Tribune de l’opposition municipale dans « Le Mag » de décembre

Enfin !
Nous nous réjouissons de la mise en service de la passerelle, première étape du pôle multimodal, projet finalisé par notre majorité dès 2007 (financement et projet). Nous regrettons que les Ponots n’aient pu en bénéficier plus tôt. 
Alors que la cérémonie matinale et « officielle » ne réunissait que les financeurs (Communauté d’agglomération, Europe, Région, RFF, SNCF) et les journalistes, René Souchon regrettait de ne pas pouvoir rencontrer la population. Il aurait souhaité rappeler l’engagement du Conseil Régional dans ce pôle multimodal, mais aussi l’investissement massif de la Région Auvergne pour les lignes Le Puy-Saint Etienne et Le Puy-Clermont bien que cela ne fasse pas partie de ses compétences.
Alors que notre commune ne dépense pas un euro dans ce projet, M. Le Maire a sournoisement organisé une deuxième inauguration le soir-même à 17H, en l’absence des financeurs, tirant ainsi la couverture à lui, afin dit-il, d’expliquer « plus simplement » aux habitants (chacun appréciera).
Une priorité : nos enfants !
Face au constat inquiétant pour nos enfants à l’entrée au collège (20% souffrent de difficultés en français et/ou en mathématiques), donner 1 matinée de cours en plus à nos enfants est une nécessité tout en allégeant la durée journalière d’apprentissage. Les mensonges répétés sur le mode de financement de la réforme des rythmes scolaires sont inadmissibles. Oui, elle perturbe les habitudes. Oui, elle nécessite une concertation entre tous les acteurs pour éviter les écueils, notamment en maternelle. Mais, oui, elle impose des choix budgétaires.
Nos enfants ne valent-ils pas mieux que les trottoirs et les places largement bitumés ces derniers temps ?
La question, aussi saugrenue soit-elle, se pose bel et bien : 1m² de bitume coûte aux alentours de 150€ soit le coût annuel par enfant de la réforme des rythmes scolaires. Avec les aides gouvernementales (50€ / enfant) et celles de la CAF, le financement ne constitue en rien un frein à sa mise en œuvre : seule la volonté manque. Quant aux inégalités territoriales que M. le Maire souligne, nous lui répondons qu’il devrait plutôt s’émouvoir des centaines d’enfants ponots qui passent leur journée du mercredi devant la télé ou l’ordinateur parce que leurs parents ne peuvent payer des activités périscolaires hors de prix. Vous n’assumez pas ? Nous, nous assumerons !
Ces 2 dossiers sont révélateurs d’une dérive personnelle du pouvoir au détriment du vivre-ensemble au Puy-en-Velay. Tout en souhaitant de bonnes fêtes de fin d’année aux Ponots, nous leur donnons rendez-vous pour construire l’avenir : ENSEMBLE !
Publicités