Des assistés ? Mais lesquels ?

A vouloir surfer sur le « ras-le-bol » fiscal, certains (beaucoup) font des raccourcis en confondant impôts et cotisations, et oublient ce qu’est la sécurité sociale : un bien commun, une assurance collective, que cotiser est une chance, que c’est grâce à elle que, comme leurs parents, ils sont nés, ont grandi, se sont soignés, sont allés à l’école, ont pu apprendre un métier, ont pu prendre quelques jours de « maladie » (sans en abuser c’est sûr), ont pu survivre grâce aux indemnités chômage le temps de retrouver un job, …. Construite sur une France en ruine au lendemain de la 2eme guerre, la sécurité sociale française est unique: on se doit de la défendre bec et ongles, et combattre tous les jours les préjugés, les graphiques et autres tableaux facilement transmis via facebook.

Des fraudes ? L’an dernier sur 150 millions € de fraudes pour l’assurance maladie, seuls 15 (c’est toujours trop) sont imputables aux assurés, tout le reste aux professionnels de santé (!) . Pour l’assurance chômage, 0,1% de fraude en rapport aux 33 milliards de cotisations versées à l’UNEDIC et on pourrait continuer ainsi… Mais évidemment, il est toujours plus simple de tirer à boulet rouge sur le voisin, le cousin, le rom, le bon à rien, le fainéant,… qui « profite » de la société parce que lui, a un visage bien connu, qu’on peut lui taper dessus sans problème, personne ne va le défendre.

Mais qui osera taper sur les fraudeurs fiscaux ? 80 Milliards, c’est l’argent colossal perdu par l’Etat français (c’est à dire vous et moi) du fait de la fraude fiscale : travail dissimulé, comptes à l’étranger, fraude à la TVA,… Le combat à mener en la matière est immense : le gouvernement soit s’en saisir. Il ne peut demander à chacun de gros efforts et laisser s’engraisser ainsi les assistés, les vrais, ceux aux 80 milliards !