Tribune des élus.es minoritaires #lepuyenvelay dans le Magazine de la ville de juin 2018: une remise en cause systématique des services à la population #hauteloire #AURA #Puyenvelay

Agglomération : des décisions injustes et préjudiciables

Augmentation de 8 à 15% des tarifs de l’Atelier des Arts et baisse de son budget, diminution de toutes les subventions de 10% aux associations… C’est dans ce contexte qu’intervient l’annonce de la fermeture de la crèche familiale. Bouée de sauvetage de nombreux parents aux horaires de travail atypiques, cette institution remplit une mission sans équivalent. Mois après mois et sans informer les assistantes maternelles de leur devenir, les décideurs (mairie puis agglomération) ont œuvré pour conduire à cette fin. Cyniquement, la fermeture serait « logique » pour un service trop « coûteux » avec 80 000€/an. C’est une question de volonté politique. Quand il s’agit de trouver 138 000€ pour l’extension du bureau de la présidence de 30 m², ils ne lésinent pas !

Nous tenons à saluer le travail des assistantes maternelles au statut déjà précaire et les soutenons dans leurs revendications.

En contradiction avec la communication officielle pour « accueillir » de nouveaux habitants, ces signaux sont désastreux : comme si les travailleurs qui commencent tôt le matin et finissent tard le soir devenaient encombrants.

 

Des choix financiers au détriment des Ponots

En mars dernier, nous proposions une diminution des taux d’imposition. La majorité s’y refuse et engage des dépenses inutiles, voire déplacées.

Le cas de la « restauration du jardin Henri Vinay » est révélatrice. Les 75 000€ payés à un célèbre paysagiste, dans des conditions que nous contestons, pour donner un avis sur un réaménagement de notre fleuron vert, devaient conduire à des transformations d’envergures : en vain. Revoir les protections autour du bassin d’eau, réaménager l’espace animalier, arborer, planter,… des améliorations certes utiles, mais qui ne nécessitaient aucunement de verser une telle somme pour un simple avis, sans mise en concurrence. Les travaux eux, auront bien du mal à dépasser le montant de la mission de conseil.

 

Les repas de la cuisine centrale du Puy-en-Velay plus chers ici qu’ailleurs !

La majorité a signé des marchés de fournitures de repas avec des communes extérieures à des  prix inférieurs de 0,65€ au coût de revient ! Conséquence directe : le budget de la cuisine centrale étant déficitaire, nos impôts le renflouent chaque année (125 000€ pour 2017). Pire, la mairie du Puy-en-Velay achetant des repas 0,50€ plus cher que le coût de revient, les Ponots paient par 2 fois une gestion calamiteuse. Dénonçant ces pratiques, nous considérons qu’elles ne masquent que péniblement les choix opérés en 2009 pour une cuisine centrale surdimensionnée.

 

 

Bel été à toutes et à tous,

 

Laurent JOHANNY

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

Didier ALLIBERT

Catherine GRANIER-CHEVASSUS

Publicités

Tribune des élus minoritaires 09/2015 #lepuyenvelay Exigeants, oui, nous le devons aux citoyens

Chères citoyennes, chers citoyens,

La rentrée politique est l’occasion d’aborder notamment la rentrée scolaire et sur ce sujet, les débats ne manquent pas !

Choix idéologique : 318 000€ distribués à l’enseignement privé sans obligation légale

Alors que la loi républicaine ne l’y oblige pas, M. Wauquiez donne 318 000€ à l’enseignement privé en 2015 pour la scolarité des moins de 6ans. Alors que l’argent manque, nous dit-on, pour nos écoles publiques (entretien, activités périscolaires), la bagatelle de 2 millions d’euros environ depuis 2009 a été ainsi indûment dépensée. Nous ne réanimons pas ici une prétendue « guerre scolaire », mais cette décision politique contraint les Ponots à payer par deux fois la scolarité des maternelles inscrits dans le privé : ces 318 000€ induisent des places vides laissées dans les écoles publiques alors que les charges (entretien et personnels) restent les mêmes.

L’éducation à la santé et le soutien à une agriculture de proximité, respectueuse de l’environnement

La crise agricole a relancé les débats sur nos habitudes de consommation. Les cantines scolaires constituent un excellent moyen pédagogique pour inculquer de bonnes pratiques alimentaires. Comme nous le proposions en mars 2014, nous défendrons en conseil municipal l’instauration de menus « bio » et locaux au sein de nos cantines. Contrairement aux annonces de M. Wauquiez, notre ville est très en retard à ce sujet. La question du coût se pose mais elle est mise en parallèle avec le concept vertueux du « manger mieux ».

Parallèlement, nous réitérons nos inquiétudes sur 2 dossiers majeurs :

ZAC du Pensio : un cadeau de 1 million d’euros aux promoteurs immobiliers

Alors que M. le Maire s’était engagé à ne pas démolir ce bâtiment et qu’il a même contesté une information de la presse au printemps dernier, l’ancienne « chapelle du Pensio » sera détruite pour créer…un parking ! Alors que l’aménagement de cette zone est d’une importance capitale pour l’avenir de notre ville, voila que la majorité gère en catimini ce dossier. Pire, dans la confusion, l’équipe de M. Wauquiez engage 1 million d’euros dans la démolition du bâtiment principal du Pensio : un cadeau aux promoteurs immobiliers sur le dos des Ponots !

Déplacements et sécurité dans la ville

Au début de notre mandat, nous demandions la mise en place d’une réflexion sur les déplacements routiers, piétons et cyclistes, en vain. Malheureusement, plusieurs accidents graves ont mis en péril nos concitoyens ces derniers mois. Si quelques aménagements mineurs ont vu le jour à grands frais médiatiques, l’urgence reste d’amorcer une démarche globale pour sécuriser et faciliter les déplacements de tous.

Nous restons à votre écoute au sein du local des élus minoritaires situé au 38 rue des Farges le premier mercredi du mois de 18H à 19H.

Laurent JOHANNY, Françoise GAUTHIER-WILLEMS, Didier ALLIBERT, Catherine GRANIER-CHEVASSUS

Retrouvez la tribune de décembre des élus minoritaires #lepuyenvelay . L’obsession de bien utiliser l’argent public !

Chères Ponotes, chers Ponots,
depuis notre élection en mars, nous faisons entendre une voix différente, sans opposition systématique mais dans le souci de défendre l’intérêt général.

Lors du dernier conseil municipal, nos interventions se sont centrées sur l’utilisation rigoureuse de l’argent public issu de nos impôts, en voici quelques exemples :

Nos associations doivent être à tout prix préservées : elles sont les garantes du vivre ensemble. Oui, nous considérons que les subventions exceptionnelles aux associations doivent être mises en regard des résultats des 3 derniers exercices antérieurs. Contrairement à M. le Maire (propos repris dans un communiqué à « L’éveil »), nous ne remettrons jamais en cause les bilans annuels présentés par les bénévoles dévoués des associations : nous croyons, nous, en leur bonne foi.

Pour autant, il est vrai que nous nous sommes prononcés contre, en vain, la décision de la majorité d’allouer 20 000€ de subvention à une association de chasseurs, afin de construire un local pour dépecer du gibier. D’autres solutions simples existent, comme par exemple, la mise à disposition de l’abattoir communautaire : une belle idée de mutualisation ! Au nom d’une rigueur budgétaire nécessaire, il nous paraît aberrant de déneiger gratuitement certaines voies privées par les services municipaux. Les cadeaux à des fins électorales peuvent coûter cher à nos comptes publics. Cela entretient des précédents dangereux pour nos finances (main d’œuvre, matériel) : tous les Ponots pourraient-ils envisager gratuitement le déneigement de leur terrain privé ?

M. le Maire a sans doute oublié que, sous le gouvernement auquel il a appartenu, la dotation annuelle de l’état pour notre ville a diminué de près de 500 000€ (2008 à 2012). Si nous considérons que les baisses de dotations de l’état pour notre commune sont disproportionnées, force est de constater que des économies de fonctionnement sont réalisables à notre échelle, sans pénaliser notre vie quotidienne. D’ailleurs, nous remarquons que c’est à travers des mutualisations et des renégociations de contrats (services informatiques, achat de véhicules, ..) que la majorité trouve des économies salutaires mais bien tardives !

Au sujet des économies à réaliser dans l’avenir, nous serons très attentifs aux dépenses envisagées sur l’ancienne piscine Quincieu. Réhabilitée dans les années 2000 avec 2 millions d’euros, la majorité actuelle a choisi d’abandonner son agrandissement (pour environ 7 millions d’euros) en 2008 sous prétexte de son implantation en zone inondable pour en construire une nouvelle à plus de 25 millions d’euros. Voilà qu’aujourd’hui, la réhabilitation de ce bâtiment en halle d’exposition est programmée. Ce qui était impossible hier pour accueillir un public nombreux, deviendrait possible aujourd’hui avec les mêmes règles d’urbanisme : que d’argent gâché à des fins purement politiciennes !

De nombreux chantiers (contournement, musée, pôle multimodal…), lancés avant l’arrivée de M. le Maire, voient aujourd’hui le jour et c’est tant mieux : en travaillant ensemble, les collectivités font avancer notre territoire. Pour autant, suite aux multiples communications de M. le Maire, nous souhaitons rétablir quelques vérités :

1/ Le pôle multimodal, élément structurant pour faciliter les déplacements en ville, était inscrit au contrat de plan état-région de 2007 (!) grâce au travail de la municipalité de gauche.

2/ Sans l’acharnement de M. le Maire pendant sa campagne de dénigrement du projet en 2008, nos aînés bénéficieraient déjà d’une nouvelle maison de retraite des Chalmettes puisque le projet était prêt dès 2007. Au lieu de vouloir sans cesse tirer les marrons du feu, il faut savoir reconnaître le travail de chacun et savoir travailler, ensemble pour le bien-être de tous.

En tant qu’élus minoritaires, nous restons à votre écoute le premier mercredi du mois à 18H au 38 rue des Farges et vous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d’année.
Laurent JOHANNY Françoise GAUTHIER-WILLEMS Didier ALLIBERT Catherine GRANIER-CHEVASSUS