7500

5750

4750

Montant des mandats effectivement émis (établi en fin d’année)

19830

24642

46245

63693

Sur ces 4 années, le dépassement cumulé sur cette ligne est de plus de 130 000 € pour le seul entretien des véhicules. Rappelons que le service de portage des repas est assuré par 3 véhicules.

Nous assumons clairement notre position lors de ce conseil : si faute professionnelle il y a eu, c’est à la seule justice de sévir. En tant qu’élus, nous nous interrogeons fortement sur le rôle de contrôle de la directrice du C.C.A.S., des adjoints en charge des différents dossiers, et surtout de M. Le Maire qui a lui-même signé la présentation du budget 2013 présenté le 23/04/2014.

 

 

 

 

2/ Déchets verts

Monsieur le Maire,

des panneaux nous indiquent la fin des bennes destinées aux déchets verts dans les quartiers d’Ours-Mons et du Val-Vert.

Cette suppression s’inscrit dans un contexte de baisse constante des services rendus à la population. Vous avancez une économie de 40 000€ annuelles mais vous faites des choix politiques bien plus discutables. Rappelons-nous par exemple de la subvention de 20 000€ aux chasseurs pour la construction d’un local à gibier alors que nous disposons d’un abattoir communautaire qui pourrait les accueillir.

Cette décision soulève deux inquiétudes :

Tout d’abord, la crainte de voir fleurir ici et là des dépôts sauvages contre lesquels il s’agit de lutter pour le bien-être de tous.

Ensuite, et c’est bien plus grave, une crainte pour les plus âgées, les plus fragiles qui ne disposent pas des moyens pour transporter leurs déchets verts. Aussi, une question simple : qu’envisagez-vous pour eux ? Ne peut-on pas prévoir une attention toute particulière de la part des personnels communaux ?

Laurent JOHANNY Françoise Gauthier-Willems Didier Allibert Catherine Granier-Chevassus

Conseil municipal du 12 décembre 2014

Questions au fil des rapports 

Rapport N°5 :communauté d’agglomération : communication du rapport annuel 2013 (Laurent JOHANNY)

Demande d’éclaircissement sur les agents mutualisés, sur la direction générale mutualisée.

Rapport N° 13 : établissement public foncier, anciens garages de la République (Laurent JOHANNY)

Depuis la fermeture des garages automobiles, cet ensemble représente une verrue depuis plus de 10 ans sur le boulevard de la République. De par plusieurs aspects : sa situation géographique, sa proximité avec le futur pole d’échange intermodal, son implantation dans une zone plane à grand passage, il est devenu un emplacement stratégique à fort enjeu. Les projets privés allant d’échec en échec, la puissance publique doit prendre en main le devenir de cette zone.

Pendant la dernière campagne municipale, nous avions pris position sur ce dossier puisque nous proposions justement que la force publique intervienne pour créer une maison médicale en ces lieux. À l’époque les railleries avaient fusé, mais c’est du passé : les bonnes idées sont faites pour être partagées ! C’est donc avec intérêt que nous avons pris connaissance de ce rapport.

Pour autant, celui-ci ne précise pas le projet qui conduit votre majorité à entrer dans une démarche de D.U.P. (Déclaration d’Utilité publique). C’est fâcheux ! Comment justifier une telle procédure sans en donner la finalité ? S’il s’agissait de conduire une construction de logements « classiques », rien ne justifierait que le projet soit porté par la municipalité.

Une nouvelle fois malheureusement, c’est au détour d’une déclaration dans la presse que nous apprenons que vous projetez peut-être d’installer en ces lieux une maison de santé ! (jusqu’à maintenant le projet était prévu sur le site du P.N.D.F.). Quelle belle idée !

Sans attendre une nouvelle annonce dans la presse, les conseillers municipaux que nous sommes, vous demandent simplement : quel projet d’utilité publique souhaitez-vous conduire sur ces parcelles ?

Rapport relatif au Contrat Enfance Jeunesse signé avec la CAF

Les crédits accordés par la CAF à la municipalité sont planifiés sur 5ans dans le cadre des CEJ. Le maire s’est empressé de souligner une légère baisse des dotations. Je suis intervenu pour signaler qu’il existe des prestations versées par la CAF mais qui ne sont pas réclamées par la mairie : 53€/enfant dans le cadre de la mise en place de vraies activités périscolaires de qualité. Mais là, bien sûr, on se heurte à un maire qui a choisi délibérément de saboter cette réforme, d’en faire subir les conséquences aux enfants des écoles publiques.

Conseil municipal #lepuyenvelay du 10 octobre : quelques interventions des élus minoritaires

Tout au long du conseil municipal, les élus minoritaires ont exprimé leurs avis, leurs propositions, leurs différences sur les délibérations présentées. Voici une retranscription de quelques arguments développés pendant le conseil lors des délibérations ou des questions diverses.

DESENGAGEMENT DE L’ETAT (RAPPORT N°4) : VOTE POUR

La diminution des dotations de l’état aux collectivités est une réalité que nous déplorons et combattons, d’autant que, dans le même temps, celles-ci subissent des transferts de compétence. Cette situation intenable impose que les collectivités travaillent dans une meilleure concertation afin d’optimiser l’utilisation des deniers publics : c’est aussi l’objet de la réforme territoriale qui s’annonce. Ajoutons les nécessaires questions à poser quant à l’utilisation des deniers publics, les dernières délibérations en témoignent : est-il responsable pour une municipalité de subventionner à hauteur de 20000€ un local pour dépecer le gibier, en remettant en cause dans le même temps un effort budgétaire pour nos écoles publiques par exemple ?

Si nous approuvons la motion proposée, nous déplorons malheureusement l’escalade et la surenchère qui s’opèrent et M. le député-maire est un spécialiste. Quand le gouvernement actuel annonce 50 milliards d’économie, d’autres, parmi lesquels M. le maire, plaident pour plus 100 milliards : la schizophrénie a ses limites, y compris dans notre assemblée. Il est insupportable d’écouter les grandes dénonciations de désengagement de l’état et d’entendre réclamer dans le même temps encore plus d’économies. Nos collectivités locales représentant 70% de l’investissement public, il s’agit de leur donner les moyens d’assurer la relance tant nécessaire en cette période. 

CONVENTION DE DENEIGEMENT A TITRE GRATUIT POUR UN LOTISSEMENT PRIVE (RAPPORT N°5) : VOTE CONTRE

Si nous concevons parfaitement que les propriétaires en question puissent bénéficier d’une intervention des services municipaux pour le déneigement, nous remettons en cause la gratuité de ce service rendu. D’une part, une telle délibération tend à faire croire que ces interventions sont indolores pour nos finances, ce qui évidemment n’est pas le cas (personnels mobilisés, matériel). D’autre part, cette décision créé à l’évidence un appel d’air : toute propriété, toute co-propriété, et d’autant plus tout syndic monnayant ces services, peuvent-ils prétendre à ce service à titre gratuit ?

Soucieux que nous sommes de l’utilisation de nos deniers publics, nous demandons à ce que soit réexaminer le caractère gratuit de ce déneigement et votons contre la délibération actuelle.

QUESTIONS DIVERSES :

SECURITE DES PIETONS ET DES CYCLISTES

Un accident dramatique survenu très récemment dans une rue du Puy-en-Velay nous amène une nouvelle fois à nous interroger sur la sécurité des cheminements piétons et cyclistes sur le territoire de notre commune. Aujourd’hui, la continuité de ces déplacements n’est manifestement pas assurée, et se révèle dangereux pour la population. Nous demandons la mise en place d’un groupe de travail spécifique à ce sujet et demandons les intentions de M. le maire sur ce sujet.

LA RENTREE SCOLAIRE (question abordée en questions diverses puisqu’aucune délibération ne porte sur ce sujet)

Des choix idéologiques au détriment de nos enfants

La rentrée scolaire 2014 a été marquée par la mise en application des nouveaux rythmes scolaires. Bien qu’elle fut avertie depuis le printemps 2013, c’est dans une totale improvisation que la commune du Puy-en-Velay a préparé cette rentrée.

Aujourd’hui de nombreux témoignages mettent en lumière du désordre et des manquements à la sécurité la plus élémentaire de nos enfants. Les annonces mensongères qui dressent « un bilan très positif de la rentrée » ne sauraient effacer les errements de la majorité.

Si nous ne pouvons pas juger la qualité des activités proposées (1h toutes les 2 semaines seulement), nous constatons un trop grand nombre d’élèves par activités ce qui amoindrit leur intérêt. Que dire des heures d’aide aux devoirs pendant lesquelles les élèves sont laissés seuls devant leur travail tant ils sont nombreux?

Une attaque grave contre l’école publique.

La première des obligations pour une municipalité est l’école publique : M. le maire doit assumer ses responsabilités. Il est inacceptable que nos enfants paient les pots cassés d’un positionnement politicien.Aux consultations préparatoires plus que tardives s’ajoutent les annonces de M. le maire sur sa volonté de ne pas « mettre un euro » sur les activités périscolaires.

Des choix budgétaires que nous contestons

La ligne idéologique choisie par M. le maire conduit à des décisions budgétaires néfastes pour les citoyens.

Pour financer une nouvelle organisation ambitieuse des choix budgétaires s’imposent. La municipalité a fait le choix de ne pas monter un projet suffisamment ambitieux qui lui aurait pourtant permis de bénéficier d’un financement de la Caisse nationale des allocations familiales (53€/enfant).

L’improvisation totale dans ce dossier a atteint son paroxysme : M. le Maire et son adjointe aux écoles ont « oublié » d’envoyer le P.E.T. (projet éducatif de territoire) dans les délais, document pourtant essentiel pour que notre municipalité soit bénéficiaire du fond d’amorçage versé par l’État (50€/enfant). Au final, seule une dérogation permettra d’en bénéficier.

Est-il légitime que M. le maire et son adjointe évoquent des problèmes de coûts lorsqu’ils n’ont pas su budgétiser correctement un projet et qu’ils ont fait preuve de laxisme?

Laurent JOHANNY

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

Didier ALLIBERT

Catherine GRANIER-CHEVASSUS

Conseil municipal Le Puy-en-Velay 2 juin 2014 : Expression des conseillers municipaux minoritaires du Puy-en-Velay

 

Fidèles à nos engagements, nos interventions au cours du conseil municipal du 2 juin 2014 sont guidées par le soucis de relayer la parole et les inquiétudes des Ponots. Dans un esprit constructif, nous sommes intervenus dans six dossiers en plus du compte administratif 2013. Pour chacun d’entre eux, nous exprimons notre désaccord vis-à-vis d’une politique où l’urgence semble être la méthode de gestion.

La majorité refuse une place au sein de la commission locale d’évaluation de transfert de charges de la communauté d’agglomération

Alors qu’elle constitue un outil de contrôle des transferts extrêmement important pour suivre le fonctionnement de la municipalité vis-à-vis de l’agglomération, cette commission est fermée à l’opposition ! La majorité ne respecte aucunement (comme dans d’autres commissions ou représentations d’ailleurs), la représentativité des listes.

S’il fallait une preuve de l’opacité dans laquelle se font les transferts, en voilà une ! La main tendue : un slogan vide de sens.

Ecole Michelet : remplacement des menuiseries

Depuis des mois, l’état des locaux de l’école Michelet est dénoncé par ses différents acteurs (parents d’élèves, enseignants). Du fait de l’inaction, les conditions d’accueil et de sécurité se sont dégradées d’année en année pour devenir aujourd’hui inacceptables. Suite à un incident (chute d’une vitre) survenue en mars dernier, qui aurait pu être gravissime, nous avions interpellé la majorité lors du dernier conseil municipal. On nous répliquait alors qu’un tel événement aurait pu subvenir chez n’importe qui, qu’un (simple) courant d’air en était la cause. La seule intervention alors envisagée n’était qu’un simple « remasticage » des fenêtres censé résoudre le problème.

Deux mois plus tard, les choses semblent avoir changé puisque le remplacement des menuiseries de cette école est aujourd’hui envisagé. Nous nous en félicitons, mais malheureusement, une fois de plus, seule l’urgence guide cet investissement.

Faut-il être confronté à des problèmes sérieux de sécurité pour programmer une réfection ?

Ce bâtiment, et la communauté scolaire qu’il accueille, méritent une réflexion globale quant à son devenir. Entreprendre des travaux au coup par coup coûte cher au final. C’est d’une réhabilitation totale dont ce bâtiment a besoin.

Les 4 élus minoritaires votent pour la réhabilitation des menuiseries de l’école Michelet.

Adaptation des horaires des crèches

Suite à une étude sur les besoins en créche, la majorité souhaite regrouper les enfants accueillis à 7H30 et ceux récupérés seulement à 18H30 à « La Petite poule rousse ». 15 places étant disponibles, Laurent Johanny demande à ce que cette nouvelle organisation soit revue chaque année afin de répondre à toute nouvelle demande d’accueil pendant des horaires « atypiques ». M. le Maire est d’accord : il s’engage à l’intégration d’une clause annuelle de revoyure.

Résolution sur les écoles primaires

La majorité soumet au vote du conseil municipal une résolution visant à dénoncer la suppression de 2 classes (Taulhac et Jeanne d’Arc) à la rentrée prochaine. Les élus de gauche que nous sommes voteront évidemment pour ce texte avec conviction.

Pour autant, nous tenons à souligner la contradiction entre les propos de M. Le Maire à l’assemblée nationale et au Puy-en-Velay. Responsable de la suppression de plus de 80000 postes dans l’éducation nationale de 2007 à 2012, il semblait alors bien étranger aux conséquences sur le terrain pour les élèves partout en France. On ne peut innocemment appeler à la baisse du nombre de fonctionnaires sans en assumer les conséquences dans la vie quotidienne, notamment auprès de nos enfants.

Les 4 élus minoritaires votent pour la résolution.

 

Remarques sur le compte administratif 2013

 

Impôts et taxes 2012 2013
Total en k€ 17189 17558
Évolution

+ 2.10%

 

Contrairement aux annonces, nous constatons une augmentation de l’imposition des Ponots en 2013. Comme nous l’avions déjà indiqué, la stagnation du taux d’imposition ne permet pas une baisse de l’impôt en euros pour les Ponots, simplement parce que les bases d’imposition augmentent automatiquement chaque année. Si la majorité souhaitait réellement baisser l’imposition, il lui faudrait exercer une baisse bien plus significative que celle de 0,3%.

 

dette 2001 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Total en millions d’€ 33,8 26,1 24,7 23,7 21,6 21,4 21,5 23,5
évolution

+ 2 millions d’€ de dette sur un an (2012-2013)

 

Alors que M. le maire se targue d’avoir redressé une ville exsangue à son arrivée, la dette de la ville repart, depuis 2012 à la hausse. Celle-ci augmente de plus de 9% sur un an, atteignant ainsi le niveau de 2009. Cette évolution nous inquiète, nous craignons que les efforts des Ponots de ces dernières années soient mis à mal.

Les investissements publics sont pour autant nécessaires et nous serons vigilants (sur le dossier du pôle multimodal notamment) à ce que l’argent des Ponots soit injecté dans des projets d’avenir, utiles à l’amélioration de la vie quotidienne et au développement harmonieux du territoire.

Les 4 élus d’opposition s’abstiennent sur le budget général de la ville 2013, compte administratif.

Vente d’une partie du domaine public au profit de M. et Mme Rolland

Didier Allibert intervient en rappelant que cet espace est le seul élargissement sur le trajet de la rue du château et qu’il est très utilisé pour le stationnement à proximité de l’ancienne école. Sans être vraiment une palce publique au sens strict, il est un lieu de rencontre et son rôle dans le réseau viaire du village est non-négligeable. Le réduire enlèvera ce rôle et empêchera le stationnement comme la possibilité à cet endroit de manœuvrer pour faire demi-tour.

L’ancienne école ne dispose pas de places de stationnement dimensionnées pour être accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Enfin, la privatisation de cet espace rendra impossible l’accès au coffret de coupure de gaz et au coffret électrique. Les réseaux devront être modifiés, sur le domaine public et dans l’emprise privée. Ces travaux auront un coût supérieur à la somme obtenue par la vente. Il paraît préférable d’aménager cette petite place en traçant les places de stationnement pour le rendre moins anarchique. Ceci permettrait également de réserver une place accessible aux personnes à mobilité réduite. Afin de garantir un accès permanent et confortable aux accès privé du bâtiment appartenant à M. Rolland, un trottoir d’un mètre de largeur pourrait également être aménagé dans la continuité de celui qui existe déjà.

De plus, des clichés prouvent que M. Rolland s’est approprié cet espace (objets pour bloquer le stationnement, bacs à fleurs et portail qui empiètent sur le domaine public).

Les 4 élus minoritaires votent contre la vente de la parcelle, la majorité l’approuve sans sourciller.

Au fil des dossiers :

Stade Massot

Après une question de Mme Gauthier-Willems relative aux aménagements du stade Massot (faits dans l’urgence pour l’homologation du terrain), M. le Maire commence à rétorqué fièrement que « les travaux ont déjà été faits », que « tout est en ordre ». Puis, après avoir avoir entendu les conseils du directeur général des services derrière lui, se reprend pour dire qu’évidemment les travaux auront lieu courant juin. La méconnaissance du dossier est totale.

Aménagement des rythmes scolaires

Laurent Johanny : « Début juin 2014, ni les parents d’élèves, ni les enfants, ni les enseignants des écoles publiques du Puy-en-Velay ne savent clairement leur organisation à la rentrée prochaine. Nous demandons à la majorité un état des lieux à ce sujet. Après avoir validé les horaires d’ouverture des écoles au printemps dernier, M. le Maire a profité du décret du nouveau ministre pour revoir sa copie alors que rien ne l’y oblige ! Pire : il semblerait que cet argument ait été utilisé pour convaincre des parents et des enseignants de voter une modification. Les conseils d’école étant juges en ce domaine, nous nous inquiétons de voir le retard pris pour mettre en œuvre une réforme pourtant salutaire d’un point de vue scolaire. Nous rappelons que les activités périscolaires constituent une chance pour nos enfants et auraient pu donner lieu à un travail de concertation, attendu par de nombreuses associations. Nous espérons que les réticences politiciennes de M. le maire laisseront place désormais à plus de sérénité pour que la communauté scolaire relève les défis qui se présentent à une école en pleine reconstruction. »

En réponse, Mme Chalaye parle d’une concertation large avec les parents, les enseignants en espérant pouvoir mettre en place des activités de qualité. Elle oublie de dire que le projet en cours vient d’être retoqué par 2 conseils d’école (Les Fraisses et Michelet) ! Elle ne reprend pas non plus le projet présenté à la presse (juste avant le conseil municipal) mentionnant 1h (!) hebdomadaire d’activité le vendredi après-midi, le reste étant consacré aux études.

Le pôle multimodal

Laurent Johanny : une consultation publique vient de se terminer, elle a soulevé chez nous des inquiétudes quant à l’articulation avec les réseaux urbains (Tudip, ter,…) ainsi qu’avec les modes de transports doux (marche, vélo).

M. Guieau répond qu’une refonte de la desserte des TUDIP est sur la table. Les TER auront la possibilité de s’arrêter en centre-ville. Pour les voies cyclables, il ne parle que de la voie verte.

Laurent JOHANNY

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

Didier ALLIBERT

Catherine GRANIER-CHEVASSUS