parade du week-end #wauquiez toujours maire ! #fresque #jardin #lepuyenvelay

La fresque de M. Chalendard a été dévoilée samedi 9 avril 2014 dans son magnifique écrin au sein de la salle qui offre une vue imprenable sur notre centre historique. Les nuances de couleur laissent place à notre imagination pour percevoir le ciel de la Haute-Loire entre les obscurités angoissantes et les illuminations. Un  grand bravo à M. Chalendard qui a travaillé en étroite collaboration avec les équipes du musée et en a profité pour partager son travail avec des élèves de la ville.

Au détour d’un discours dont il a le secret, le président de région a donné sa vision de l’art, en jetant en pâture des artistes plus intéressés par la communication que par l’art pictural…et a profité de cette nouvelle fresque pour faire sa communication du week-end dans notre ville : contradiction quand tu nous tiens… Reléguant le maire officiel à une position de plante verte, ce fut l’occasion pour le maire officieux de la ville, Laurent Wauquiez, d’annoncer des futurs aménagements au jardin Henri Vinay avec la venue de M. Bénech pour donner son point de vue. L’élu que je suis comprendra peut-être enfin les 100 000€ d’aménagement paysager cachés dans le rapport relatif à la construction du truss au printemps 2015. J’y vois aussi l’opportunité de poser la question à M. Bénech sur cette fameuse structure métallique plantée devant le musée Crozatier depuis 1 an désormais : que fait-elle ici ? Quand va-t-on la démonter et donner un aspect visuel adéquat pour ce magnifique édifice qu’est le musée en face de notre centre historique ? Quand respectera-t-on le jardin en enlevant cette balafre aux allures de chantier perpétuel ?

 

D’aucuns demanderaient à M. Wauquiez quelles sont ses compétences pour annoncer ces nouvelles dépenses en vue lui qui n’est ni maire officiellement, ni vice-président de l’agglomération (collectivité désormais compétente pour le musée)… mais c’est ainsi au Puy-en-Velay. Au diable la démocratie.

 

Lettre ouverte à M.le Président communauté #agglo #lepuyenvelay

Le Puy-en-Velay, le 1er mars 2016,

 

Monsieur le Président de l’agglomération du Puy-en-Velay,

Monsieur Joubert

dans le magazine de l’agglomération de février 2016 « Le Mag Agglo », vous avez choisi d’éditer une réponse à la tribune des élus minoritaires parue dans le même numéro. Nous vous accusons de ne pas respecter la règle démocratique qui veut qu’un droit de réponse ne figure pas dans la même publication.
Aussi, nous choisissons aujourd’hui de vous rappeler que la délibération N°43 du conseil d’agglomération du 6 octobre 2015 présentait un plan de financement relatif à la réhabilitation de l’ancienne piscine Quincieu. Nous y apprenions que le projet à hauteur de 3,3M€ HT serait abondé à hauteur de 400 000€ H.T. par l’état (Contrat de plan Etat-Région 2015-2020), par la région à hauteur de 1 100 000€ (en mobilisation les fonds régionaux du CPER 2015-2020 et le contrat Auvergne+), enfin 1 800 000€ resteraient à la charge de l’agglomération. Malgré les positions négatives vis à vis de ce projet qui divise, y compris au sein de « votre » majorité, vous aviez choisi de le valider. Parmi les échanges, nos interventions précisaient nos propositions. Si l’on en croit votre prose, ces dernières semblent vous avoir échappé, nous vous les rappelons à l’écrit cette fois.
L’ancienne piscine Quincieu est un site remarquable de part son panorama et son emplacement tout près du centre-ville, juxtaposé au camping municipal du Puy-en-Velay. Ce dernier équipement souffre d’un déficit d’image et d’équipements. Des améliorations seraient susceptibles d’attirer une nouvelle clientèle, plus familiale et de diversifier les cibles. Les anciens bassins offrent la possibilité de créer un bassin extérieur, indispensable pour des structures équivalentes. À la croisée de plusieurs « balades », cet ensemble serait parfaitement intégré dans une offre touristique tournée vers la randonnée. Les sports « urbains » pourraient parfaitement être accueillis dans cet ensemble avec un skate-park sur le parvis.
Si nous avons d’autres propositions à formuler pour cet espace, nous ajoutons que votre texte étonne par l’aveu d’une improvisation inquiétante sur ce dossier : validation d’un projet à 3,8M€ le 9 octobre 2015 alors que vous prétendez que le transfert à l’agglomération du centre culturel de Vals, acté le 23 décembre 2015, aurait changé la donne !
Que vous ne supportiez pas l’expression de différences, nous l’avions compris, mais utiliser un moyen de communication public pour répandre des mensonges, ce n’est pas concevable. En espérant que vous retrouverez rapidement, Monsieur le Président de l’agglomération le sens de la mesure, veuillez recevoir nos salutations les plus cordiales.

Laurent JOHANNY

Nadine Héritier-Branco

Gérard Convert

Magalie Allibert

REVUE DE PRESSE

La Tribune-Le Progrès -8/10/2015 http://www.leprogres.fr/haute-loire/2015/10/08/ancienne-piscine-celestin-quincieu-le-projet-qui-nemballe-pas

Ancienne piscine Célestin-Quincieu : le projet qui n’emballe pas
Travaux. Tandis que la Communauté d’agglomération s’apprête à investir dans la réhabilitation de l’ancienne piscine d’Aiguilhe en salle polyvalente, plusieurs élus ont montré leur frilosité sur ce projet. Nouveau siège de l’Agglo, extension du camping, skate-park… Certains nourrissaient d’autres projets La piscine Célestin-Quincieu est fermée depuis juin 2012. Situé en zone inondable, le site est astreint à un régime d’utilisation très contraignant qui limite les pistes sur son avenir.

 Cinq votes contre. Trois abstentions. Le moins que l’on puisse dire, c’est que si le projet de réhabilitation en salle polyvalente de l’ancienne piscine Célestin-Quincieu d’Aiguilhe a bien été adopté, mardi soir en conseil communautaire, il est loin de susciter l’enthousiasme des élus. Le projet consiste à créer « une salle événementielle permettant de recevoir des congrès, salons et réceptions ». Un équipement qui, selon Adrien Defix (Coubon) qui a rapporté le projet, compléterait « les autres structures existantes telles que l’Hôtel-Dieu, l’auditorium de l’Atelier des arts ou le centre Pierre-Cardinal ». Premier à tirer sur le projet, Jacques Volle (Espaly-Saint-Marcel), ancien président de la Communauté d’agglomération. Pour lui, alors que le nombre de délégués communautaires va augmenter à l’avenir « on avait là, la place de faire un siège plus grand » pour la collectivité. « On se prive d’un équipement qui aurait pu dynamiser le camping » Laurent Johanny Il n’en fallait pas davantage pour lancer Laurent Johanny (Le Puy-en-Velay) qui dénonçait l’incohérence du projet. Pour lui, l’accueil de congrès était « la vocation première de l’Hôtel-Dieu avant l’arrivée de M. Wauquiez ». L’intéressé, absent du conseil communautaire, n’aura pas l’occasion de s’en défendre. « Pour les congrès, il ne faut pas qu’une seule salle », rétorque Michel Roussel (Aiguilhe), fervent défenseur du projet après s’être opposé à la création d’une discothèque sur le site. Mais l’élu d’opposition ponot devait poursuivre son propos en défendant une autre vision des choses. « Si nous souhaitons redynamiser le camping pour attirer une nouvelle clientèle touristique, on se prive là d’un équipement plein de qualités qui aurait pu y contribuer : bassin extérieur, nouveaux types de logements, création d’un espace camping-car qui manque dans la ville, proximité du centre-ville, caractère exceptionnel du paysage ». D’autres élus, comme Nadine Héritier-Branco (Le Monteil), voient dans les fosses des piscines, l’occasion de réaliser un skate-park à moindre coût tandis que Daniel Boyer (SaintChristophe-sur-Dolaizon) déplore le manque de parkings. Autant de réticences qui poussent Michel Joubert à défendre le projet. « Les contraintes sur ce site font qu’on ne peut pas faire n’importe quoi », affirme le président de l’Agglomération, faisant réference au risque d’inondation sévère sur ce site. « La jauge maximale est bloquée à 500 personnes. On espère pouvoir la faire monter plus haut », plaide-t-il tout en reconnaissant que la Communauté d’agglomération n’a pas les moyens de « faire des dépenses somptuaires pour s’offrir un Zénith ». Zénith. Le mot est lancé et fait sourire. Pour certains, la salle n’est pas la clé du succès d’un événement. Comme pour Jean-Yves Reynaud (Ceyssac). « À Saugues, le festival se fait à la halle aux bestiaux ! »

ZOOMDICI
http://www.zoomdici.fr/actualite/Agglo-Le-Puy-un-conseil-communautaire-chargeid146876.html#commentaires
Agglo Le Puy : un conseil communautaire chargé

Ce mardi soir, les élus de l’agglomération du Puy se sont réunis en conseil communautaire. Rénovation urbaine, subventions ou encore transports scolaires… un vaste programme était à l’ordre du jour.
Pendant un peu plus de trois heures, ce mardi 6 octobre 2015, le conseil d’agglomération du Puy-en-Velay a pris place afin de délibérer sur les quelque 55 sujets à l’ordre du jour. En voici quelques points non exhaustifs.
Le site de Quincieu fait débat Il s’agit de l’ancienne piscine d’agglomération Célestin Quincieu à Auiguilhe, à l’abandon depuis 2012 et l’ouverture de La Vague. Le projet proposé par le président de l’agglomération, Michel Joubert, est celui d’une halle d’expositions et de congrès. Pourtant présenté comme le fruit « d’un temps de concertation », le débat va animer la salle. Le maire d’Espaly Saint-Marcel, Jacques Volle, annonce qu’il s’opposera au projet, voyant dans l’infrastructure une occasion pour l’agglomération d’élargir ses locaux. Il propose la création de bureaux. Pour Laurent Johanny, élu PS du Puy, « on ne réfléchit pas à la cohérence sur le territoire », citant les différentes structures déjà existantes allant de la salle des « Orgues » d’Espaly nouvellement ouverte, au « truss » du jardin Henri Vinay construit pour le festival des Nuits de Saint-Jacques, en passant par le Centre Pierre Cardinal du Puy. Pour l’élu d’opposition, le site de Quincieu est l’opportunité de « redynamiser le camping »mitoyen . D’autres voix s’élèvent proposant un skatepark ou encore des parkings. Finalement le projet, adopté, fera l’objet de cinq votes contre et de trois abstentions. Le coût estimé est de 3 300 000 euros.

Site de l’agglomération consulté le 17 février 2016.

http://www.agglo-lepuyenvelay.fr/le-site-de-l-ancienne-piscine-quincieu–s-offre-une-nouvelle-vie–unehalle-d-expositions-et-de-congres-y-verra-le-jour-dans-les-prochains-mois—a216.html

LE SITE DE L’ANCIENNE PISCINE QUINCIEU S’OFFRE UNE NOUVELLE VIE : UNE HALLE D’EXPOSITIONS ET DE CONGRÈS Y VERRA LE JOUR DANS LES PROCHAINS MOIS !
L’agglomération va se doter d’une salle de congrès enfin digne de notre territoire ! Le site de l’ancienne piscine d’agglomération Célestin Quincieu à l’abandon depuis 2012, va retrouver une seconde vie. Les élus de l’agglomération ont toujours mis un point d’honneur à ne pas laisser cette structure devenir une coquille vide. Ils ont pris le temps de la concertation pour trouver le meilleur projet pour notre territoire adapté aux contraintes de ce bâtiment. Sa structure de qualité et son emplacement idéal, ont permis d’étudier la faisabilité d’un projet de construction d’une halle d’expositions et de congrès dédiée, entre autres, aux expositions, réceptions, salons, congrès, événements, etc. L’agglomération se dote enfin d’une grande salle digne de notre territoire !
Une structure de qualité et un emplacement idéal : deux atouts forts du bâtiment Pour les élus de l’agglomération : « c’était impensable de démolir ce bâtiment ». La structure générale de l’ancienne piscine est de bonne qualité. Des travaux avaient été réalisés il y a quelques années. Les baies vitrées sur les 3 côtés de la structure offrent une luminosité exceptionnelle. Les bâtiments dont la surface au sol occupe environ 2200m² seront réutilisés dans le cadre du projet qui est en train de mûrir. Les bassins de l’ancienne piscine seront recouverts pour créer un sol homogène. D’importants travaux sur les abords de la structure permettront de créer des parkings de proximité. Ce projet est le fruit de longues négociations avec les services de l’Etat.
Répondre aux besoins des associations et des professionnels de l’événement Le projet de reconversion du bâtiment en halle d’expositions, permettra de répondre aux besoins des nombreuses associations des différentes communes de l’agglomération. Michel Joubert, Président de la Communauté d’agglomération, précise que : « L’esprit du projet est de créer une grande salle polyvalente aux portes du Puy-en-Velay, pour accueillir des salons, des congrès, et des réceptions diverses. C’était un équipement qui faisait défaut sur notre territoire ».
Créer une salle digne de notre territoire permettant d’accueillir de grandes manifestations Laurent Wauquiez, est très attaché à redonner une seconde vie à ce lieu idéalement situé : « L’idée était de créer un lieu adapté pour accueillir de grandes manifestations. Lorsque des associations importantes se réunissent pour leur assemblée générale départementale ou régionale, comme les aînés ruraux du département par exemple, ou lorsque nous avons des demandes d’organisation de congrès, comme le salon du modélisme, le couvige de dentelle, nous ne pouvions pas les accueillir jusqu’à présent. Les salles de l’agglomération sont très limitées en taille. A travers ce projet, nous espérons pouvoir accueillir du public sur un même espace. Pour mettre sur pied ce projet, cela s’est avéré très compliqué. On avait des normes très contraignantes qui font gaspiller du terrain et de l’argent public. Après de longues négociations avec les services de l’Etat, on peut aujourd’hui réaménager et offrir une grande salle digne de notre territoire. »
Le projet est bientôt bouclé ; la consultation sera lancée dans les prochains mois Le programme est aujourd’hui en cours de finalisation, la consultation destinée à retenir un maître d’œuvre devrait être lancée dans le courant du prochain trimestre.

Unanimité en trompe-l’oeil,dérives de gestion reconnues dans les faits #lepuyenvelay #AURA #wauquiez

Le conseil municipal du 29 janvier était uniquement dédié au choix du nouveau maire du Puy-en-Velay.

Au cours d’un véritable meeting pour Laurent Wauquiez, les élus minoritaires ont souligné plusieurs incohérences et attentes quant au nouvel exécutif. https://laurentjohanny.wordpress.com/2016/01/29/declaraiotn-elus-minoritaires-cm-lepuyenvelay-aura/

Alors que la presse annonçait lundi 25 janvier que M. Chapuis devait garder la responsabilité des finances, voici que le nom d’un nouvel adjoint aux finances est apparu lors du conseil municipal du 31 janvier. Cette improvisation traduirait-elle une prise de conscience de M. Wauquiez des irrégularités de sa gestion du Puy-en-Velay depuis 2008 aux côtés de M. Chapuis alors chargé des finances ?

Face aux irrégularités que nous avons soulevées, face aux rapports critiques de la chambre régionale des comptes (ville, agglomération, C.C.A.S., rapports à retrouver ici : https://www.ccomptes.fr/Publications/Recherche-avancee/(SearchText)/le%20puy%20en%20velay ), la nomination d’un expert-comptable au poste d’adjoint finances s’apparente à la reconnaissance des dérives « qui font encourir des risques à notre collectivité » (sic). Un expert-comptable nommé à la va-vite suffira-t-elle pour éteindre l’incendie ? Rien est moins sûr. Même la presse régionale commence à s’en émouvoir (il serait temps 1 mois et demi après la publication des 3 rapports). Voici d’ailleurs la première page de l’article de Lyon Capitale sur ce sujet.

12654631_10201444982044082_516796434025252040_n

 

M. Chapuis, par l’intermédiaire de M. Wauquiez, a déclaré se consacrer « à temps plein » à son mandat de maire. Incroyable d’entendre cela alors que M. Chapuis est conseiller régional fraîchement élu et membre de la commission permanente ! Le départ de M. Wauquiez peut laisser espérer plus de transparence, plus de discussions, moins d’arrogance, mois de démagogie…mais ce premier conseil me laisse perplexe.

Laurent JOHANNY

 

 

 

 

Tribune 11/2015 élus minoritaires #lepuyenvelay Abandon préjudiciable bien public #AURA #wauquiez

Abandon préjudiciable du bien public

Chères citoyennes, chers citoyens,

tout en vous souhaitant d’agréables fêtes de fin d’année, nous tenons à vous faire part de deux dossiers qui révèlent le peu de considération de la majorité en place pour le bien public.

Un état désastreux de la voirie communale

Attachés à la vie quotidienne des Ponots, l’état de délabrement des rues et des trottoirs de notre ville nous inquiètent. Les nids de poule et fissures laissent place petit à petit aux mauvaises herbes, aux cailloux et rendent les déplacements difficiles, voire impossibles pour les poussettes et les personnes à mobilité réduite. Alors que la part communale de nos impôts locaux a augmenté de 25% depuis 2008, nous pouvons prétendre à un meilleur cadre de vie. Boulevard Bertrand, cour Victor Hugo, rues Jean Mas, Léon et Jeanne Coudeyrette, Alphonse Terrasson, de la Vaysse, promenade du Breuil, parvis du théâtre ….Que dire du boulevard Bertrand De Doue sur lequel, pendant les travaux, les riverains sont obligés d’affronter grillages et orties, sur cet axe dépourvu de trottoirs !

Autant d’exemples parmi d’autres qui démontrent que l’entretien n’est pas la priorité de la majorité. Celle-ci préfère investir à grand frais dans des opérations plus porteuses d’un point de vue médiatique, au détriment du bien vivre des habitants.

Quelle image désastreuse pour notre ville !

Alors que nous interrogions M. le Maire à ce sujet lors du dernier conseil municipal, celui-ci a préféré opérer une diversion politicienne quitte à utiliser un accident dramatique. Voila pourtant un vrai sujet autant pour le bien-être au quotidien de tous que pour l’image véhiculée de notre ville.

Terrains de sports du Lycée Roche-Arnaud

Gouverner c’est prévoir, et cet adage est particulièrement vrai pour tout ce qui concerne l’urbanisme d’une ville. La Municipalité doit préserver les meilleures emprises foncières encore disponibles pour garantir la faisabilité de ses équipements structurants à long terme tout en protégeant l’équilibre entre espace urbain et espace naturel.

Le lycée Charles et Adrien Dupuy dispose d’une plateforme à vocation sportive également à la disposition des habitants. D’une surface de plus de 13000 m², cette propriété de la commune est à l’abandon depuis 2008 suite à la décision de M. le Maire de ne plus l’entretenir.

Aujourd’hui, la majorité municipale a résolu de céder cette irremplaçable réserve foncière et d’amputer le domaine privé de la Commune, bien de tous les Ponots, au profit d’intérêts privés dans le but de créer un lotissement. Nous soulignons l’incohérence d’un tel projet en ce lieu et dénonçons cette décision préjudiciable à l’intérêt public. Nos multiples interventions visant à protéger cette précieuse partie de notre territoire communal ont été vaines et nous craignons désormais la perte irrémédiable de terrains sportifs utiles aux lycées, aux étudiants et plus largement aux habitants du quartier.

Laurent JOHANNY, Françoise GAUTHIER-WILLEMS, Didier ALLIBERT, Catherine GRANIER-CHEVASSUS

Réaction aux propos de #wauquiez qui dégradent l’image #lepuyenvelay #AURA

Communiqué de presse adressé le 3 novembre 2015 :

Le lundi 2 novembre, lors d’un meeting organisé à Lyon par « sens commun » (Ex « La Manif pour Tous ») et aux côtés du FN, M. Wauquiez a évoqué notre ville avec la phrase suivante :  » je défends les racines chrétiennes, je suis maire du Puy en Velay, je ne peux pas être contre ! » et a poursuivi  » la famille c’est un Père, une Mère, et des enfants. Il peut y avoir des accidents dans la vie. Tout le monde n’est pas marathonien ».  
Outré de voir que M. Wauquiez utilise le nom de notre ville à des fins politiciennes, je lui demande solennellement de s’abstenir à l’avenir d’établir de tels parallèles. Il dégrade l’image du Puy-en-Velay et l’enferme dans une vision conservatrice, bien éloignée des valeurs d’humanisme et d’ouverture que portent les Ponots. Notre ville a besoin de rayonner grâce à ses habitants qui la mettent en mouvement, y compris par ceux qu’il qualifie d' »accidents de la vie », propos blessants et outrageants pour des familles monoparentales, recomposées ou homosexuelles.

Conseil municipal #lepuyenvelay : #wauquiez arrogant, suffisant, refus des réfugiés, raccourcis et mensonges #AURA

Rions un peu : lors du rapport N° 8 : M. Wauquiez a expliqué à sa cour que, « si les chiffres des recensements étaient mauvais c’est parce que les lotissements n’étaient pas correctement nommés ».

Rapport N°2 : décisions prises ….

Laurent JOHANNY : De nombreuses décisions parmi lesquelles les N° 239, 240, 253, 260, 288,…. relèvent de la saison culturelle du théâtre et de manifestations événementielles. En cumulant leur montant, nous parvenons à la coquette somme de 100 000€.

Aujourd’hui, la programmation est directement liée aux choix de votre cabinet Monsieur le maire. Pour de telles sommes, nous vous demandons expressément de solliciter désormais la commission « vie culturelle et animation de la ville » afin d’évoquer ensemble la programmation. De plus, nous considérons que les équipements culturels sur l’agglomération devraient nous permettre une plus grande cohérence avec le souci d’une plus grande complémentarité. Soit en raison d’une jauge différente selon les structures, soit en raison de leur nature, certains spectacles programmés au théâtre semblent bien plus appropriés au centre culturel de Vals et inversement. Il s’agit là d’une question de coût pour la collectivité et pour les spectateurs. Pour nous, il est urgent de trouver des solutions au niveau communautaire.

L’équipe municipale refuse de répondre !!!!

Rapport N°5 : conseil communautaire : nouveaux conseillers pour Le Puy-en-Velay

4 postes supplémentaires sont soumis au vote. Les 4 postes sont « emportés » par la majorité.

Nous pouvions espérer que l’ouverture d’esprit des conseillers municipaux majoritaires, leur désir de laisser s’exprimer la minorité, les incitent à nous laisser une place de plus en conseil communautaire. C’était trop espérer. Cette demande d’ouverture est d’autant plus légitime que nous aurions eu 2 conseillers communautaires si les 16 postes, et non seulement les 4 nouveaux, avaient été remis en jeu (mais cela ne dépend pas du conseil municipal).

Rapport N°12 : autorisation de dépôt de demandes d’urbanisme (VOTE CONTRE)

La ville du Puy revend des équipements sportifs après les avoir laissés à l’abandon depuis 2008. De plus, une telle réserve foncière est primordiale pour notre ville, par ce rapport, vous décidez de solder les biens publics de la ville, sans réflexion urbanistique intelligible.

Rapport N° 29 : contrat Auvergne + 3e génération

Entre 2005 et 2014, ce sont 184 millions d’euros pour 1.259 projets qui ont été financés par la région Auvergne sur les 15 Pays qu’elle comporte (centre aqualudique, crèche, médiathèque, maison de santé, salle socioculturelle, centre de loisirs, hôtels d’entreprises, etc.)

Pour la Haute-Loire, ces aides s’élèvent 45 millions d’€ depuis 2005, et 16,7 Millions d’€ pour le seul pays du Velay. Les deux premières générations de contrats étant finalisées, une troisième génération est lancée.

La troisième génération 2015-2018 de ce contrat prévoit 4,75 millions d’€ pour notre pays du Velay. En remerciant la région Auvergne, je voudrai souligner l’importance capitale de cette aide pour notre territoire où elle a choisi d’agir plus massivement encore que pour d’autres :

PAYS :

Aurillac 4,3M€

Jeune loire et ses rivieres : 4,2 M€

Grand sancy 1,74 M€

Saint flour 3,27 M€

Lafayette 3,32 M€

Cette manne financière primordiale doit nous inciter à concevoir des projets tournés vers l’avenir pour le développement harmonieux de notre territoire. Mais, il ne faut pas oublier que l’utilisation de cet argent public doit être fait précautionneusement avec le soucis de viser juste et de respecter les critères sociaux et environnementaux notamment.

Données :

Tous les conseillers régionaux de droite ont voté POUR cette 3e génération de Contrat Auvergne +.

Sur la 2nde génération de Contrat Auvergne + pour le Pays du Velay, 4.485.250€ de FRADDT ont été attribués.

Au total, 42 projets ont été subventionnés dont : – Musée Crozatier au Puy-en-Velay : 2.819.952 € dont 1.917.952€ FRADDT pays et EPCI, et 902.000 € ligne sectorielle culture ;

– Complexe de tourisme et de loisirs à Craponne-sur-Arzon (335.473€ FRADDT EPCI) ; – Maison de Santé à Allègre (288.000€ FRADDT EPCI) ; – Agrandissement de la section « remise en forme » du Centre Aqua Passion à Lavoûtesur-Loire (210.000 € FRADDT EPCI) – Aménagement d’un espace de loisirs dans l’ancienne gare de Lantriac (224.000€ FRADDT EPCI) – Pôle accueil jeune enfant à Laussonne (90.000€ FRADDT EPCI) – Réalisation d’un Scot (80.000€ FRADDT Pays)

1re génération de Contrats pour le pays du Velay: plus de 54 projets ont été financés pour un montant total de 7,85 M€

M. Wauquiez, désireux de faire sa campagne énonce 1/ des contre-vérités sur la réalités des fonds régionaux versés sur le territoire (voir les chiffres plus hauts) 2/ des parallèles avec les frais de gestion de la région Auvergne ….alors qu’on parle de contrats Auvergne+. M. le Maire préfère dévier sur le « palais » construit à Clermont…lui qui préfère certainement payer des frais de déplacement et des locations annuelles exorbitants puisque tous les services ne pouvaient s’installer dans les anciens locaux exigus.

QUESTIONS DIVERSES déposées le 16/09 :

Question N°1: Patrimoine architectural et urbain de la Ville du puy (Didier Allibert)

Monsieur le Maire Chers collègues,

La Ville du Puy possède un patrimoine architectural important, celui-ci joue un rôle déterminant dans son rayonnement touristique.

Elle fait d’ailleurs l’objet d’un Plan de Sauvegarde et de Mise Valeur.

La base Mérimée du Ministère de la Culture et de la Communication recense 87 édifices inscrits ou classés sur la Commune du Puy.

Parmi ces monuments classés, qui ont aussi un intérêt historique, l’un d’entre eux est aujourd’hui dans un état de total abandon.

Son état très dégradé interpelle fortement les visiteurs de notre ville et donne de celle-ci une image très négative.

Il s’agit de la maison dite « romane » située à l’angle de la Rue Rochetaillade et de la Rue du Prat du Loup.

Sur l’alignement de cette Rue, elle a fait l’objet d’un restauration /reconstruction il y a plus de Vingt ans, soignée et habile architecturalement, qui a permis qu’elle ne s’effondre pas.

Mais depuis, aucun entretien n’a été effectué sur ce bâtiment et il est à nouveau très menacé.

Il s’agit d’une propriété privée.

La légende voudrait que la dentelle aux fuseaux fut inventée dans ce lieu. Nous pensons que la Municipalité ponote doit désormais en faire l’acquisition. Ceci permettrait de procéder à sa mise en sécurité et de garantir son maintien dans un état compatible avec son intérêt architectural et archéologique.

D’autre part, remarquablement située sur les parcours pédestres de découverte de noter ville, cette maison pourrait facilement être réhabilitée et recevoir une activité liée au tourisme.

Quoiqu’il en soit, il est exclu de permettre qu’elle soit ainsi vouée à l’effondrement et à la disparition à plus ou moins court terme.

Mme Vincent évoque des propositions pour bénéficier de fonds ANAH pour réhabiliter cette maison.

Question N°2 : Réfugiés (Laurent JOHANNY)

Des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuient les pays dans lesquels ils subissent les persécutions et les guerres. Désespérés, un grand nombre d’entre eux tentent, au péril de leur vie, de rejoindre le continent européen en traversant la Méditerranée dans des conditions inhumaines. Les naufrages qui se succèdent quotidiennement ont fait 3500 victimes en 2014, nous en sommes déjà à plus de 3000 victimes pour 2015, et elle n’est pas achevée. D’autres, empruntant les voies terrestres, périssent asphyxiés dans des camions obscurs dont ils ignorent même la destination exacte. Pouvons-nous les ignorer, détourner le regard, ne pas entendre leurs cris, feindre de ne pas comprendre ce qui se passe ou pire encore ajouter l’irresponsabilité et la lâcheté à la barbarie en refusant de les accueillir ? Nous serions alors directement responsables de cette inhumanité et de ses conséquences, directement responsables de chaque mort supplémentaire.

Il s’agit de ne pas se tromper de débat. Si la précarité grandit dans notre pays, rien ne doit faire oublier que ces réfugiés sont dans une urgence vitale. Ils connaissent les risques mortels de l’exode, leur vie est leur seule richesse : s’ils frappent à notre porte, c’est pour nous supplier de les aider à la préserver. Cette détresse ultime ne se compare pas aux difficultés sociales que nous pouvons rencontrer, et ne pas y répondre serait un crime. Pourtant, certains acteurs du débat politique seraient prêts à le commettre, prêts à souiller leur honneur et celui de notre pays dans des considérations idéologiques extrémistes. D’autres, qui se disent “républicains”, voudraient faire une sélection, désigner celles et ceux qui sont dignes d’être aidés de celles et ceux qui ne le sont pas, en fonction d’abjectes considérations d’origine ou de religion.

N’est pas républicain qui se désigne ainsi, la République a des règles, des principes et des valeurs, des lois aussi, qui empêchent ce tri morbide aux relents nauséabonds d’autres époques révolues.

Les questions politiques relatives à l’action à engager dans les pays d’origine ou à la durée d’accueil ne sauraient retarder notre action, il faut agir maintenant. L’heure est à l’urgence pour sauver des vies.

La France et l’Europe toute entière doivent s’engager dans le respect du droit d’asile pour les opprimés. Conformément à l’appel du Président de la République, nous vous demandons M. le maire, à inscrire notre ville dans sa tradition d’accueil en l’engageant dans l’accueil des réfugiés à travers le mouvement national coordonné par le ministère de l’intérieur. 

Se refusant à toute réponse, M. Wauquiez donne la parole à son adjoint aux finances. M. Chapuis ose répondre de manière laconique : « les « émigrés » (ou « immigrés »)  ne relèvent pas de notre compétence, sans demande de l’état. »

Question N°3 : état des chaussées / déplacement piéton (Laurent JOHANNY)

Lors du dernier conseil municipal, à notre question relative à la mise en place d’une commission chargée du déplacement, vous nous avez répondu que la concertation prend trop de temps, et que vous préfériez agir « efficacement » d’après vos dires. Face à l’état désastreux des chaussées et trottoirs, force est de constater, que vous portez autant de considération à la concertation qu’à l’entretien de la voirie. De la promenade du Breuil au boulevard Bertrand, nid-de-poules, trottoirs défoncés, bosses multiples font partie du quotidien des Ponots alors que les cheminements piétons et cyclables sont soit inexistants, soit dangereux.

Exemples : rues Jean Bauduin, Coudeyrette, Chas, trottoirs du cours Victor Hugo,….

Que dire des conséquences touristiques d’un tel abandon !

Pour un maire qui demande à la Région d’intervenir sur les routes alors qu’il ne s’agit pas de sa compétence, je vous demande de respecter les vôtres à travers l’entretien des rues et des trottoirs.

En agissant dans l’urgence, vous opérez à du « rafistolage » sans vous préoccuper ni de l’image de notre ville, ni du bien-être des Ponots, ni de leur sécurité.

Sans réflexion globale, ces deux problématiques ne font qu’une : Monsieur le maire, nous vous demandons de reconsidérer enfin l’espace public, d’assurer son entretien et de créer, enfin, une commission chargée d’anticiper les déplacements dans notre ville. Faut-il attendre un autre accident pour agir ?

M. Wauquiez a osé prétendre que nous utilisions le drame survenu le week-end dernier. Pour rappel, les questions diverses posées par les élus minoritaires le sont obligatoirement dans un délai de 5 jours ouvrables avant le conseil. M. Le Maire, trop occupé, devrait s’informer sur les règles qui régissent son conseil. Ainsi, nos questions ont été envoyées mercredi 16 septembre au soir soit bien avant l’accident tragique ! Ce raccourci est pitoyable et indigne.

Mme Barre évoque les travaux routiers sur le boulevard Saint Louis et Le Breuil : aux frais exclusifs de l’état ! La preuve d’ailleurs la voie descendante qui appartient elle à la ville n’est pas refaite !

Cf http://www.leprogres.fr/haute-loire/2015/08/05/nouvel-enrobe-au-breuil-et-a-saint-louis-il-faudra-prendre-son-mal-en-patience

interventions des élus minoritaires CM 23/06/15 #lepuyenvelay

En résumé :

318 000 € donnés aux écoles maternelles privées alors que la loi ne l’impose pas.

1 000 000 € au bas mot dépensés par la mairie pour démolir le bâtiment du Pensio : c’est une subvention directe envers les promoteurs privés !

D’après M. Le maire, Le Puy-en-Velay n’est pas en France : voir questions N° 3

Budget du Truss : + 100 000€ en 2 mois (514 000 HT en avril, désormais 630 000€)

Impôts 2014 : contrairement aux annonces, la taxe d’habitation et la taxe foncière ont engendré 130 000€ supplémentaires soit une augmentation de 1%

Dotations / subventions : contrairement aux annonces, elles restent stables par rapport à 2013.

Subvention de 80 000€ au club de foot : nous allions voter pour, ayant travaillé sur ce dossier en commission. Puis au dernier moment M . Wauquiez « ajoute 10 000€ pour leur permettre de mieux encadrer nos jeunes, on passe au vote ? » et bien non ! « M. LE Maire, 10 000€ c’est une somme conséquente et les élus que nous sommes attendons des arguments sérieux, des budgets prévisionnels…. » Réponse : « ça servira aux déplacements, …. » Aucune réponse, en 3 minutes chrono M. Le maire distribue 10 000€ à la va-vite, il est pressé ! Nous nous abstenons !

Rapport N° 9 : réhabilitation du musée Crozatier (Didier Allibert)

vote contre

Le taux de rémunération du marché de maîtrise d’oeuvre pour l’extension et la réhabilitation du Musée Crozatier serait, si l’on en juge par les chiffres que vous nous communiquez, de près de 30%. Pouvez-nous nous confirmer ce taux, très supérieur à ceux habituellement constatés pour des opérations similaires ?

Vous nous proposez de consentir un avenant à ce marché, au prétexte que « les services de l’Etat » auraient demandé des modifications aux études réalisées. Si cela est exact, ils n’ont fait que remplir leur rôle, et il appartient à la Maîtrise d’œuvre de remplir le sien en répondant de façon adaptée aux souhaits légitimes et aux avis conformes de la Maîtrise d’Ouvrage et de tous les services chargés d’émettre un avis.

Il n’y a aucune obligation à consentir une rémunération supplémentaire dans ce cas. D’autre part, la commission d’Appel d’Offres qui s’est réunie le 15 Juin dernier pour, précisément, désigner les entreprises qui seront chargés des équipements muséographiques, n’a pu que constater l’infructuosité de la consultation lancée pour ce marché.

Dans une note établie par la Direction du musée concernant cette consultation, il est fait état de difficultés importantes avec la maîtrise d’œuvre, ayant conduit à cet échec de la consultation.

Ceci empêchera l’ouverture du musée à la date prévue, et il est même probable qu’elle soit différée de plusieurs mois.

Le musée, achevé, ne pourra pas être ouvert au public. Son entretien, pendant la période où il restera fermé, coûtera beaucoup d’argent à la collectivité sans recettes d’exploitation pour compenser ces dépenses.

Comment dans ces conditions accepter l’avenant au marché de maîtrise d’œuvre que vous nous présentez ?

VOTE CONTRE

réponse de Mme Portal et M. Wauquiez : il s’agit d’un avenant pour le label « handicap »..

Notra vis : aucun lien entre le rapport et le handicap ! il suffit de le lire pour s’en rendre compte ! On parle de problème d’accroches, de portance de mur et d’étanchéité de vitrine !!! L’exécutif se moque de nous !

Rapport N ° 10 : marché « rénovation de l’existant et maintenance de l’éclairage public ». (Didier ALLIBERT), vote contre.

Pourquoi reconduire ce marché, arrivé à son terme sans le soumettre à nouveau à la concurrence ?

Les sommes dont il est question sont considérables.

Quelles étaient les pénalités prévues dans le marché initial si les sommes prévues ne devaient pas être atteintes ?

Il y a fort à penser qu’une nouvelle consultation permette de réaliser de substantielles économies, les conditions du marché étant plus favorable aujourd’hui qu’en 2010. D’autres part, il est normal vis à vis des entreprises du secteur que des travaux aussi importants soient soumis à la libre concurrence.

réponse : les pénalités seraient bien trop importantes en cas de non respect du contrat.

Notre avis : il y a la un marchandage sous prétexte « d’utiliser une entreprise locale », une nouvelle fois au détriment du portefeuille des Ponots.

Rapport N ° 15 : réforme des rythmes scolaires PEdT (Laurent JOHANNY)

vote contre

Les conseillers municipaux que nous sommes ont donc à statuer ce soir sur un document d’une quarantaine de pages, primordial pour nos enfants, nécessaire pour que la municipalité puisse prétendre au fonds d’état pérennisé pour la mise en place des nouveaux rythmes scolaires. Soulignons tout d’abord que les liens présents en bas de page ne sont pas fonctionnels. C’est d’autant plus gênant que les documents de travail distribués en commissions étaient seulement « en cours de rédaction », c’est d’ailleurs pour cette raison que nous n’avons pas voté en commission. Curieuses pratiques que d’approuver par un vote solennel des documents soit incomplets, soit indisponibles.

Ajoutons que les conditions d’élaboration de ce document laisse entrevoir des manquements en terme de consultation des personnels et des parents d’élèves. Comment prétendre sérieusement élaborer le projet éducatif de territoire avant même d’avoir fait remonter leurs remarques sur les premiers mois de mise en place de cette réforme ?

Est-ce dans l’urgence que ce document a-t-il été rédigé ? Les conditions de rédaction que vous avez choisies le laissent croire. Et pourtant, une telle démarche est inscrite dans les textes de notre République depuis septembre 2013 ! Pourquoi ne pas avoir choisi l’anticipation ?

Après avoir longtemps « traîné des pieds », nous notons avec intérêt votre souhait de donner droit à 1 séance hebdomadaire d’activités périscolaires l’an prochain : c’est une avancée, et une reconnaissance de l’intérêt pédagogique de cette réforme.

Pour autant, vous refusez encore de respecter les conditions d’application, en terme d’encadrement et d’horaires qui nous permettraient de solliciter l’aide de la Caisse d’allocations familiales.

Vous allez, une nouvelle fois certainement vous lamenter sur les contraintes financières et à ce sujet, les autres rapports de conseil municipal seront l’occasion de montrer une nouvelle fois que les solutions existent, encore faut-il en faire le choix politique, encore faut-il avoir de l’ambition pour nos écoles publiques.

Tant pour contester la forme du document que le fond, nous voterons contre ce rapport.

Réponse de Catherine Chalaye : nous avons beaucoup travaillé pour rencontrer tout le monde. L. Wauquiez ajoute que l’état nous l’a imposé et que ce n’est pas facile….

Notre avis : ce dossier démontre la totale improvisation/précipitation sur ce dossier. Préparé en mai 2015, le PEdT définitif (mise à jour le 23 juin, 1 jour avant le conseil) sans aucun débat sur le contenu, et pour cause, personne ne l’avait sous les yeux le soir du vote !!!

Rapport 16 : participation OGEC (Laurent JOHANNY)

La participation de la commune aux frais de fonctionnement est obligatoire pour les classes de scolarisation obligatoire, à partir de 6ans, c’est à dire pour les écoles privées élémentaires. Pour les écoles maternelles, comme le stipule l’article 442-44 du code de l’éducation, cette participation est obligatoire seulement lorsque la commune fait le choix de reconnaître le contrat d’association qui les lient.

Vous n’avez donc aucune obligation à verser les 318 000€ aux écoles privées maternelles. Depuis 2008, en dépit du bon sens, en dépit de la bonne utilisation de l’argent public, vous faites le choix de verser cette participation. Nous contestons vivement cette démarche qui vise à affaiblir les écoles publiques de la ville.

Quel double-discours ! Dans le rapport N° , vous nous proposerez en suite de contester la fermeture d’une classe dans une école publique. Mais vous entretenez la concurrence déloyale entre le public et le privé !

Quel double-discours ! Lorsque vous prétendez qu’il vous manque des moyens pour mettre en place des activités périscolaires plus ambitieuses.

Quel double discours ! Lorsque vous refusez d’organiser une passerelle entre l’école Jeanne d’Arc et la structure « la petite poule rousse » alors que celle-ci existe avec une école privée.

Monsieur le maire, nous vous demandons solennellement de mettre fin à cette dépense facultative de par la loi, infondée et injuste. Vous en avez la possibilité en dénonçant le contrat d’association.

Enfin, nous vous demandons d’avoir accès à l’ensemble des éléments qui ont permis d’arriver au résultat du montant forfaitaire de 1406€ par enfant en maternelle.

Réponse de L. Wauquiez : M. Johanny vous tenez des propos ineptes et vous êtes archaïques.

Notre avis :  l’exécutif choisit d’entretenir la concurrence privé/public sous prétexte « d’égalité des chances », en réalité par conviction religieuse, s’arrangeant comme ça les arrange avec la laïcité, concept archaïque pour eux.

Rapport 21 : amicale des Sapeurs Pompiers (Françoise GAUTHIER-WILLEMS)

abstention

Nous soulignons qu’en accordant cette subvention, toute modeste qu’elle soit, à l’amicale des Sapeurs Pompiers, nous ouvrons la voie à de multiples autres demandes. En effet, celle-ci n’est pas issue des seuls sapeurs-pompiers du Puy-en-Velay mais bien de l’ensemble de la Haute-Loire. En discussion avec eux lors de la cérémonie du 8 juin dernier, et en votre absence M. le Maire, nous avons constaté qu’eux-mêmes semblaient troubler par cette subvention.

Réponse de M. Chouvet, entrecoupé par M. Wauquiez : circulez, y’a rien à voir.

Rapport 27 : cession d’un terrain à Sanssac L’église

vote pour

Le problème n’est pas seulement en lien avec des éventuelles futures constructions sur ce terrain mais aussi sur d’hypothétiques épandages ou élevages sur une zone de préservation du captage.

Rapport 34 : ZAC du Pensio : dossier de réalisation (Didier Allibert)

vote contre

Le bilan d’aménagement de la ZAC du « pensio » fait état au registre des dépenses d’une augmentation considérable de celles-ci. En effet, dans les travaux Hors Programme d’Equipements publics, ont été intégrés les coûts de démolition de l’ensemble des bâtiments présents sur le site, non initialement prévus. Le coût supplémentaire pour la collectivité s’élève à 1,4 million d’euros. Pourquoi réaliser ces démolitions ? Il revient aux futurs acquéreurs des terrains d’en prendre la charge, ou de proposer des projets maintenant pour tout ou partie les bâtiments existants.

Dans le cadre d’un appel de candidatures d’aménageurs, cette option doit même rester un critère de choix.

Au delà de cette considération financière, importante, il convient également de prendre en compte la dimension environnementale du projet.

Démolir pour démolir, c’est irresponsable et environnementalement aberrant. D’autre part, comment pourrions accepter, une nouvelle fois, d’avaliser une décision qui a été annoncée dans la presse locale avant même que le CM ne se réunisse ?

réponse de L. Wauquiez qui décidément se moque du monde : ne vous inquiétez pas, nous serons vigilants pour répercuter ce coût de démolition dans le coût de vente des terrains. 

Notre avis : un promoteur en vue a obtenu de la mairie qu’elle prenne en charge la démolition. à noter que la chapelle du pension sera donc bel et bien détruite pour en faire…. un parking ! et oui, il faut bien dégager l’ombre sur le programme immobilier privé d’à côté, n’en déplaise à l’Architecte des Bâtiments de France, qui n’a pas été consultée.

Rapport 43 : musée Crozatier- avenant n°7 de 153 838 € (déjà +11% à 9,5M€)

vote contre

Les travaux dont il est question dans cet avenant sont en partie déjà réalisés. Pourquoi dans ces conditions demander au CM de se prononcer ?

Parmi ces travaux, la réalisation « d’auvents de protections de la façade vitrée », pour un montant de 29819 € HT pose particulièrement problème.

Ces auvents sont déjà en place.

Ils auraient pour fonction, nous dit-on, de protéger les accès du musée vis à vis du risque de chute des vitrages de la façade !!

Réalisés sur une longueur de 20 m environ, leur coût est donc de plus de 1200 € HT au mètre linéaire. Ceci paraît disproportionné pour ce type d’ouvrage, très basique et en acier galvanisé.

Mais surtout, mettre en place ces protections c’est reconnaître qu’il y aurait un risque important de pérennité de la façade et de sécurité. Reconnaître ce risque et l’accepter en mettant en place des protections, c’est faire prendre à la collectivité la responsabilité d’un éventuel accident en dégageant celle de l’entreprise qui a réalisé ces travaux dans lesquels vous n’avez aucune confiance.

Pourquoi, si ce risque existe, ne pas mettre en place ces protections sur toute la périphérie du bâtiment ?

Enfin, nous constatons une nouvelle fois que la réalisation du musée connaît une dérive financière considérable et absolument incompatible avec une bonne gestion municipale en cette période de restrictions budgétaires.

Réponse de M. Wauquiez : l’état et les paperasseries sont la cause de tous les maux !

Notre avis : nous en sommes à 11% de dépassement du budget initial, pas une paille !

Rapport 45 : Truss Jardin Henri Vinay

vote contre

Encore des travaux supplémentaires !!!!

Et pour un équipement dont le coût atteint, compte-tenu de son importance, des sommets jamais envisagés.

A l’évidence la réalisation de ce Truss est liée aux travaux du Musée. Et cette proximité nous laisse fortement craindre un phénomène de vases communicants, le trop plein des surcoûts liés aux travaux du musée se déversant sans retenue dans cette enveloppe surdimensionnée.

Par exemple, comment expliquer que le Truss nécessite la réalisation d’un nouveau transformateur électrique, alors que la puissance électrique qu’il nécessitera est très inférieure à celle dont le musée à l’évidence à besoin ?

Comment expliquer que la mise en place d’un radier de modeste surface puisse légitimer la réalisation de 100 000 € HT d’aménagement paysager ?

Réponse de L. Wauquiez :  c’est un projet formidable pour notre ville et on pourra y faire plein de trucs, comme au « Puy du Fou ».

Notre avis : improvisation en règle ! Le truss était encore inconnu en mars 2015, de 514000€ le 2 avril dernier, le budget est désormais de 620 000€ ; 100 000 € de plus en 2 moins et demi, ça promet ! 

Concernant les animations du « Roi de l’oiseau » qu’on pourrait faire pendant l’été, aucune association n’a été contactée !

Rapport 58 : compte administratif : vote contre !

Taux de réalisation 2013 : 61,2%

taux de réalisation 2014 : 48,6% : beaucoup de paroles, mais peu de réalisations concrètes. une communication à outrance, et la maison de santé en est un exemple flagrant alors qu’au final, l’exécutif n’en réalise pas la moitié !

Maîtrise des dépenses de fonctionnement ?

Toujours au détriment des usagers :

un budget à la caisse des écoles qui n’a pas été revalorisé depuis des années,

pour l’entretien des voies et des réseaux, un constat : 65 000€ de moins que ce qui était prévu dans le prévisionnel 2014 !

un flou total sur le personnel et la mutualisation : malgré nos demandes, toujours pas de clarification.

Poursuite de la hausse de l’imposition contrairement aux annonces : en 2014, les recettes issues des taxes d’habitation et foncière ont augmenté de 130 000€ à 13, 2M€ par rapport à 2013, soit une augmentation de 1% !

Dans le même temps, une baisse de 6% est inquiétante du point de vue des droits de stationnement.

Dotations :

si la dotation forfaitaire est en baisse de 218 000€, la dotation de solidarité urbaine (DSU) augmente de 12 000€ et la dotation nationale de péréquation augmente de 34 000€.

Globalement, le chapitre « dotations, subventions et participations » reste stable à 8, 566 M€.

Questions diverses

Question N°01: Groupe de travail sur la sécurité, l’efficacité et l’agrément des déplacements urbains à pieds et en vélo (Catherine Granier-Chevassus)

Monsieur le Maire Chers collègues,

Nous avons sollicité à plusieurs reprises la création d’un groupe de travail et de réflexion sur l’aménagement de la voirie de notre ville pour permettre l’amélioration constante de la sécurité et du confort des usagers de celle-ci lorsqu’ils sont à pieds ou en vélo. En effet, nous pensons que de nombreuses améliorations peuvent être rapidement et facilement mises en place pour faciliter ces déplacements. Vous nous avez affirmé au cours des précédents Conseil Municipaux que la mise en place de ce groupe de travail, dont la composition élargie pourrait être ouverte aux citoyens ponots volontaires pour y participer dans des conditions et des limites qui restent à définir, était une excellente idée et que vous vous attacheriez à la permettre dans un délai très court. Ajoutons qu’avec l’arrivée futur du « contournement », une telle réflexion a un intérêt majeur en terme de sécurité des citoyens. À Taulhac, comme sur l’avenue des Belges, nous savons d’ores et déjà que les conditions de circulation pour les piétons et les cyclistes sont à anticiper.

Qu’en est-il aujourd’hui, pouvons nous espérer, et la population ponote avec nous, que ce groupe de travail puisse débuter ses travaux prochainement et à quelle date ?

Face à l’actualité tragique, cette question est primordiale.

Réponse de M. Guieau : circulez, y’a rien à voir, on s’occupe de tout.

Question N°02: Mise en place d’une plaque commémorative Rue de la Juiverie (Didier Allibert)

Monsieur le Maire Chers collègues,

Nous avons tous étaient sollicités par M. Jean-Pierre SAAL Président de l’Union des Juifs de France et de leurs Amis, pour la mise place d’une plaque commémorative dans la Rue de la Juiverie au Puy. Cette Rue est en effet une des rares traces toponymiques, peut-être la seule, de la présence d’une importante communauté Juive au Puy en Velay au XIV ème siècle. Rappelons que la Fontaine du Choriste, située Place des Tables, est restée depuis presque 800 ans la trace mémorielle de cette part de l’histoire de la Ville du Puy. Rappelons aussi que ce monument n’a pas toujours été situé à l’emplacement qu’il occupe aujourd’hui mais qu’il était avant 1803 et une décision du Conseil Municipal de cette époque placé au bas de la Rue des Farges et à proximité immédiate de la Rue de la Juiverie. Admiré par les nombreux touristes qui fréquentent notre Ville, ces derniers ignorent sans doute que ce monument a été créé pour rendre hommage aux persécuteurs et aux bourreaux qui s’appliquèrent à persécuter les Juifs de France sous les règnes de Philippe Le Bel et de Charles VI Le Fol. Quelle réponse envisagez vous d’apporter à la requête de l’UJFA ?

Accord de Mme Portal.

Question N°03: Cantines scolaires (Laurent JOHANNY)

Monsieur le Maire Chers collègues,

La Municipalité de Chalon sur Saône vient de prendre la décision de supprimer les repas de substitution dans les cantines scolaires, habituellement et très généralement proposés aux enfants dont les parents le souhaitent compte tenu de leurs convictions religieuses et des interdits alimentaires qui s’y associent. Mercredi 18 mars dernier, au micro de la matinale de RTL, vous avez soutenu ce maire et ainsi déclaré : « on s’adapte à la République, ce n’est pas la République qui s’adapte. On a la possibilité d’aller dans une école confessionnelle.. ».

Dans ces propos, devons nous entendre, Monsieur le maire, que vous considérez que « manger du porc » constitue nécessairement, une marque d’appartenance à la nation française ?

Le Puy-en-Velay étant en France, avez-vous l’intention de supprimer les repas de substitution dans les cantines scolaires de la commune de notre ville ?

Réponse : M. Le maire refuse de réondre et demande à M. Chapuis de lire la réponse : tout va bien, les repas de substitution ont tout leur sens. On en déduit que Le Puy n’est pas en France pour M. Wauquiez .

Question N°04: Eglise du Val-Vert, Patrimoine du XXème Siècle (Didier Allibert)

Monsieur le Maire Chers collègues,

Le Ministère de la Culture a créé en 1999 le Label Patrimoine du XXème siècle. Ce label ne se substitue pas aux procédures d’inscription ou de classement des monuments historiques, il s’y ajoute. A ce jour, la Région Auvergne ne possède que deux bâtiments labellisés et aucun ne se situe en Haute-Loire. La Ville du Puy à la chance de posséder sur son territoire communale un édifice réalisé par Jacques Prioleau en 1962 et inscrit en 2002. Jacques Prioleau est l’auteur de nombreuses églises en France, il travaillait fréquemment avec Philippe Kaeppelin. Il a par exemple était l’architecte de la reconstruction de l’église de La Chapelle en Juger, en Basse Normandie, détruite en partie par les bombardements de l’opération Cobra en 1944. Cette église a reçu le label Patrimoine du XXème siècle. Nous vous encourageons, Monsieur Le Maire, vous et votre Municipalité, a entreprendre une démarche vis à vis de la DRAC pour que l’église du Val Vert obtienne le label Patrimoine du XXème siècle. Démarche qui pourrait être conduite de concert avec la commission diocésaine d’art sacré, le diocèse du Puy est en effet propriétaire de cet édifice. La CDAS, que nous avons contactée à ce sujet, y semble très favorable.

Réponse : très bien M. Allibert mais tout dépend de la CDAS…

Question N°05 : bennes à déchets verts (Françoise Gauthier-Willems)

Monsieur le maire,

lors du conseil municipal du mois de décembre dernier, les élus minoritaires que nous sommes, sont intervenus pour souligner l’injustice de votre décision qui consistait alors à la suppression des bennes à déchets verts pour les quartiers du Val-Vert, de Guitard, d’Ours et Mons. Aucun élu parmi votre majorité n’avait alors dénié abonder dans notre sens, se cachant derrière des arguments financiers qui n’en étaient pas.

Or, étrangement, durant la campagne des élections départementales, voici qu’un de vos adjoints s’est empressé d’annoncer votre marche arrière dans ce dossier, courrier de votre main à l’appui.

Alors que vous souligniez des incivilités sans solution en décembre dernier, nous vous demandons de bien vouloir d’expliquer votre recul sur ce dossier, ainsi que les solutions que vous avez trouvées pour lutter contres les incivilités.

ajout de la situation du Val-Vert !!! pas de bennes car les habitants n’ont pas fait de pétition !

 

Refus de répondre à la question sur la différenciation dans les quartiers.

Question N°06: Conseils municipaux (Didier Allibert)

 

Monsieur le Maire,

Chers collègues,

Depuis les dernières élections municipales en Mars 2014 et l’installation de l’actuelle Municipalité qui les remporta à une écrasante et triomphale majorité, vous avez convoqué cinq fois en assemblée le Conseil Municipal.

Celui du 23 Juin 2015 est le sixième et le premier de la deuxième année du mandat.

Cinq conseils municipaux sur une année, c’est très peu.

Toutes les personnes présentes autour de cette table, vous aussi M. Le Maire, connaissent le rythme effréné des rapports qui se succèdent pour boucler l’ordre du jour.

Vous l’avez affirmé vous-même, le CM est une « modalité technique », une chambre d’enregistrement .

Nous sommes d’ailleurs attentifs à lever la main au bon moment pour voter en cadence.

Dans cette mise en scène très ordonnée, les gesticulations et les remarques inutiles de vos conseillers municipaux d’opposition apportent juste ce qu’il faut d’animation pour empêcher que l’ennui ne devienne trop pesant.

Vous savez, avec quel talent, les contenir dans les limites étroites de leur statut d’ultra-minoritaires pour empêcher que le débat, l’échange et la réflexion qu’ils sollicitent naïvement ne viennent inutilement prolonger la séance.

Nous pensons, Monsieur Le Maire, Chers collègues, que les citoyennes et citoyens de cette ville, même celles et ceux qui ont votés pour vous, demandent cependant que la vie municipale ponote soit librement discutée et commentée.

En conséquence, nous vous demandons que, sur une année, six Conseils Municipaux au moins puissent avoir lieu avec un ordre du jour raisonnable.

 Réponse : la loi n’impose que 4 conseils municipaux par an, 5, c’est déjà beaucoup. tout va bien !

CM #lepuyenvelay « modalité technique », « pesanteur » pr #wauquiez + après glaçon 208000€, truss 40m² à 514000€ HT !

« Circuler, y’a rien à voir »

Considérant que le conseil municipal n’est qu’une « modalité technique » (voir interview dans zoomdici), voici que sur 3 rapports (permis, truss, festival), M. le maire demande au conseil municipal de voter sur des rapports déjà actés et présentés d’ailleurs à la presse. Agressif comme jamais, il a refusé nos questions diverses prétextant un retard dans notre envoi, alors que, dans le même temps, il a avancé d’un jour le conseil municipal.

Après le glaçon à 208 000€, voici donc le truss à 514 000€ du jardin Henri Vinay pour une scène de 40 m². En effet, dans les 160 m² , 120 sont déjà en notre possession (centre Pierre cardinal).

M. le maire a eu beau jeu de dénoncer les baisses des dotations de l’état à hauteur de 500 000€ sachant que c’est la somme investie, en urgence, pour le truss.

À grand coup médiatique, M. Wauquiez annonce une baisse de l’imposition en 2015 : c’est faux. En effet, si les taux d’imposition baisse de 0,29 point, il y aura une hausse de l’imposition. La preuve : le budget primitif 2015 mentionne une augmentation de 330 000€ de la taxe d’habitation et foncière.

En l’absence de 5 conseillers municipaux de la majorité, et non des moindres, M. le maire s’est livré à un exercice d’auto-satisfaction dont il a le secret en s’appropriant la paternité (non-exhaustif !) : le pôle multimodal, le contournement du Puy, le CFA, la fibre optique au Puy,….

Rapport N° 7 : P.L.U. Modification simplifiée n°1  (Didier Allibert), vote contre

Alors que cet espace était utilisé à la fois par les lycéens de Charles et Adrien Dupuy et par les riverains, la majorité a décidé de ne plus entretenir les terrains de sport de Roche-Arnaud depuis 2008. Ceux-ci se sont détériorés à tel point qu’ils ne respectent plus aujourd’hui les critères de sécurité. À la lecture de ce rapport, nous comprenons la finalité de cet abandon. Nous contestons la démarche.

Afin de supprimer la bande de constructibilité des 25m, la proposition de la création d’un sous-secteur Ubr sur les terrains de Roche Arnaud nous paraît incohérente avec les exigences urbanistiques actuelles. Un précédent rapport mentionnait la volonté de voir la construction d’une zone pavillonnaire ce qui n ‘est pas cohérent avec le P.L.U.

Nous nous opposons à la démarche et votons contre ce rapport.

Rapport n° 14 : festival « les nuits de saint-Jacques » (Laurent Johanny) abstention.

Un tel événement, en début de saison estivale, aura, sans nul doute, un impact positif sur l’activité économique de la ville. Pour autant, alors que l’opération a été lancée le printemps dernier, voici un rapport qui porte sur la participation financière de la ville à hauteur de 42642,50€ TTC sans précision sur la prise en charge du personnel pendant le festival.

Nous ne voyons pas l’intérêt de présenter ce rapport en conseil municipal puisque tous les engagements ont été pris en amont. S’il fallait un témoignage du manque de considération que la majorité a pour notre assemblée, en voici un très bon.

Rapport N° 15 : subventions aux associations et autres personnes de droit privé (Françoise Gauthier-Willems), vote contre 

1. Sans aucune justification, la majorité décide de diminuer de 28,5% (2000€) la subvention pour la ligue de l’enseignement. Si nous entendons la nécessité pour cette structure de solliciter d’autres communes (notons que Chadrac apporte déjà une aide), nous notons que c’est la seule à subir, dans ce rapport, une baisse de dotation.

2. Alors que les « scouts et guides de France » comptabilisent deux fois plus de Ponots que les « éclaireurs et éclaireuses de France », ces derniers ne percevraient que le quart de la subvention allouée aux premiers. À l’arithmétique s’ajoute l’argument de la tolérance, valeur tellement fondamentale à nos yeux, que cette association tente d’inculquer aux jeunes.

3. En lien avec les actions d’animation et de prévention à destination des jeunes travailleurs, le foyer vellave sollicite une subvention de 800€. Ces actions constituent évidemment une mission fondamentale. Pour autant, nous sommes interpellés.

Comment objectivement interpréter la nécessité pour le foyer vellave d’une subvention annuelle de 800€ pour cet acteur incontournable du logement sur le bassin qui ne doit pas attendre une si modeste somme au regard de son budget. Somme pourtant tellement précieuse pour des associations.

Nous demandons expressément à la majorité de :

-revaloriser la subvention des « éclaireurs et éclaireuses de France » à hauteur de 400€ ;

-supprimer celle de 800€ pour le foyer vellave ;

-reconsidérer la subvention de la ligue de l’enseignement ;

sans quoi nous voterons contre ce apport.

Concernant la baisse de 2000€ de la subvention de fonctionnement de la ligue de l’enseignement, M. le maire considère que c’est la fin des questions et qu’il n’y a pas à répondre sur ce sujet.

Rapport n°18 : dispositif « profession sport » , vote pour.

Pour un dispositif particulièrement apprécié et utile au monde associatif, l’aide de 1,70€ de l’heure n’a pas été revalorisée depuis bien longtemps. Ne serait-il pas temps de le faire ?

Rapport n° 21 : opération « un été, un permis », ABSTENTION

Sur la forme, il est bien dommage de transformer un dispositif vertueux en une opération médiatique. Par quelle urgence étiez-vous guider Monsieur le maire, pour présenter le dispositif avant qu’il ne soit approuvé ?

Si ce rapport nous est présenté ce soir, c’est certainement qu’un conseil municipal normalement constitué doit pouvoir discuter, débattre, parfois même s’opposer à des projets, sinon à quoi bon ? À quoi bon se réunir pendant 2 ou 3H s’il suffit d’annoncer les décisions du maire dans la presse avant même qu’elles ne soient validées. L’agenda chargé qui est le vôtre M. le Maire, ne doit pas vous faire oublier l’exigence démocratique qui fait de ce conseil un élément, certes bien trop archaïque pour vous certainement, mais pour le moins essentiel aux échanges, aux débats, dans le soucis de respecter les citoyens.

Les articles de presse bien malvenus du vendredi 27 mars s’apparentent plus à une communication empressée qui laissent croire d’ailleurs qu’il s’agirait là d’un travail « bénévole ». Il n’en est rien et heureusement puisqu’il s’agit d’un engagement citoyen en échange d’une aide au permis de conduire.

Sur le fond, nous approuvons à première vue ce dispositif. Pour autant, nous serons vigilants quant à l’étude des dossiers pour choisir les bénéficiaires tant il sera difficile de départager les plus valeureux.

Rapport n°32 : truss au jardin Henri Vinay, vote contre

Comme l’indique le rapport, cette scène doit pouvoir appuyer l’offre culturelle du musée Crozatier. Il eût été intéressant d’anticiper la mise en place de cette scène en l‘intégrant totalement dans le projet initial du musée. Cela aurait dégagé des financements extérieurs qui n’existent pas aujourd’hui (musée subventionné à plus de 60%), cela aurait permis d’envisager notamment l’aménagement de locaux (loges, locaux techniques) essentiels pour accueillir dans de bonnes conditions les événements visés.

D’autre part, nous nous interrogeons sur les marchés conclus pour cet aménagement, puisque rien est précisé dans ce rapport. Sachant que nous sommes le 1er avril, il paraît difficilement envisageable que tout soit prêt pour début juillet, si les délais légaux sont respectés… à moins que les procédures et travaux aient été commencés avant le vote de ce soir, une nouvelle fois en dénigrant le conseil municipal. Si tel était le cas, ce serait une lourde faute que nous ne pourrions cautionner.

Rapport n° 37 : taux d’imposition en baisse, vote pour.

Nous précisons que voter une baisse des taux communaux d’imposition ne signifie pas une baisse de l’impôt pour les citoyens. Ainsi, en 2014, alors que le taux a été baissé de 0,3 point par rapport à 2013, le montant total des taxes foncières et d’habitation est en augmentation de 330 000€ Considérant que la population municipale stagnait alors, l’imposition réelle des Ponots avaient bel et bien augmenté.

En proposant une diminution de 0,29 point en 2015, vous nous proposez donc de minorer la hausse de l’imposition, mais ce sera tout de même une hausse sur la feuille d’impôt.

Rapport n° 38 : budget primitif 2015, vote contre (Laurent Johanny)

Attention erreur dans le document de présentation distribué : dotations d’état 2014 4 940 685€ et seulement 4880000€ dans le vrai tableau.

Mes chers collègues,

le document présentant le budget primitif 2015 comporte un joli tableau qui illustre la baisse de la dotation globale de fonctionnement (DGF) et les projections à l’avenir. Nous nous sommes déjà exprimés pour exposer notre désaccord avec cette baisse drastique des dotations aux collectivités dans un contexte économique difficile qui appellerait pourtant à un renforcement des investissements publics.

Pour autant, lorsqu’on vise une présentation honnête d’un budget, il nous semble important d’avoir un éclairage sur tous les points. Il nous apparaît étrange et déplacé de ne pas faire apparaître de la même manière les dotations de solidarité urbaine (DSU) et de péréquation qui augmentent respectivement de 33 000€ et 93 000€ en 2015 pour atteindre au total : 1 126 000€.

Ainsi, en 2015, la totalité des dotations d’état ne sera pas en baisse de 10,7% comme le document le laisse entendre mais de 6,8% : c’est déjà trop, mais rien, si ce n’est une vision politicienne, ne justifie d’agiter ainsi des chiffres partiels et partiaux.

année

2007

2011

2012

2013

2014

2015

DGF

5200000

5200000

5158498

4880000

4412000

DSU

850000

800000

811502

850000

883000

Péréquation

50050

50000

140000

150000

243000

Dotation d’état totale

variation/n-1

6662000

6100050

-8,4%

6050000

-0,8%

6110000

+1,0%

5880000

-3,8%

5538000

-6,8%

Je tiens d’ailleurs à votre disposition un tableau récapitulatif de l’évolution de ces dotations depuis 2007.

On y apprend que :

-de 2007 à 2012, notre ville a perdu 9,2% de sa dotation d’état,

-de 2012 à 2015, nous en sommes à – 8,5%, de quoi relativiser vos chiffres !

Concernant la dette, il est fait mention d’un emprunt de 3M€ au cours du premier semestre, la dette de la ville s’établit donc à plus de 21 M€ : il est donc faux d’assurer que la ville se désendette.

Ces données prennent place dans une gestion où souvent l’apparat prend le pas sur les besoins urgents, c’est ainsi que vous prévoyez la réfection des menuiseries de l’école Michelet au cours de l’année alors que des manquements graves sont apparus il y a de cela plus d’un an.

Concernant la mise en application de la réforme des rythmes scolaires tant décriée, nous vous demandons un bilan financier détaillé.

Toutes ces raisons nous conduisent à voter contre ce budget primitif.

à partager:dette, impôts #lepuyenvelay #wauquiez (source finances publiques) mensonges répétés ne feront jamais des vérités

evolution dette ville

Oui, la dette de la ville a fondu de 2001 à 2008 pendant le mandat municipal de la gauche. Depuis 2011, la dette de la ville réaugmente, c’est un fait avéré.

evolution impôts locaux

Oui, les impôts de la ville continuent d’augmenter, en témoigne l’évolution des produits de la fiscalité. Ce n’est pas parce qu’un taux d’imposition stagne ou baisse légèrement que l’impôt payé par le citoyen diminue.

 

La récupération politique a ses limites M. #Wauquiez « Cher carton, cher apéro » #lepuyenvelay #stelecommémorative

steleSamedi 14 février 11H45 : carton d’invitation distribué à tous les conseillers municipaux du Puy-en-Velay. TOUS ? pas tout à fait…. les 4 conseillers municipaux minoritaires ont été « oubliés ». Pour s’en assurer, il suffisait de vérifier les boîtes aux lettres mises à disposition de chaque conseiller en mairie.

Décidément, le ni-ni…

L’inauguration d’une stèle commémorative de la libération du Puy du 19 août 1944 mérite bien mieux que la posture politicienne dans laquelle notre bon maire M. Wauquiez excelle malheureusement. Un événement majeur qui devrait susciter le rassemblement républicain, semble ne pas émouvoir plus que cela le secrétaire général de l’UMP qui s’entête dans le ni-ni. (ni républicain, ni de gauche !). Comme le 19 août dernier d’ailleurs où M. le Maire s’était fait remarquer pour son absence.

Un petit cour de chant et hop à l’apéro

Passée l’inauguration et l’entonnement de la marseillaise (« vous savez chanter j’espère ? » de M. Wauquiez), les participants sont invités à participer à un apéritif aux côtés des anciens combattants. Et là, la mise en scène est grossière : sur les marches du bâtiment de la communauté d’agglomération s’installent les « grands élus » : parmi eux, « tiens c’est bizarre », que des personnalités de droite triées sur le volet et surtout… en campagne pour les élections départementales ! Voilà donc M. Boléa, Mme Mosnier, M. Robert, M. Vigouroux qui prennent place pour avoir droit à une belle photo.

Les remises de la médaille d’or du conseil général à M. Gimbert (cérémonie non-annoncée sur le carton) ainsi que la médaille de la ville du Puy méritaient un moment solennel…. et certainement pas partisan. 3 conseillers généraux sortants du Puy-en-Velay sont présents mais il en manque 2 : « tiens comme c’est bizarre », il s’agit des 2 conseillers de gauche (MM. Convert et Ferret).

Tout ce beau monde a droit à sa photo, M. Boyer (ex-sénateur) en repasse une couche sur son soutien à son ami Laurent Wauquiez (les régionales ne sont jamais bien loin).

Faut-il ajouter que l’apéritif était offert par la municipalité du Puy-en-Velay ? une évidence.

Faut-il ajouter que nous avons bien sentis (puisque nous y étions évidemment !) que nous n’étions pas les bienvenus  ?

La suite au prochain épisode ? Peut-être que d’ici-là les autorités d’état auront sévi ? Peut-être que, d’ici-là, la résistance ?

On peut toujours rêver.