Conseil municipal Le Puy-en-Velay 2 juin 2014 : Expression des conseillers municipaux minoritaires du Puy-en-Velay

 

Fidèles à nos engagements, nos interventions au cours du conseil municipal du 2 juin 2014 sont guidées par le soucis de relayer la parole et les inquiétudes des Ponots. Dans un esprit constructif, nous sommes intervenus dans six dossiers en plus du compte administratif 2013. Pour chacun d’entre eux, nous exprimons notre désaccord vis-à-vis d’une politique où l’urgence semble être la méthode de gestion.

La majorité refuse une place au sein de la commission locale d’évaluation de transfert de charges de la communauté d’agglomération

Alors qu’elle constitue un outil de contrôle des transferts extrêmement important pour suivre le fonctionnement de la municipalité vis-à-vis de l’agglomération, cette commission est fermée à l’opposition ! La majorité ne respecte aucunement (comme dans d’autres commissions ou représentations d’ailleurs), la représentativité des listes.

S’il fallait une preuve de l’opacité dans laquelle se font les transferts, en voilà une ! La main tendue : un slogan vide de sens.

Ecole Michelet : remplacement des menuiseries

Depuis des mois, l’état des locaux de l’école Michelet est dénoncé par ses différents acteurs (parents d’élèves, enseignants). Du fait de l’inaction, les conditions d’accueil et de sécurité se sont dégradées d’année en année pour devenir aujourd’hui inacceptables. Suite à un incident (chute d’une vitre) survenue en mars dernier, qui aurait pu être gravissime, nous avions interpellé la majorité lors du dernier conseil municipal. On nous répliquait alors qu’un tel événement aurait pu subvenir chez n’importe qui, qu’un (simple) courant d’air en était la cause. La seule intervention alors envisagée n’était qu’un simple « remasticage » des fenêtres censé résoudre le problème.

Deux mois plus tard, les choses semblent avoir changé puisque le remplacement des menuiseries de cette école est aujourd’hui envisagé. Nous nous en félicitons, mais malheureusement, une fois de plus, seule l’urgence guide cet investissement.

Faut-il être confronté à des problèmes sérieux de sécurité pour programmer une réfection ?

Ce bâtiment, et la communauté scolaire qu’il accueille, méritent une réflexion globale quant à son devenir. Entreprendre des travaux au coup par coup coûte cher au final. C’est d’une réhabilitation totale dont ce bâtiment a besoin.

Les 4 élus minoritaires votent pour la réhabilitation des menuiseries de l’école Michelet.

Adaptation des horaires des crèches

Suite à une étude sur les besoins en créche, la majorité souhaite regrouper les enfants accueillis à 7H30 et ceux récupérés seulement à 18H30 à « La Petite poule rousse ». 15 places étant disponibles, Laurent Johanny demande à ce que cette nouvelle organisation soit revue chaque année afin de répondre à toute nouvelle demande d’accueil pendant des horaires « atypiques ». M. le Maire est d’accord : il s’engage à l’intégration d’une clause annuelle de revoyure.

Résolution sur les écoles primaires

La majorité soumet au vote du conseil municipal une résolution visant à dénoncer la suppression de 2 classes (Taulhac et Jeanne d’Arc) à la rentrée prochaine. Les élus de gauche que nous sommes voteront évidemment pour ce texte avec conviction.

Pour autant, nous tenons à souligner la contradiction entre les propos de M. Le Maire à l’assemblée nationale et au Puy-en-Velay. Responsable de la suppression de plus de 80000 postes dans l’éducation nationale de 2007 à 2012, il semblait alors bien étranger aux conséquences sur le terrain pour les élèves partout en France. On ne peut innocemment appeler à la baisse du nombre de fonctionnaires sans en assumer les conséquences dans la vie quotidienne, notamment auprès de nos enfants.

Les 4 élus minoritaires votent pour la résolution.

 

Remarques sur le compte administratif 2013

 

Impôts et taxes 2012 2013
Total en k€ 17189 17558
Évolution

+ 2.10%

 

Contrairement aux annonces, nous constatons une augmentation de l’imposition des Ponots en 2013. Comme nous l’avions déjà indiqué, la stagnation du taux d’imposition ne permet pas une baisse de l’impôt en euros pour les Ponots, simplement parce que les bases d’imposition augmentent automatiquement chaque année. Si la majorité souhaitait réellement baisser l’imposition, il lui faudrait exercer une baisse bien plus significative que celle de 0,3%.

 

dette 2001 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Total en millions d’€ 33,8 26,1 24,7 23,7 21,6 21,4 21,5 23,5
évolution

+ 2 millions d’€ de dette sur un an (2012-2013)

 

Alors que M. le maire se targue d’avoir redressé une ville exsangue à son arrivée, la dette de la ville repart, depuis 2012 à la hausse. Celle-ci augmente de plus de 9% sur un an, atteignant ainsi le niveau de 2009. Cette évolution nous inquiète, nous craignons que les efforts des Ponots de ces dernières années soient mis à mal.

Les investissements publics sont pour autant nécessaires et nous serons vigilants (sur le dossier du pôle multimodal notamment) à ce que l’argent des Ponots soit injecté dans des projets d’avenir, utiles à l’amélioration de la vie quotidienne et au développement harmonieux du territoire.

Les 4 élus d’opposition s’abstiennent sur le budget général de la ville 2013, compte administratif.

Vente d’une partie du domaine public au profit de M. et Mme Rolland

Didier Allibert intervient en rappelant que cet espace est le seul élargissement sur le trajet de la rue du château et qu’il est très utilisé pour le stationnement à proximité de l’ancienne école. Sans être vraiment une palce publique au sens strict, il est un lieu de rencontre et son rôle dans le réseau viaire du village est non-négligeable. Le réduire enlèvera ce rôle et empêchera le stationnement comme la possibilité à cet endroit de manœuvrer pour faire demi-tour.

L’ancienne école ne dispose pas de places de stationnement dimensionnées pour être accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Enfin, la privatisation de cet espace rendra impossible l’accès au coffret de coupure de gaz et au coffret électrique. Les réseaux devront être modifiés, sur le domaine public et dans l’emprise privée. Ces travaux auront un coût supérieur à la somme obtenue par la vente. Il paraît préférable d’aménager cette petite place en traçant les places de stationnement pour le rendre moins anarchique. Ceci permettrait également de réserver une place accessible aux personnes à mobilité réduite. Afin de garantir un accès permanent et confortable aux accès privé du bâtiment appartenant à M. Rolland, un trottoir d’un mètre de largeur pourrait également être aménagé dans la continuité de celui qui existe déjà.

De plus, des clichés prouvent que M. Rolland s’est approprié cet espace (objets pour bloquer le stationnement, bacs à fleurs et portail qui empiètent sur le domaine public).

Les 4 élus minoritaires votent contre la vente de la parcelle, la majorité l’approuve sans sourciller.

Au fil des dossiers :

Stade Massot

Après une question de Mme Gauthier-Willems relative aux aménagements du stade Massot (faits dans l’urgence pour l’homologation du terrain), M. le Maire commence à rétorqué fièrement que « les travaux ont déjà été faits », que « tout est en ordre ». Puis, après avoir avoir entendu les conseils du directeur général des services derrière lui, se reprend pour dire qu’évidemment les travaux auront lieu courant juin. La méconnaissance du dossier est totale.

Aménagement des rythmes scolaires

Laurent Johanny : « Début juin 2014, ni les parents d’élèves, ni les enfants, ni les enseignants des écoles publiques du Puy-en-Velay ne savent clairement leur organisation à la rentrée prochaine. Nous demandons à la majorité un état des lieux à ce sujet. Après avoir validé les horaires d’ouverture des écoles au printemps dernier, M. le Maire a profité du décret du nouveau ministre pour revoir sa copie alors que rien ne l’y oblige ! Pire : il semblerait que cet argument ait été utilisé pour convaincre des parents et des enseignants de voter une modification. Les conseils d’école étant juges en ce domaine, nous nous inquiétons de voir le retard pris pour mettre en œuvre une réforme pourtant salutaire d’un point de vue scolaire. Nous rappelons que les activités périscolaires constituent une chance pour nos enfants et auraient pu donner lieu à un travail de concertation, attendu par de nombreuses associations. Nous espérons que les réticences politiciennes de M. le maire laisseront place désormais à plus de sérénité pour que la communauté scolaire relève les défis qui se présentent à une école en pleine reconstruction. »

En réponse, Mme Chalaye parle d’une concertation large avec les parents, les enseignants en espérant pouvoir mettre en place des activités de qualité. Elle oublie de dire que le projet en cours vient d’être retoqué par 2 conseils d’école (Les Fraisses et Michelet) ! Elle ne reprend pas non plus le projet présenté à la presse (juste avant le conseil municipal) mentionnant 1h (!) hebdomadaire d’activité le vendredi après-midi, le reste étant consacré aux études.

Le pôle multimodal

Laurent Johanny : une consultation publique vient de se terminer, elle a soulevé chez nous des inquiétudes quant à l’articulation avec les réseaux urbains (Tudip, ter,…) ainsi qu’avec les modes de transports doux (marche, vélo).

M. Guieau répond qu’une refonte de la desserte des TUDIP est sur la table. Les TER auront la possibilité de s’arrêter en centre-ville. Pour les voies cyclables, il ne parle que de la voie verte.

Laurent JOHANNY

Françoise GAUTHIER-WILLEMS

Didier ALLIBERT

Catherine GRANIER-CHEVASSUS

 

Tribune de l’opposition municipale dans « Le Mag » de décembre

Enfin !
Nous nous réjouissons de la mise en service de la passerelle, première étape du pôle multimodal, projet finalisé par notre majorité dès 2007 (financement et projet). Nous regrettons que les Ponots n’aient pu en bénéficier plus tôt. 
Alors que la cérémonie matinale et « officielle » ne réunissait que les financeurs (Communauté d’agglomération, Europe, Région, RFF, SNCF) et les journalistes, René Souchon regrettait de ne pas pouvoir rencontrer la population. Il aurait souhaité rappeler l’engagement du Conseil Régional dans ce pôle multimodal, mais aussi l’investissement massif de la Région Auvergne pour les lignes Le Puy-Saint Etienne et Le Puy-Clermont bien que cela ne fasse pas partie de ses compétences.
Alors que notre commune ne dépense pas un euro dans ce projet, M. Le Maire a sournoisement organisé une deuxième inauguration le soir-même à 17H, en l’absence des financeurs, tirant ainsi la couverture à lui, afin dit-il, d’expliquer « plus simplement » aux habitants (chacun appréciera).
Une priorité : nos enfants !
Face au constat inquiétant pour nos enfants à l’entrée au collège (20% souffrent de difficultés en français et/ou en mathématiques), donner 1 matinée de cours en plus à nos enfants est une nécessité tout en allégeant la durée journalière d’apprentissage. Les mensonges répétés sur le mode de financement de la réforme des rythmes scolaires sont inadmissibles. Oui, elle perturbe les habitudes. Oui, elle nécessite une concertation entre tous les acteurs pour éviter les écueils, notamment en maternelle. Mais, oui, elle impose des choix budgétaires.
Nos enfants ne valent-ils pas mieux que les trottoirs et les places largement bitumés ces derniers temps ?
La question, aussi saugrenue soit-elle, se pose bel et bien : 1m² de bitume coûte aux alentours de 150€ soit le coût annuel par enfant de la réforme des rythmes scolaires. Avec les aides gouvernementales (50€ / enfant) et celles de la CAF, le financement ne constitue en rien un frein à sa mise en œuvre : seule la volonté manque. Quant aux inégalités territoriales que M. le Maire souligne, nous lui répondons qu’il devrait plutôt s’émouvoir des centaines d’enfants ponots qui passent leur journée du mercredi devant la télé ou l’ordinateur parce que leurs parents ne peuvent payer des activités périscolaires hors de prix. Vous n’assumez pas ? Nous, nous assumerons !
Ces 2 dossiers sont révélateurs d’une dérive personnelle du pouvoir au détriment du vivre-ensemble au Puy-en-Velay. Tout en souhaitant de bonnes fêtes de fin d’année aux Ponots, nous leur donnons rendez-vous pour construire l’avenir : ENSEMBLE !