Que vivent les valeurs de la #République au #puyenvelay : notre tribune de septembre dans le magazine de la ville #lepuyenvelay #hauteloire #AURA

Que vivent les valeurs de la République au Puy-en-Velay !

Fin de la semaine des quatre jours et demi.
Dès 2014, la majorité municipale avait rechigné avec une seule activité périscolaire toutes les deux semaines ! Sans aucune discussion, ni en commission, ni en conseil municipal, sans même un bilan, les rythmes scolaires des écoliers seront donc, une nouvelle fois, bouleversés. Le maire préfèreévoquer le vote des conseils d’école, comme si d’autres municipalités courageuses n’avaient pas passé outre avec pédagogie.
L’ambition éducative est essentielle pour lutter contre les inégalités. Une matinée de plus
hebdomadaire pour écrire, lire, calculer, raisonner, satisfaire la curiosité, c’était donner plus de chances de réussite à des enfants en difficulté ou au milieu social défavorisé. Nous remercions chaleureusement celles et ceux qui se sont engagés.ées dans ses activités périscolaires. La seule question du coût financier ne peut l’emporter sur le bien-être des enfants.

Dénoncer les intégrismes
Cet été, nous apprenions que la FSSPX (Fraternité Sacerdotale Saint Pie X) s’installe au Puy-en-Velay. En mars 2017, la Mission Intergouvernementale de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires dénonçait cette organisation d’extrême droite : «(la FSSPX) provoque des interrogations en raison de prises de distance avec l’entourage, au-delà de propos pouvant relever du racisme ou de l’antisémitisme, et met en lumière une troublante corrélation entre la diffusion géographique des premiers foyers de rougeole (…) et (son) implantation ». Seule détentrice de l’orthodoxie de la pratique religieuse selon elle, refusant le dialogue inter-religieux, aux propos violents contre les autres religions et l’Eglise romaine (dont elle ne dépend pas), militant notamment contre le droit à l’avortement, cette organisation méprise aussi les valeurs de la République.
En n’exerçant pas son droit de préemption d’un bien à haute valeur patrimoniale (ancienne chapelle de la Visitation qui fut aussi le tribunal révolutionnaire), en accordant sans y faire aucun obstacle un permis de construire à la FSSPX, le Maire prend de lourdes responsabilités vis-à-vis de pratiques obscurantistes dangereuses pour nos concitoyens et pour l’image de notre ville.
La «cathophobie» tout comme l’« islamophobie » délirantes de cette organisation, son admiration notoire pour Pétain et son mépris pour la laïcité nous ont conduits à écrire une lettre publique à Monsieur Le Préfet de la Haute-Loire. Les insultes et menaces grossières de la FSSPX qui ont suivi à notre encontre ne dévieront pas notre attention : nous défendrons obstinément les valeurs fondamentales de notre République face aux intégrismes religieux quels qu’ils soient.

Laurent JOHANNY, Françoise GAUTHIER-WILLEMS, Didier ALLIBERT, Catherine
GRANIER-CHEVASSUS

conseil municipal #lepuyenvelay le 20 juin à 18H30 : nos questions diverses #école #marchépublic #fêtedelamusique #stationnement #laposte #occupationdel’espacepublic #AURA #hauteloire

Le conseil municipal du Puy-en-Velay se réunira le mercredi 20 juin à 18H30 en mairie. Il est public, comme toujours.

Je rappelle que nos questions diverses doivent être envoyées à l’écrit 5 jours auparavant au bureau du maire. Les voici :

QUESTION N°1 : l’école publique

Chers.ères collègues,

en ce mois de juin, signe de fin d’année scolaire mais également de préparatifs pour la rentrée prochaine, la commission éducation ne s’est pas réunie en amont du conseil municipal. Pourtant, les sujets ne manquent pas. Les citoyens ponots doivent savoir que le passage de 4,5J à 4j d’école dès septembre n’a jamais été abordé. Ce sujet est pourtant majeur.

Vous présenterez la décision de revenir aux 4j comme émanant des conseils d’école, effectivement consultés à cette occasion. Je considère pourtant qu’il y a là, une décision éminemment politique. Offrir 4,5j d’école à nos enfants, c’est permettre à tous les enfants d’être accueillis tous les jours de la semaine dans des conditions d’éveil favorables à la pratique de la langue française mais aussi à la vie en collectivité, c’est leur permettre tous les jours, d’être confronté à des exercices mathématiques. 

En matière éducative, on ne peut mesurer les effets d’une réforme en si peu de temps d’application. Aucune excuse quelle soit financière ou politique ne saurait justifier un tel recul. En passant à 4 jours, tout le monde sait que de nombreux enfants au sein des familles les plus fragiles, mais pas seulement, seront laissés notamment devant des écrans. Les effets à long terme sont désastreux en terme de reproduction sociale qui gangrène notre système éducatif.

Je rappelle que certaines communes ont fait le choix de maintenir les 4,5j, choix parfois difficile à assumer face aux familles, mais ceci dans le seul intérêt de l’enfant et je considère que nous nous serions grandis, au sein de ce conseil municipal, d’avoir au moins une réflexion à ce sujet. A quoi sert donc la commission éducation si elle ne peut statuer sur un tel sujet ?

Question N°2 : occupation du domaine public par un promoteur immobilier

Chers.ères collègues,

Depuis quelques semaines, le parvis du théâtre est occupé par un stand commercial au sein d’un local mobile. Pouvez-vous préciser le montant de la redevance en lien avec cette occupation du domaine public par un promoteur immobilier ? et quand cessera-t-elle ?

Par ailleurs, nous considérons que ce n’est pas le lieu. Pourquoi une telle occupation a-t-elle été accordée ? Cet emplacement majeur pour le rayonnement de notre ville ne doit pas être soumis aux pressions publicitaires et commerciales. L’image de notre centre ville en dépend.

Question N°3 : des toilettes pour tous 

Chers.ères collègues,

Depuis de nombreux mois des locaux provisoires mobiles font fonction de toilettes notamment à proximité du musée et du palais de justice. Ces installations précaires dénotent fortement et ternissent la splendeur de notre patrimoine. Elles soulignent aussi le manque chronique de toilettes publiques de qualité et en nombre suffisant. Des solutions techniques, même provisoires, à travers par exemple l’installation de toilettes sèches mobiles éprouvées,  permettraient d’éviter ces écueils tout en soulignant les préoccupations environnementales. Comptez-vous remédier à cette situation ?

Question N°4 : La Poste de Taulhac :

Chers.ères collègues,

à l’annonce de la fermeture de La Poste de Tauhac, nous avions soulevé les conséquences pour la population. Vous nous aviez alors assuré qu’il était question de l’ouverture d’un « relais La Poste » dans un commerce du même quartier. Jusqu’ici : rien.

Le service rendu est aujourd’hui déplorable. Par exemple, les horaires d’ouverture du centre de tri ne permettent pas aux citoyens qui travaillent d’aller récupérer leur colis ou recommandés ! Ce guichet étant ouvert du lundi au vendredi de 8h-9h et de 15H-17H.

Quelle action avez-vous engagé pour aboutir à une amélioration de ce service sur Taulhac ?

Question N°5 : le jardin Henri Vinay

Chers.ères collègues,

En date du 14 juin 2018, jour de dépôt de ces questions diverses, un arrêté de la ville est affiché au sein du jardin Henri Vinay. Il mentionne une autorisation d’installer une emprise de chantier afin de remplacer les clôtures du parc animalier. Cet arrêté, signé le 18 février dernier, est valable jusqu’au 30 mars 2018 inclus.

Manifestement, le chantier a plus de 2 mois de retard et cet arrêté n’est plus valable. La saison estivale débutant, ce retard est fortement dommageable et aura des conséquences sur le rayonnement de notre jardin.  Pouvez-vous préciser les raisons de ce retard ?Qui en est responsable ?

Question N°6 : stationnement gratuit pour nos infirmiers.ères.

Chers.ères collègues,

Depuis la mise en place du nouveau système de stationnement, nous sommes alertés par des infirmiers.ères à domicile dans l’obligation de naviguer au cours de la journée en ville. L’ancien système leur permettait de stationner sans payer, pour leurs seules nécessités professionnelles. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Alors que ces infirmiers.ères apportent des soins essentiels à nos concitoyens, comment peut on concevoir de ne leur accorder aucune dérogation ? Comment peut on concevoir de les faire payer pour apporter des soins vitaux au quotidien ? Comment vous est il envisageable de venir ponctionner de modestes infirmiers.ères qui ne font que leur métier ? On sait que la possibilité technique de stationnement dérogatoire existe et qu’elle est déjà mise en œuvre pour des cas bien éloignés des professionnels de santé. La seule possibilité acceptable, c’est de leur accorder cette gratuité durant leurs heures de travail : quand pensez-vous enfin la mettre en œuvre ?

Question N°7 : conditions d’accueil des artistes pour la fête de la musique

Demain, jeudi 21 juin, aux côtés de formations musicales associatives et de professionnels, les artistes locaux seront au rendez-vous dans notre ville, une fois de plus, pour cette grande soirée populaire qu’est la fête de la musique. Pour le plaisir de tous, ils joueront, le plus souvent bénévolement. A travers eux se jouent à la fois les enjeux de la diversité culturelle de notre territoire comme de sa vitalité. Votre service communication sera soumis à rude épreuve pour réaliser des clichés de leurs prestations. Nombreuses seront les publications pour se féliciter d’un tel événement, sans s’attarder sur leurs conditions d’accueil, souvent proches de l’exploitation le temps d’une soirée. Pouvez-vous m’assurer que les artistes locaux programmées par la municipalité auront désormais des bouteilles d’eau sur scène et une collation sommaire ? C’est bien le minimum et ce n’est pourtant pas le cas jusqu’à maintenant.