conseil municipal #lepuyenvelay : que la démocratie semble encombrante pour M. le Maire…. #hauteloire #AURA

Une nouvelle fois, ce conseil municipal sera l’occasion de découvrir la conception particulière de la démocratie de la part de M. le Maire. Toute intervention de notre part est per_ue comme une opposition systématique. Pour lui, le débat n’est pas utile, il suffit de se taire, comme la quasi-totalité de sa majorité, et attendre que le conseil municipal se déroule. Rappelons qu’en amont de ce conseil ni la commission éducation, ni la commission affaires sociales ne se sont réunies.

Rapport N° 2 décisions du maire

N° 890

Laurent JOHANNY : Ce marché fait notamment référence à un équipement que vous avez inauguré à grand frais il y a quelques semaines.Ce passage piéton révolutionnaire simulait la 3 D. Quelques semaines plus tard, ce passage n’a plus aucune dimension. Pouvez-vous nous préciser les négociations en cours pour régulariser la situation ?

C’est l’occasion aussi de souligner que de nombreux passages piétons (en dehors des feux tricolores) demeurent très dangereux dans la ville. Nous considérons qu’ils devraient être systématiquement réhaussés afin à la fois d’augmenter la visibilité des piétons et en même dans de ralentir les véhicules.

Réponse du maire : c’était un essai. Il reconnaît l’intérêt de la question.

Rapport N°3 : action « cœur de ville » (POUR)

Laurent JOHANNY : Ce sujet a déjà fait l’objet de publications dans la presse. Les effets d’annonce n’étant pas souvent signe d’efficacité, nous serons vigilants quant à la mise en œuvre de ce plan d’autant lorsqu’on sait que la phase de diagnostic est très courte (jusqu’au 30 septembre 2018), aussi nous vous interpellons sur plusieurs points :

-d’abord : pour nous, rien ne vaudra la concertation pour la valorisation du centre-ville. Nous considérons que c’est dans cette modalité que doit s’inscrire ce plan.

-ensuite il est difficile de ne pas faire le lien entre ce plan lancé au niveau national et les propos récents de la coordinatrice interministérielle pour le développement de la marche et l’usage du vélo

Comme elle l’a elle-même souligné : en 2006, avec le Plan de Déplacements Urbains et Communautaires, Le Puy-en-Velay était incroyablement en avance. C’était sans compter sur les oppositions conservatrices dont les vôtres. Avec son enterrement, notre ville a aujourd’hui quinze ans de retard….

Le projet « cœur de ville » doit aborder cette question. Les tergiversations ont trop duré sur ce sujet. Comme nous l’aborderons tout à l’heure sur un autre sujet, nous considérons que nous ne revaloriserons pas notre centre-ville historique en recyclant des recettes du passé.

Rapport N°7 locaux rue de Francheterre (POUR)

J’espère que toutes les associations bénéficient elles aussi d’une telle célérité. Les travaux ont déjà commencé si bien qu’il est difficile d’admettre que cette délibération nous demande de valider le principe de l’aménagement : nous n’allons tout de même pas vous demander de déconstruire….

Rapport N°10 : restitution d’une parcelle à M. HABAUZIT (CONTRE)

Didier ALLIBERT : L’emplacement de cette parcelle posera problème en cas de privatisation. La voie de circulation attenante à double circulation, requiert une enquête publique et nous demandons sa mise en application. Aucun intérêt existe pour vendre cette parcelle.

Laurent JOHANNY : De grosses interrogations sur les conditions d’accès des services d’urgence nécessitent une consultation d’une commission de sécurité issue du SDIS. À la lecture de ce rapport, je crois même que vous admettez la gêne occasionnée pour la circulation en instaurant une clause de non aedificandi.

Le Maire : déclare son incompétence d’un point de vue juridique.Mais s’il le faut, il lancera une enquête publique.

Rapport N°13 : avenant N°3 ZAC pensio (CONTRE)

Didier ALLIBERT et Laurent JOHANNY : L’avenant N°3 creuse les déficits sur la zone pour installer un parking d’environ 46 places a de lourdes conséquences financières. Celui-ci empêche la valorisation d’autres parcelles sur la ZAC. Ajoutons que la configuration de la ZAC en fait un point difficile pour la circulation. Le fait d’y ajouter des véhicules en stationnement ne fera qu’empirer le phénomène.

Notre ville est arrivée à un tel point de saturation en terme de stationnement qu’il ne saurait y avoir d’installation de nouveaux parkings sans supprimer le même nombre de places équivalents dans le centre.

Rapport N°17 ; NPNRU du Val-Vert (POUR)

Françoise GAUTHIER-WILLEMS souligne l’importance de rappeler des données : le Val-Vert rassemble 15% des logements sociaux de l’agglomération et 54% de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté. Elle dénonce la baisse drastique des moyens sur un quartier abandonné. Elle demande aussi au maire d’intervenir pour faire cesser les traversées incessantes qui rendent le quartier dangereux.

Laurent JOHANNY :

Je comprends la colère de Françoise, bien légitime. Tout en soulignant qu’évidemment je voterai ce rapport, je reviens sur mes inquiétudes :

-restriction drastique des crédits du fait de la politique gouvernementale sur le logement social

-engagement minimal de l’agglomération à 1,5M€ sur 10ans. C’est ridicule. J’ai déjà exprimé mon désaccord en commission d’agglomération et je poursuivrai.

-nécessité de maintenir sur la ville le volume global de logements sociaux.

La priorité des priorités est la restauration et la reconstruction de logements sociaux. Compte-tenu du contexte défavorable des bailleurs sociaux, je suis très inquiet sur la construction de nouveaux logements sociaux pour accueillir les familles déménagées du Val-Vert.

Je demande le retrait du terme « maximum » dans la confirmation demandée au conseil ce soir : si la ville s’engage, elle doit le faire sans condition.

Catherine GRANIER-CHEVASSUS demande des précisions sur la maison médicale prévue dans le projet. Il s’agirait plus d’un regroupement de professionnels.

Rapport N°19 : tickets de stationnement à prix préférentiel pour les commerçants (ABSTENTION)

Didier ALLIBERT : nous rappelons une de nos propositions : que les tickets de stationnement (voire même l’application en ligne) soit un vecteur de publicité (voire même d’offres de remises commerciales) pour les commerçants du centre ancien.

Laurent JOHANNY :

Assez surpris de voir que ce sujet est à l’ordre du jour de ce conseil municipal alors que l’annonce a déjà été faire à la presse à ce sujet.

Sur le fond, nous sommes assez surpris par le volume assez faible de tickets concernés.

Sur une année, cela revient à environ 10 tickets par commerçants soit autant dire presque rien.

Avec la facturation de 10 500€ maximum par an de titres de stationnement et la réfaction de 20%, vous approuvez ici une augmentation de 2100€ à l’office de commerces. Il s’agit donc bien plus d’un artifice de communication que d’une mesure d’ampleur.

Ce faible volume de tickets paraît d’ailleurs contradictoire avec votre hypothèse qui consiste à dire que la question du stationnement est l’alpha et l’omega dans la stratégie commerciale de la ville.

Le maire choisit de revenir sur notre position sur la réforme du stationnement et indique qu’il n’a toujours pas compris ce qu’on lui reproche. Il faut le lui rappeler : ils manient le bâton du point de vue des tarifs avant de mettre en place de réelles solutions alternatives ! En attendant, ce sont les citoyens qui paient.

Compte-tenu de la validation par les organisations syndicales des 3 rapports sur l’évolution des conditions salariales, nous votons pour les 3 rapports :

Rapports N°28 : régime indemnitaire

Rapports N°29 : temps de travail

Rapport N°30 : évaluation

Rapport N°41 : délégations à M. le maire (POUR)

Si nous avons bien noté les explications et l’exigence, d’après vous, de conduire cette modification, Nous serons particulièrement vigilants à ce que ce rapport n’augmente pas les pouvoirs du maire.

Questions diverses :

QUESTION N°1 : l’école publique

Chers.ères collègues,

en ce mois de juin, signe de fin d’année scolaire mais également de préparatifs pour la rentrée prochaine, la commission éducation ne s’est pas réunie en amont du conseil municipal. Pourtant, les sujets ne manquent pas. Les citoyens ponots doivent savoir que le passage de 4,5J à 4j d’école dès septembre n’a jamais été abordé. Ce sujet est pourtant majeur.

Vous présenterez la décision de revenir aux 4j comme émanant des conseils d’école, effectivement consultés à cette occasion. Je considère pourtant qu’il y a là, une décision éminemment politique. Offrir 4,5j d’école à nos enfants, c’est permettre à tous les enfants d’être accueillis tous les jours de la semaine dans des conditions d’éveil favorables à la pratique de la langue française mais aussi à la vie en collectivité, c’est leur permettre tous les jours, d’être confronté à des exercices mathématiques. 

En matière éducative, on ne peut mesurer les effets d’une réforme en si peu de temps d’application. Aucune excuse quelle soit financière ou politique ne saurait justifier un tel recul. En passant à 4 jours, tout le monde sait que de nombreux enfants au sein des familles les plus fragiles, mais pas seulement, seront laissés notamment devant des écrans. Les effets à long terme sont désastreux en terme de reproduction sociale qui gangrène notre système éducatif.

Je rappelle que certaines communes ont fait le choix de maintenir les 4,5j, choix parfois difficile à assumer face aux familles, mais ceci dans le seul intérêt de l’enfant et je considère que nous nous serions grandis, au sein de ce conseil municipal, d’avoir au moins une réflexion à ce sujet. A quoi sert donc la commission éducation si elle ne peut statuer sur un tel sujet ?

Catherine CHALAYE ne répond pas à la question sur le rôle de la commission et s’entête à expliquer qu’elle a pris en considération les votes des conseils d’école.

Question N°2 : occupation du domaine public par un promoteur immobilier

Chers.ères collègues,

Depuis quelques semaines, le parvis du théâtre est occupé par un stand commercial au sein d’un local mobile. Pouvez-vous préciser le montant de la redevance en lien avec cette occupation du domaine public par un promoteur immobilier ? et quand cessera-t-elle ?

Par ailleurs, nous considérons que ce n’est pas le lieu. Pourquoi une telle occupation a-t-elle été accordée ? Cet emplacement majeur pour le rayonnement de notre ville ne doit pas être soumis aux pressions publicitaires et commerciales. L’image de notre centre ville en dépend.

Le maire répond que la même remarque lui a été faite par d’autres promoteurs immobiliers et qu’il a décidé de transférer ce local publicitaire sur la ZAC du pensio.

Question N°3 : des toilettes pour tous 

Chers.ères collègues,

Depuis de nombreux mois des locaux provisoires mobiles font fonction de toilettes notamment à proximité du musée et du palais de justice. Ces installations précaires dénotent fortement et ternissent la splendeur de notre patrimoine. Elles soulignent aussi le manque chronique de toilettes publiques de qualité et en nombre suffisant. Des solutions techniques, même provisoires, à travers )par exemple l’installation de toilettes sèches mobiles éprouvées,  permettraient d’éviter ces écueils tout en soulignant les préoccupations environnementales. Comptez-vous remédier à cette situation ?

Pierre Robert ne répondra pas à la question sur la multiplication de toilettes ALGECO et la possibilité d’intégrer de nouvelles solutions. Il expliquera que des toilettes publiques ont été rénovées ces dernières années.

Question N°4 : La Poste de Taulhac :

Chers.ères collègues,

à l’annonce de la fermeture de La Poste de Tauhac, nous avions soulevé les conséquences pour la population. Vous nous aviez alors assuré qu’il était question de l’ouverture d’un « relais La Poste » dans un commerce du même quartier. Jusqu’ici : rien.

Le service rendu est aujourd’hui déplorable. Par exemple, les horaires d’ouverture du centre de tri ne permettent pas aux citoyens qui travaillent d’aller récupérer leur colis ou recommandés ! Ce guichet étant ouvert du lundi au vendredi de 8h-9h et de 15H-17H.

Quelle action avez-vous engagé pour aboutir à une amélioration de ce service sur Taulhac ?

Pierre Robert indique que le Proxi (au sein du Val-Vert) accueille un Relais La Poste et répond aux attentes. Il ne répondra pas sur les problèmes rencontrés par les habitants de Taulhac qui dépendent du centre de tri de Taulhac et qui ne bénéficient pas de ce service.

Question N°5 : le jardin Henri Vinay

Chers.ères collègues,

En date du 14 juin 2018, jour de dépôt de ces questions diverses, un arrêté de la ville est affiché au sein du jardin Henri Vinay. Il mentionne une autorisation d’installer une emprise de chantier afin de remplacer les clôtures du parc animalier. Cet arrêté, signé le 18 février dernier, est valable jusqu’au 30 mars 2018 inclus.

Manifestement, le chantier a plus de 2 mois de retard et cet arrêté n’est plus valable. La saison estivale débutant, ce retard est fortement dommageable et aura des conséquences sur le rayonnement de notre jardin.  Pouvez-vous préciser les raisons de ce retard ?Qui en est responsable ?

Caroline Barre indique que les grillages prévus ne répondaient pas aux attentes. Dans les semaines à venir, un nouveau grillage sera installé.

Question N°6 : stationnement gratuit pour nos infirmiers.ères.

Chers.ères collègues,

Depuis la mise en place du nouveau système de stationnement, nous sommes alertés par des infirmiers.ères à domicile dans l’obligation de naviguer au cours de la journée en ville. L’ancien système leur permettait de stationner sans payer, pour leurs seules nécessités professionnelles. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Alors que ces infirmiers.ères apportent des soins essentiels à nos concitoyens, comment peut on concevoir de ne leur accorder aucune dérogation ? Comment peut on concevoir de les faire payer pour apporter des soins vitaux au quotidien ? Comment vous est il envisageable de venir ponctionner de modestes infirmiers.ères qui ne font que leur métier ? On sait que la possibilité technique de stationnement dérogatoire existe et qu’elle est déjà mise en œuvre pour des cas bien éloignés des professionnels de santé. La seule possibilité acceptable, c’est de leur accorder cette gratuité durant leurs heures de travail : quand pensez-vous enfin la mettre en œuvre ?

Le Maire préfère insister sur la maladresse de la formulation de la question que sur le fond. Il maintient sa proposition d’un pass santé pour les professionnels de santé au tarif de 204 € par an ce que je conteste.

Question N°7 : conditions d’accueil des artistes pour la fête de la musique

Demain, jeudi 21 juin, aux côtés de formations musicales associatives et de professionnels, les artistes locaux seront au rendez-vous dans notre ville, une fois de plus, pour cette grande soirée populaire qu’est la fête de la musique. Pour le plaisir de tous, ils joueront, le plus souvent bénévolement. A travers eux se jouent à la fois les enjeux de la diversité culturelle de notre territoire comme de sa vitalité. Votre service communication sera soumis à rude épreuve pour réaliser des clichés de leurs prestations. Nombreuses seront les publications pour se féliciter d’un tel événement, sans s’attarder sur leurs conditions d’accueil, souvent proches de l’exploitation le temps d’une soirée. Pouvez-vous m’assurer que les artistes locaux programmées par la municipalité auront désormais des bouteilles d’eau sur scène et une collation sommaire ? C’est bien le minimum et ce n’est pourtant pas le cas jusqu’à maintenant.

Huguette Portal ne supporte pas la question (comme son collègue P. Bertrand) et considère qu’il s’agit là d’allégations infondées.

Publicités

conseil municipal #lepuyenvelay le 20 juin à 18H30 : nos questions diverses #école #marchépublic #fêtedelamusique #stationnement #laposte #occupationdel’espacepublic #AURA #hauteloire

Le conseil municipal du Puy-en-Velay se réunira le mercredi 20 juin à 18H30 en mairie. Il est public, comme toujours.

Je rappelle que nos questions diverses doivent être envoyées à l’écrit 5 jours auparavant au bureau du maire. Les voici :

QUESTION N°1 : l’école publique

Chers.ères collègues,

en ce mois de juin, signe de fin d’année scolaire mais également de préparatifs pour la rentrée prochaine, la commission éducation ne s’est pas réunie en amont du conseil municipal. Pourtant, les sujets ne manquent pas. Les citoyens ponots doivent savoir que le passage de 4,5J à 4j d’école dès septembre n’a jamais été abordé. Ce sujet est pourtant majeur.

Vous présenterez la décision de revenir aux 4j comme émanant des conseils d’école, effectivement consultés à cette occasion. Je considère pourtant qu’il y a là, une décision éminemment politique. Offrir 4,5j d’école à nos enfants, c’est permettre à tous les enfants d’être accueillis tous les jours de la semaine dans des conditions d’éveil favorables à la pratique de la langue française mais aussi à la vie en collectivité, c’est leur permettre tous les jours, d’être confronté à des exercices mathématiques. 

En matière éducative, on ne peut mesurer les effets d’une réforme en si peu de temps d’application. Aucune excuse quelle soit financière ou politique ne saurait justifier un tel recul. En passant à 4 jours, tout le monde sait que de nombreux enfants au sein des familles les plus fragiles, mais pas seulement, seront laissés notamment devant des écrans. Les effets à long terme sont désastreux en terme de reproduction sociale qui gangrène notre système éducatif.

Je rappelle que certaines communes ont fait le choix de maintenir les 4,5j, choix parfois difficile à assumer face aux familles, mais ceci dans le seul intérêt de l’enfant et je considère que nous nous serions grandis, au sein de ce conseil municipal, d’avoir au moins une réflexion à ce sujet. A quoi sert donc la commission éducation si elle ne peut statuer sur un tel sujet ?

Question N°2 : occupation du domaine public par un promoteur immobilier

Chers.ères collègues,

Depuis quelques semaines, le parvis du théâtre est occupé par un stand commercial au sein d’un local mobile. Pouvez-vous préciser le montant de la redevance en lien avec cette occupation du domaine public par un promoteur immobilier ? et quand cessera-t-elle ?

Par ailleurs, nous considérons que ce n’est pas le lieu. Pourquoi une telle occupation a-t-elle été accordée ? Cet emplacement majeur pour le rayonnement de notre ville ne doit pas être soumis aux pressions publicitaires et commerciales. L’image de notre centre ville en dépend.

Question N°3 : des toilettes pour tous 

Chers.ères collègues,

Depuis de nombreux mois des locaux provisoires mobiles font fonction de toilettes notamment à proximité du musée et du palais de justice. Ces installations précaires dénotent fortement et ternissent la splendeur de notre patrimoine. Elles soulignent aussi le manque chronique de toilettes publiques de qualité et en nombre suffisant. Des solutions techniques, même provisoires, à travers par exemple l’installation de toilettes sèches mobiles éprouvées,  permettraient d’éviter ces écueils tout en soulignant les préoccupations environnementales. Comptez-vous remédier à cette situation ?

Question N°4 : La Poste de Taulhac :

Chers.ères collègues,

à l’annonce de la fermeture de La Poste de Tauhac, nous avions soulevé les conséquences pour la population. Vous nous aviez alors assuré qu’il était question de l’ouverture d’un « relais La Poste » dans un commerce du même quartier. Jusqu’ici : rien.

Le service rendu est aujourd’hui déplorable. Par exemple, les horaires d’ouverture du centre de tri ne permettent pas aux citoyens qui travaillent d’aller récupérer leur colis ou recommandés ! Ce guichet étant ouvert du lundi au vendredi de 8h-9h et de 15H-17H.

Quelle action avez-vous engagé pour aboutir à une amélioration de ce service sur Taulhac ?

Question N°5 : le jardin Henri Vinay

Chers.ères collègues,

En date du 14 juin 2018, jour de dépôt de ces questions diverses, un arrêté de la ville est affiché au sein du jardin Henri Vinay. Il mentionne une autorisation d’installer une emprise de chantier afin de remplacer les clôtures du parc animalier. Cet arrêté, signé le 18 février dernier, est valable jusqu’au 30 mars 2018 inclus.

Manifestement, le chantier a plus de 2 mois de retard et cet arrêté n’est plus valable. La saison estivale débutant, ce retard est fortement dommageable et aura des conséquences sur le rayonnement de notre jardin.  Pouvez-vous préciser les raisons de ce retard ?Qui en est responsable ?

Question N°6 : stationnement gratuit pour nos infirmiers.ères.

Chers.ères collègues,

Depuis la mise en place du nouveau système de stationnement, nous sommes alertés par des infirmiers.ères à domicile dans l’obligation de naviguer au cours de la journée en ville. L’ancien système leur permettait de stationner sans payer, pour leurs seules nécessités professionnelles. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Alors que ces infirmiers.ères apportent des soins essentiels à nos concitoyens, comment peut on concevoir de ne leur accorder aucune dérogation ? Comment peut on concevoir de les faire payer pour apporter des soins vitaux au quotidien ? Comment vous est il envisageable de venir ponctionner de modestes infirmiers.ères qui ne font que leur métier ? On sait que la possibilité technique de stationnement dérogatoire existe et qu’elle est déjà mise en œuvre pour des cas bien éloignés des professionnels de santé. La seule possibilité acceptable, c’est de leur accorder cette gratuité durant leurs heures de travail : quand pensez-vous enfin la mettre en œuvre ?

Question N°7 : conditions d’accueil des artistes pour la fête de la musique

Demain, jeudi 21 juin, aux côtés de formations musicales associatives et de professionnels, les artistes locaux seront au rendez-vous dans notre ville, une fois de plus, pour cette grande soirée populaire qu’est la fête de la musique. Pour le plaisir de tous, ils joueront, le plus souvent bénévolement. A travers eux se jouent à la fois les enjeux de la diversité culturelle de notre territoire comme de sa vitalité. Votre service communication sera soumis à rude épreuve pour réaliser des clichés de leurs prestations. Nombreuses seront les publications pour se féliciter d’un tel événement, sans s’attarder sur leurs conditions d’accueil, souvent proches de l’exploitation le temps d’une soirée. Pouvez-vous m’assurer que les artistes locaux programmées par la municipalité auront désormais des bouteilles d’eau sur scène et une collation sommaire ? C’est bien le minimum et ce n’est pourtant pas le cas jusqu’à maintenant.